Prix d'un chauffage au fioul (réseau et appareil)

Mis à jour le 13 juin 2019
2019-06-13 14:15:00
Chauffage au fioul

Dans le prix d’installation d’un chauffage au fioul, beaucoup d’éléments entrent en considération. S’il faut compter, au final, de 10.000 à 20.000 €, c’est parce qu’il ne faut rien négliger, depuis la qualité de la chaudière, en passant par sa pose, la nécessité de cuve de stockage et de tout le réseau de distribution de chauffage. 

 

Vous avez un projet ?

Récapitulatif

Poste concerné

Prix

chaudière classique

de 2.000 à 4.000 € en fourniture

chaudière à basse température

de 3.000 à 7.000 € en fourniture

chaudière à condensation

de 4.000 à 8.000 € en fourniture

chaudière à cogénération

de 10.000 à 20.000 € en fourniture

cuve de stockage

de 1.000 à 2.000 € en fourniture

radiateurs en acier

à partir de 25 € pièce en fourniture

radiateurs en fonte

à partir de 50 € en fourniture

plancher chauffant hydraulique

de 80 à 100 € HT le m² posé

circuit + radiateurs maison moyenne

de 6.000 à 9.000 € en fourniture et pose

installation chaudière

de 1.000 à 2.000 €

supplément pour pose production eau chaude

200 €

option tubage cheminée

de 50 à 70 € le mètre linéaire

option pompe de relevage

2.000 € en fourniture et pose

dépose de chaudière en rénovation

de 200 à 300 €

dépose de radiateurs

de 100 à 150 € par radiateur

contrat d’entretien

de 150 à 200 €

 

 

L’énergie

Si vous voulez mieux comparer votre choix de l’énergie fioul avec les autres principes, il faut savoir que, pour une maison consommant de l’ordre de 1.500 à 2.000 litres par an, votre prix de consommation sera de l’ordre de :

 

Choix d’énergie

Prix consommation annuelle

fioul

1.350 €

gaz propane

1.500 €

gaz naturel

1.000 €

électricité

2.250 €

bois

1.000 €

 

 

Maintenant, si l’on compare le prix de revient réel annuel, en y intégrant aussi la fourniture et pose du matériel, avec un amortissement de 15 ans, on en déduit ce nouveau tableau :

 

Choix d’énergie

Prix revient annuel

condensation fioul

1.700 €

condensation gaz naturel

1.150 €

convecteurs + chauffe-eau thermodynamique

2.700 €

chaudière bois granulés

1.300 €

chauffage solaire ou pompe à chaleur

600 €

 

 

Maintenant, si vous avez aussi l’âme écologiste, vous apprécierez certainement d’avoir un tableau présentant les différents rejets en CO2

 

Choix d’énergie

Rejets en CO2

fioul

300

gaz propane

274

gaz naturel

234

électricité

180

bois

13*

 

 

* Mais il faudrait aussi prendre en compte, alors, le rejet de particules fines également nocives. Tout comme il faut s’assurer, pour obtenir ce bon chiffre, que le bois provient de forêts systématiquement replantées.

 

Le principe du chauffage fioul

Si le Gouvernement, et le Premier Ministre en tête, ont décidé, en novembre 2018, la fin des chaudières fioul d’ici 10 ans, l’évolution de ces matériels offre encore de belles solutions pour certains ménages, à ce jour. Il est d’ailleurs reconnu qu’environ 10 millions de Français se chauffent encore à cette énergie, en 2019. Il faudra, cependant, que de sérieux plans de remplacement puissent se mettre en place et la seule autonomie électrique ne le permettrait pas. Quoi qu’il en soit, ces 10 ans représentent un ordre de grandeur mais pas un délai de fonctionnement de ces matériels. La chaudière fioul va donc continuer à fonctionner plusieurs décennies.

 

Pour fonctionner, chaque méthode de chauffage a besoin d’une énergie : le gaz, le fioul, l’électricité, le solaire, la géothermie, etc.

 

  • Si le fioul est de plus en plus combattu en tant qu’énergie fossile non renouvelable, il reste que de nombreux ménages l’utilisent encore, parce que le chauffage électrique étant très cher en termes de consommation, la solution n’est pas la meilleure pour le portefeuille, à moins de posséder une isolation aux toutes dernières normes.

 

  • Il existe aussi la solution gaz, mais elle n’est intéressante que dans le cas où le gaz naturel passe à proximité du domicile. Dans le cas contraire, il reste la solution du gaz propane, mais moins intéressante financièrement et qui demande aussi l’installation de cuves de stockage.

 

Le guide sur le Prix du remplacement d’une chaudière fioul par le gaz ou l’électricité revient d’ailleurs sur ces différents comparatifs.

 

Dans le cas du fioul, sont donc nécessaires, la présence d’une chaudière, d’une cuve de stockage pour le fioul et tout le système de canalisations qui alimente les radiateurs à eau ou le chauffage au sol. Un local dédié est donc nécessaire pour recevoir le couple chaudière / cuve, tout en nécessitant de les isoler l’un par rapport à l’autre, en cas de fuite de la cuve. Il est aussi possible de l’enterrer, selon le type de cuve.

 

C’est la combustion du fioul dans la chaudière qui permet de réchauffer l’eau du circuit de chauffage et, souvent, celle du circuit d’eau sanitaire.

 

La chaudière fioul se compose plus précisément en divers éléments dont les principaux sont :

  • le brûleur : c’est là que le fioul vient se déverser et brûler, c’est l’appareil de combustion, donc ;
  • la pompe : c’est elle qui permet à l’eau d’être expédiée dans tout le réseau ;
  • l’échangeur de chaleur : c’est le circuit interne dans lequel l’eau est réchauffée par la combustion ;
  • le vase d’expansion : il recueille l’excédent lors de la dilatation de l’eau lorsqu’elle est réchauffée afin d’éviter les surpressions ;
  • le groupe de sécurité : il maintient la pression pour la partie chauffe-eau.

 

Les différentes chaudières fioul

Si le chauffage fioul n’est pas le principe le plus écologique, il faut cependant relativiser puisque des nouvelles chaudières sont apparues, avec des consommations bien moindres et des rendements bien meilleurs.

De plus, il est possible de les coupler avec une pompe à chaleur qui, à elle seule, ne suffirait pas à fournir toute l’énergie nécessaire mais peut aider à faire énormément diminuer le budget de fonctionnement de votre chauffage.

Un paragraphe du guide sur le Prix de pose d’une chaudière revient sur cette solution de la pompe à chaleur en tant que complément de votre chaudière.

 

Le choix de la chaudière sera financier, certes, avec des tarifs pouvant aller de 3.000 à près de 10.000 €, pour les plus intéressantes, mais il sera aussi technique, puisque vous aurez alors un matériel plus ou moins puissant et avec un rendement plus ou moins élevé.

 

Si les chaudières fioul sont, aujourd’hui, plus écologiques, mais aussi plus économiques, c’est parce que leur technologie a énormément évolué. On retrouve donc les technologies suivantes :

 

  • La chaudière fioul classique
    C’est évidemment le modèle qui coûte le moins cher, mais aussi celle dotée du rendement le moins intéressant.
    Cependant, les modèles plus récents ont quand même bénéficié d’une évolution qui les voit rejeter bien moins de CO2 que par le passé, par une meilleure filtration.
    Une chaudière fioul classique propose, aujourd’hui, un rendement de l’ordre de 92 % et une température d’eau autour de 60° C. A titre de comparaison, les modèles les plus anciens atteignaient à peine un rendement de 80 %.
    Le prix de ces modèles varie de l’ordre de 2.000 à 4.000 € en fourniture.
     
  • La chaudière fioul basse température
    Son rendement est amélioré pour atteindre les 95 %.
    Elle est utilisée pour alimenter des radiateurs basse température, également appelés “à chaleur douce” ou un chauffage par le sol.
    Elle est donnée pour fonctionner à un maximum de 50° C, le plus souvent à 45° C, et offre une chaleur plus douce que la chaudière classique, à l’aide du matériel adapté.
    L’Ademe lui reconnaît une économie d’énergie qui se situe autour de 15 %.
    Par contre, le système est évidemment plus lent à se relancer et à réchauffer la maison.
    Son prix est, alors, de 3.000 à 7.000 € environ en fourniture.
     
  • La chaudière fioul à condensation
    Elle s’inspire du modèle mis en place pour le gaz et récupère la chaleur présente dans les fumées évacuées pour la réutiliser afin de réchauffer l’eau du circuit.
    Le rendement d’un tel système peut aller jusqu’à atteindre, dès lors, les 100 % et l’économie d’énergie s’en ressent avec un chiffre de 20 %, reconnu par l’Ademe, parfois même jusqu’à 30 %.
    Elle est également moins polluante.
    Il existe aussi des systèmes de chaudière fioul à condensation modulante encore plus intelligentes qui s’adaptent aux besoins de la maison.
    Le prix d’une chaudière fioul à condensation est de 4.000 à 8.000 € en fourniture, environ, selon sa puissance et son niveau de perfectionnement.
     
  • La chaudière cogénération
    Un système qui est peu utilisé en France, son prix la rendant plus dissuasive pour les ménages et la destinant plutôt à des structures plus conséquentes. Son rendement est aussi proche des 100 %.
    La chaudière produit alors, en plus de la chaleur, de l’électricité, par le biais de l’énergie mécanique avec présence d’un alternateur. Electricité qui peut être utilisée ou revendue.
    Le prix d’une telle chaudière est alors de 10.000 à 20.000 €, en fourniture.
     
  • La chaudière à ventouse
    Elle permet une installation sans cheminée, c’est-à-dire sans aération et ne nécessitant donc pas de ramonage.
    Une prise d’air permet, avec le système de ventouse disposant de 2 tubes, de prélever cet air et de rejeter les produits de combustion, pas seulement en toiture, mais aussi sur une façade.
    Ce système s’applique aussi bien sur la chaudière basse température que sur la chaudière à condensation. C’est donc plus un système de rejet différent qu’une technique de combustion différente. Ce qui n’implique pas de grandes différences de prix en fourniture.
    Par contre, la réduction de la facture chauffage est, alors, de l’ordre de 5 %.

 

Les différentes chaudières fioul

Prix en fourniture

classique

de 2.000 à 4.000 €

basse température

de 3.000 à 7.000 €

à condensation

de 4.000 à 8.000 €

cogénération

de 10.000 à 20.000 €

 

 

Pour en savoir plus sur ce seul point, le guide sur Le prix d’une chaudière fioul en fournit encore plus de détails.

 

La puissance de votre chaudière fioul

Si les fourchettes de prix données sont larges, c’est aussi parce que vous ne choisirez pas uniquement une énergie pour votre chauffage, ni même une technologie, mais aussi une puissance de chauffe. Encore est-il nécessaire de connaître ses besoins en chauffage.

Voici donc quelques pistes et quelques méthodes de calcul pour cela.

 

  • La première méthode est simple puisqu’il suffit d’ajouter toute la puissance des radiateurs de la maison, et d’inclure une réserve de puissance de 20 à 30 %, selon le volume total de la maison et des éventuels projets d’extension que vous pourriez avoir.
    La question qui se pose alors est celle de la puissance de chaque radiateur. Elle est très facile à évaluer dans un projet de rénovation, mais plus complexe dans le neuf.

    Dans ce cas, il faut prendre différents éléments en compte qui sont la région dans laquelle vous habitez, le type de pièce à chauffer (pièce de jour, chambre, salle de bains), la surface et la hauteur de la pièce, la quantité de vitrage, le nombre de murs extérieurs, le type d’isolation.
    Pour faire plus simple et vous donner une première idée, il est recommandé une puissance de 93 watts par m3 pour une salle de bains, de 77 watts par m3 pour une cuisine, de 85 watts par m3 pour une pièce de vie et de 70 watts par m3 pour une chambre. Ce sont des besoins moyens, et qui correspondent à l’utilisation d’un chauffage central avec radiateurs en acier ou en fonte.
     

  • La seconde méthode est plus technique et s’appuie sur une formule. Cette puissance est alors obtenue par :

C x (TV + ITE) x V x DE

  • C est le coefficient d’isolation et sera de 2 pour une mauvaise isolation, de 1,6 pour une isolation normale et de 1,5 pour une très bonne isolation.
  • TV est la Température Voulue dans la pièce.
  • ITE est l’Indice de Température Extérieure (7 pour le Sud, 9 pour le Centre, 12 pour le Nord et 15 en altitude).
  • V est le Volume total de la maison.
  • DE est la Déperdition d’Energie (environ 1,3, en général).

Vous pourrez ainsi définir vos besoins de chauffage selon votre région, votre isolation, la température attendue et le volume à chauffer.
Vous pourrez aussi effectuer un parallèle entre les deux méthodes de calcul.

 

En général, on peut aussi s’aider du tableau suivant pour connaître les besoins de puissance de chaudière en termes de chauffage seul :

 

Type de logement

Puissance pour chauffage seul

appartement de moins de 100 m²

de 12 à 20 kW

appartement de plus de 100 m²

de 18 à 25 kW

maison de plus de 100 m²

plus de 20 kW

 

 

La production d’eau chaude

La production d’eau chaude est une autre question qui doit se poser afin de déterminer la puissance de la chaudière puisqu’elle devra aussi inclure cette possibilité si c’est votre choix de chauffage d’eau sanitaire.

 

Cette production d’eau chaude ajoute donc quelques kW nécessaires à votre chaudière et on peut alors, pour une famille moyenne de 3 personnes, se baser sur le tableau suivant, en ajoutant environ 5 kW par personne supplémentaire au sein du foyer :

 

Type de logement

Puissance pour chauffage + eau chaude sanitaire

appartement de moins de 100 m²

de 23 à 28 kW

appartement de plus de 100 m²

de 25 à 35 kW

maison de plus de 100 m²

de 25 à 35 kW

 

 

Vous aurez alors le choix entre une production instantanée d’eau chaude ou un ballon d’eau chaude qui vous fournira une réserve dont la capacité dépendra de la famille :

  • 50 litres pour 1 adulte ;
  • 100 litres pour 2 adultes ;
  • 75 litres pour 1 adulte + 1 enfants ;
  • 150 litres pour 2 adultes + 1 enfant ;
  • 200 litres pour 2 adultes + 2 enfants.

 

Le guide sur Le prix de pose d’un chauffe-eau sera aussi un bon complément d’informations.

 

Marques de chaudière et durée de vie

Vous allez certainement recevoir de nombreuses propositions et trouver de grandes différences de prix. Cette différence proviendra aussi de la marque proposée.

Certaines marques jouissent d’une très forte réputation qui se traduit notamment par des durées de vie généralement supérieures.
La durée de vie d’une chaudière se situe le plus souvent entre 20 et 30 ans. Lorsque les pannes commencent à se multiplier, c’est que le matériel arrive effectivement en fin de vie.

 

La personne qui se charge de votre entretien pourra vous conseiller sur l’opportunité pour réaliser une réparation ou plutôt changer de modèle pour en profiter pour réaliser des économies d’énergie.

 

Viessmann ou de Dietrich sont unanimement reconnus comme des modèles très haut de gamme. Mais on peut aussi citer des marques comme Auer, comme Bosch, comme Chappée, comme ELM Leblanc, ou encore Oertli et Saunier Duval, par exemple.

 

La cuve de stockage

L’une des particularités du chauffage au fioul, qu’il partage avec celui au gaz butane, c’est la nécessité d’installation d’une cuve pour stocker l’énergie.

 

La cuve peut faire de 750 à 3.000 litres. Cependant, à partir de 2.500 litres, elle devra être placée indépendamment de la chaudière, avec des normes de sécurité plus drastiques. Le choix s’effectuera en partie selon la consommation annuelle du logement et déterminera le nombre de pleins à réaliser chaque année.

 

Elle pourra être en plastique ou en métal, avec possibilité, dans ce dernier cas, de l’enterrer si elle est en double paroi, pour des raisons de sécurité.

 

Son prix pourra alors varier, selon sa matière et sa capacité, de 300 jusqu’à 2.000 €, mais plutôt de 1.000 à 2.000 €

 

Les radiateurs et le chauffage au sol

Pour bénéficier de ce chauffage, il vous faudra donc un équipement pour votre chauffage central, dans chaque pièce de votre logement. Vous avez alors deux solutions, qui peuvent aussi se juxtaposer :

 

  • Les radiateurs
    C’est la solution la plus courante.
    Ils seront alors en fonte ou en acier.
    Mais ils pourront aussi être classiques ou basse température si votre chaudière l’est également, pour diffuser une chaleur plus douce.
    Un radiateur en acier se chiffre à partir de 25 € environ en fourniture seule.
    Un radiateur en fonte se chiffre à partir de 50 € en fourniture seule.
    Ces prix dépendent ensuite de la puissance nécessaire.
     
  • Le chauffage au sol
    Il entre aussi dans le principe du chauffage basse température et peut également être couplé, selon les pièces, avec ces derniers.
    Il est parfait, par exemple, pour une pièce de vie, ou pour un appartement, tout comme il convient aussi à des pièces hautes, évitant cette sensation de froid du fait que la chaleur monte.
    Il peut aussi permettre de très bien réguler les températures.
    Pour un plancher chauffant hydraulique, il faut compter, en fourniture et pose, un prix qui se situe entre 80 et 100 € HT le m² posé.

 

La plomberie

Votre chauffage central aura également besoin d’un circuit de distribution, partant de votre chaudière, et alimentant vos radiateurs et/ou votre plancher chauffant. Ce circuit de plomberie pourra suivre différents principes d’alimentation :

 

  • Un réseau monotube
    Une boucle complète est créée, partant de votre chaudière, alimentant un à un les radiateurs.
    La pose est alors facilitée, nécessitant moins de tube.
    Mais l’eau a tendance à se refroidir et les derniers radiateurs sont alimentés par une eau moins chaude, en fin de boucle.
     
  • Un réseau bitube
    Le réseau comprend deux tubes, un pour alimenter aussi chaque radiateur en boucle, comme précédemment, mais un second qui renvoie l’eau au départ pour qu’elle reste à température identique partout dans le circuit.
     
  • Un réseau pieuvre
    C’est un réseau individualisé pour chaque radiateur afin que chacun puisse être alimenté individuellement avec un retour direct de son eau dans le circuit, pour la maintenir à la bonne température.

 

Dans le cas du plancher chauffant, la boucle d’eau chaude est partie prenante du plancher, tout en utilisant l’inertie du plancher béton.

 

Dans le cas de la fourniture et pose du circuit et des radiateurs, le prix est alors de 6.000 à 9.000 €.

Pour un plancher chauffant, le seul coût de pose va de 40 à 70 € le m².

 

Dans le cas d’une rénovation, la dépose d’une chaudière se chiffre à un prix de 200 à 300 €.

Pour la dépose de radiateurs, il faut compter entre 100 et 150 € par radiateur.

 

Les autres éléments à prévoir

A moins de prévoir un système de chaudière à ventouse, le plus fréquent sera certainement la chaudière fioul à condensation qui nécessitera un conduit de cheminée pour extraire les fumées. Un tubage lui sera vraisemblablement indispensable, de même qu’un raccordement aux eaux usées afin d’éliminer les eaux issues de la condensation, à raison d’environ 1 litre par heure, en saison de chauffe.

 

Le raccordement sur l’installation d’évacuation des eaux usées sera moindre, à condition qu’elle soit possible sans l’intervention d’une pompe de relevage. En effet, si votre chaudière est en sous-sol ou plus bas que la route, vous risquez de devoir investir beaucoup plus. Pour un simple raccordement, si vous avez une possibilité à proximité, vous n’en aurez que pour quelques centaines d’euros, alors que la pompe de relevage vous coûtera un minimum de 2.000 € en fourniture et pose.

 

Pour le tubage de cheminée, s’il est nécessaire, il faut prévoir un prix de 50 à 70 € le mètre linéaire.

 

Avantages et inconvénients

Un récapitulatif de quelques avantages et inconvénients du chauffage fioul peut alors être intéressant.

 

  • Les avantages
    • les nouvelles chaudières possèdent des rendements qui avoisinent les 100 % et offrent des économies d’énergie jusqu’à 30 % ;
    • l’impact sur l’environnement est bien moindre que par le passé et notamment moindre que le chauffage au gaz propane ;
    • le prix de revient annuel est bien en dessous de celui de l’électricité ;
    • il est possible de négocier le prix d’achat du fioul selon le fournisseur et s’arranger pour le stocker lorsqu’il est au plus bas ;
    • investir dans une bonne marque permet de faire durer l’installation de 25 à 30 ans ;
    • le fioul n’est inflammable qu’à partir de 55° C ;
    • il est facile à installer à peu près n’importe où, contrairement au gaz naturel ;
    • son approvisionnement est facile à prévoir, n’importe où en France ;
    • il est aussi possible de l’associer à une pompe à chaleur pour une économie d’énergie encore plus conséquente ;
    • c’est un système de chauffage efficace, même dans les régions plus froides.

 

  • Les inconvénients
    • le fioul reste une énergie fossile non renouvelable ;
    • son rejet de CO2 reste parmi les plus élevés ;
    • il oblige à un stockage ;
    • il nécessite un achat avant consommation, même si un étalement du règlement reste toujours négociable ;
    • le fioul reste une énergie relativement chère, notamment du fait des nombreuses taxes qui l’accompagnent ;
    • les chaudières fioul ne bénéficient plus du Crédit d’Impôt Transition Energétique ;
    • l’odeur du fioul peut être gênante et il ne sera pas possible d’installer la chaudière et la cuve n’importe où ;
    • l’intervention d’un professionnel est obligatoire, pour l’installation et pour l’entretien.

 

Où installer le chauffage fioul

Mieux réaliser son installation de chauffage fioul, c’est aussi penser au meilleur emplacement pour chacun des éléments et, notamment, pour la chaudière et la cuve.

 

Nous avons vu que les deux pouvaient être positionnées ensemble, sous réserve que la cuve fasse moins de 2.500 litres, que le local soit aéré, qu’il y ait une cheminée pour les évacuations de fumées ou qu’un système à ventouse soit choisi.

 

Il faudra aussi la place pour réaliser les interventions de dépannage ou d’entretien.

 

Il faut aussi prévoir un plancher ou un mur suffisamment résistant pour la pose de l’ensemble (plancher ou mur pour la chaudière, selon qu’elle sera au sol ou murale). Pour la cuve, elle pourra être séparée et positionner en dehors de la pièce s’il n’est pas possible de les laisser ensemble ; elle pourra même être enterrée.

 

L’intérêt est que cette chaudière ne soit pas trop loin des radiateurs et, si elle sert également pour l’eau chaude sanitaire, pas trop loin de la salle de bains et de la cuisine.

 

Par contre, elle ne pourra pas être directement dans la cuisine ou la salle de bains si elle est à combustion.

 

L'installation du chauffage fioul

Cette installation sera variable selon la technologie de chaudière retenue et selon la difficulté en liaison avec la pièce, entre autres.

 

Compte tenu d’un tarif horaire allant de la seule installation de la chaudière, vous devez compter un tarif de 1.000 à 2.000 € TTC. Lorsque la production d’eau chaude est aussi à inclure, un tarif supplémentaire d’environ 200 € est à prévoir en installation.

 

Le budget total

Si vous voulez connaître la totalité des frais qui pourraient vous incomber, il vous faut prévoir un tarif de 4.000 à 10.000 €, comprenant la chaudière, la cuve et leur installation. Ce qui porte le budget de 10.000 à 15.000 € avec le circuit et les radiateurs pour une maison d’un peu plus de 100 m².

Il vous restera à prévoir les frais de l’énergie et ceux de l’entretien.

 

Les aides

A ces tarifs, il était encore possible de déduire un certain nombre d’aides et, notamment, le CITE (Crédit d’Impôt Transition Energétique), mais ce crédit n’existe plus depuis les nouveaux dossiers d’après le 30 juin 2018.

 

Toutefois, il vous restera encore, pour l’instant, des aides de fournisseurs d’énergie, des subventions territoriales éventuelles tant qu’elles ne sont pas supprimées pour les chaudières fioul, et les aides de l’ANAH sous conditions de ressources.

Vous aurez aussi une TVA réduite dans le cadre possible d’une rénovation pour une maison terminée depuis plus de 2 ans et des éco-prêts à taux zéro.

Vous trouverez les renseignements auprès de votre professionnel, en mairie et sur les sites des partenaires.

 

L’entretien

Une chaudière fioul est également liée à un entretien annuel obligatoire par un spécialiste reconnu.

 

Le plus simple est généralement de prendre un contrat afin que ce professionnel gère les rendez-vous automatiquement et que vous fassiez partie de ses clients privilégiés en cas de panne.

 

Au cours de cet entretien, il effectuera les réglages pour optimiser le rendement et pour que les rejets soient les moins polluants possibles, vérifiera le corps de chauffe, les filtres, contrôlera le brûleur, les équipements de sécurité, réalisera un nettoyage d’ensemble, ramonera le conduit d’évacuation de la cheminée, etc.

 

Autant d’opérations spécifiées dans la norme NF X50-011. Une attestation d’entretien est remise comme justificatif à la fin de cette opération.

 

Le prix de cette intervention est autour de 150 € sous contrat et plus proche des 200 € sans contrat.

 

La réparation

Si vous êtes intéressé pour en connaître plus sur les éventuelles cas de panne d’une chaudière, les diagnostics, les solutions, le guide sur la Panne de chaudière vous apportera les éclaircissements désirés.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.