Le prix de pose du chauffage

Mis à jour le 02 mai 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-05-02 12:15:00
Chauffage mural

De 8.000 à plus de 20.000 € le prix de pose du chauffage complet, chaudière et installation des canalisations, des radiateurs, etc., vous pourrez même parfois dépasser cette somme selon le principe de chauffage retenu, selon le fonctionnement de la chaudière, selon sa puissance. Un sujet complexe dont nous apportons, ici, les premières réponses.

 

Vous avez un projet ?

Evolution des normes

Il faut savoir que la réglementation sur les chaudières évolue régulièrement et que certains modèles, encore en activité, peuvent encore être réparés et continuer d’exister mais ne pourront plus être remplacés par des modèles similaires, une fois en fin de vie.

  • C’est ainsi que les chaudières basse température à évacuation à ventouse avec double conduit d’air ont été retirées en 2015 ;
  • A ensuite été imposé, en 2017, le rendement de 86 % pour les chaudières, en dehors des B1, avec tirage manuel et évacuation par cheminée avec une tolérance à 75 % ;
  • Puis, en 2018, par décision européenne, l’évacuation en oxyde d’azote limitée à 56 mg/kWh ;
  • Sans compter la décision ministérielle de fin 2018 de cesser la fabrication de chaudière fioul dans les 10 ans à venir.

 

Prix de pose de chauffage selon le principe de chauffage

C’est quand même le point le plus déterminant que vous devrez décider avant de vous lancer. Quel type de système souhaitez-vous ?

  • Quel est celui qui est le plus en adéquation avec votre région ?

Si vous habitez dans le nord, il vous faudra la méthode de chauffage la plus efficace possible et qui vous coûtera moins chère en consommation d’énergie. Inversement, dans le sud, la consommation d’énergie étant moins élevée, vous essaierez d’économiser sur l’installation qui serait plus difficile à amortir et qui pourrait donc représenter une part plus importante de l’ensemble.

 

  • Quel est celui le plus en adéquation avec votre isolation ?
    De la même façon que pour la région, l’isolation de votre logement influera sur la consommation énergétique. Aussi, plus votre consommation est faible, plus vous avez intérêt à choisir un système de chauffage où la mise de fonds initiale ne sera pas trop élevée par rapport à un autre mode, par exemple de l’électrique plutôt que du fioul, du bois ou du gaz. Par contre, et on le verra par la suite, la géothermie est aussi un principe qui peut nécessiter un investissement supérieur, mais qui, de lui-même peut vous faire baisser votre consommation. Vous faire conseiller par un professionnel reste donc une valeur sûre.
  • Quel type de chauffage convient le mieux à votre logement
    C’est une autre question à laquelle il vous faudra trouver des réponses. En effet, et plus particulièrement dans le domaine de la rénovation, prévoir tout un système de canalisation n’est pas toujours facile. Les possibilités techniques doivent donc aussi être prises en compte.

 

Où et comment installer sa chaudière ?

Le principe de pose de la chaudière dépend d’abord de son modèle :

  • chaudière au sol, elle est souhaitable lorsqu’elle comprend le ballon d’eau chaude, ce qui la rend plus lourde et impose un soutien meilleur ;
  • chaudière murale pour des petits modèles qui prennent place notamment dans les appartements disposant de moins de place.

 

Pour son installation, si elle comprend la production d’eau chaude, il faudra éviter de la tenir trop éloignée des points d’eau, ce qui vous ferait consommer plus d’eau le temps qu’elle arrive chaude à votre robinet d’évier, de vasque, de douche ou de baignoire.

 

Selon l’énergie utilisée, il vous faudra plus ou moins de place, par exemple si vous devez stocker le fioul, le bois ou les granulés. Tandis que, pour le gaz naturel, un emplacement moindre suffira.
Il vous faudra néanmoins éliminer les fumées et la pose d’un conduit est nécessaire.
Il faudra aussi éviter de la placer trop près du coin nuit ou alors isoler parfaitement la pièce.

Prix des différentes énergies de chauffage

C’est une première indication qui vous permettra de savoir quel budget vous devrez ajouter à celui de votre rénovation ou de votre construction.

 

Type de chauffage

Particularités

Prix en fourniture et pose

 

gaz

pose et équipements

avec production d’eau chaude

pour une fourniture d’environ 4.500 € HT en chaudière et radiateurs (7)

de 8.000 à 10.000 € HT

électrique

7 convecteurs + production d’eau chaude 200 litres

prévoir une plus-value de près de 1.000 € HT pour des radiateurs à accumulation et un peu plus pour des panneaux rayonnants

de 4.000 à 4.900 € HT

bois

chaudière à bûches avec tirage naturel

de 3.000 à 6.000 €

granulés

chaudière automatique à granulés

de 8.000 à 16.000 € HT

fioul

de chaudière à condensation à chaudière en fonte

avec raccordement au système

non compris canalisations et radiateurs

de 6.000 à 10.000 € HT

plancher chauffant

tarif hors chaufferie

selon installation en rez-de-chaussée ou étage

maintenance pour générateur de 70 à 110 €

hydraulique ou électrique

couplé en général avec appareils à énergie fossile ou renouvelable

hors travaux de chape isolante

de 40 à 60 € le m²

solaire

peut couvrir jusqu’à 40 % des besoins selon la région

10 m² de capteurs pour une surface chauffée de 70 m²

de 12.000 à 14.000 € HT

géothermie

tout compris, forage, fourniture, installation complète

pour une maison d’environ 120 m²

entretien : environ 150 € / an

autour de 25.000 € HT

cheminée

pour un prix de fournitures de l’ordre de 3.500 € HT compris habillage pierre

de 4.400 à 5.300 € HT

 

Il vous faut cependant savoir quelques autres particularités des différents modes de chauffage que vous pourrez aussi trouver plus développées dans un certain nombre de guides du site comme Prix de pose de chaudière, Prix d’une chaudière à gaz, Prix d’une chaudière au fioul, Prix d’une chaudière électrique ou Prix d’une chaudière à condensation, notamment.

 

  • Chaudière fioul
    Elle vit peut-être sa dernière décennie si la directive de l’Etat se confirme.
    En outre, l’un des problèmes est qu’il faut de la place puisque vous devez stocker le fioul dans des cuves, à domicile.
    Ce qui signifie également que l’énergie doit être payée à l’avance, même si les fournisseurs proposent, par contre, des paiements en plusieurs fois qui permettent d’en étaler le règlement.
    S’il s’agit d’une énergie fossile polluante, l’odeur émanant du stockage est aussi un problème.
     
  • Chaudière gaz
    Eliminons tout de suite le gaz propane qui nécessite aussi un stockage avec des cuves en extérieur et dont le prix d’énergie est bien plus élevé que celui du gaz naturel.
    Pour le gaz naturel, justement, s’il s’agit, également, d’une énergie fossile, elle reste un peu moins polluante que le fioul et de nouveaux développements permettent de créer le gaz avec la méthanisation et le biogaz.
    Une énergie moins coûteuse que le fioul.
    Une énergie qu’il n’est pas nécessaire de stocker puisque la distribution en gaz naturel se fait pratiquement partout, aujourd’hui, jusque dans les villages.
     
  • Bois
    Le bois est une solution d’énergie renouvelable intéressante, ce qui le rend écologique lorsqu’il est planté spécialement à cet usage et remplacé à chaque coupe.
    C’est aussi un mode chauffage économique.
    L’un des problèmes est qu’il faut commander et stocker le bois, sans compter qu’il faut charger régulièrement la chaudière.
    Mais les chaudières à bois ont évolué, sont moins consommatrices que par le passé, proposent de meilleurs rendements, jusqu’à 95 % et disposent d’un thermostat programmable qui permet de régler la puissance de chauffe.
     
  • Granulés
    Pour compenser certains inconvénients du bois, les granulés prennent de plus en plus leur place, à tel point que l’on trouve, non seulement des chaudières à granulés, mais des poêles à granulés et des cheminées à granulés.
    Les granulés sont encore plus efficaces que le bois, permettent un stockage plus simple et un chargement, par trémie alimentant directement la chaudière, beaucoup moins fréquent que les bûches.
    Automatisation, intervention à distance, régulation, tout est prévu comme avec une chaudière classique.
    Par contre, il faut toujours un espace de stockage et une commande à l’avance de l’énergie.
    Enfin, la chaudière granulés est aussi plus chère mais bénéficie d’aides précieuses.
     
  • L’électricité
    Enfin, difficile d’oublier l’électricité dans ce tableau, certes plus chère, mais qui est entièrement renouvelable et ne nécessite aucun stockage.
    En outre, avec capteurs solaires et éoliennes, elle devient plus propre et peut même s’équiper à titre individuel.
    Si l’électricité est réellement plus chère, il ne faut pas oublier les progrès que les radiateurs électriques ont réalisés en termes de rendement, notamment les modèles incorporant du fluide.
    En outre, en cas d’installation inexistante, l’investissement initial est nettement moins élevé et ne nécessite aucun passage de canalisations dans tout le logement, ce qui peut d’ailleurs poser problème, notamment dans le cadre de la rénovation.

 

Coût annuel par énergie

Il se fait par rapport à la chaudière et à son rendement, mais aussi par rapport au coût de l’énergie également et, même si les prix de chaque évoluent, l’écart entre chaque a plutôt tendance à se maintenir. Aussi, un calcul basé sur 2018 restera au moins valable sur la rentabilité de chaque système, tout en sachant, donc, que la tendance est à faire disparaître le principe du fioul. Il n’est peut-être pas le plus cher, mais il conjugue le prix supérieur avec une énergie non renouvelable par rapport à l’électricité qui est, certes, plus chère, mais non fossile.

Ainsi, pour une consommation de fioul d’environ 1.500 litres à l’année, l’énergie coûterait autour de 1.350 € par an, il vous faudrait un équivalent de 1.500 € de propane environ, de 2.300 € d’électricité et de 1.000 € en bois ou en gaz naturel.
 

Coût en fonction de la technologie

Choisir la bonne énergie ne suffit pas, il faut également choisir la bonne technologie.

 

  • Chaudière classique
    Avec un rendement autour de 90 %, le chauffage s’obtient par le brûlage de l’énergie et un ballon en régule la température.
    Un fois distribuée, des robinets thermostatiques et un thermostat d’ambiance font le reste.
    Le prix d’un tel modèle s’étend de 1.000 à 4.500 € selon la marque, la qualité, la puissance et l’énergie.
     
  • Chaudière basse température
    Les modèles B1 disparaissent au profit des B2 et C pour diminuer l’émission de NOx.
    Plus long à se réchauffer, ce modèle basse température convient par exemple pour le chauffage au sol.
    Une économie autour de 20 % est alors possible.
    Il faut ainsi compter de 3.000 à 5.000 € en fourniture.
     
  • Chaudière à condensation
    La vapeur d’eau évacuée est réutilisée pour récupérer les calories qui s’y trouvent et permettre de gagner encore en performance.
    Encore plus performante, l’économie se situe entre 20 et 30 %.
    Le prix, quant à lui, est de l’ordre de 4.500 à 7.000 €.
     
  • Chaudière à cogénération
    Encore plus performante, elle avoisine les 100 % de rendement.
    Elle s’adresse à de gros besoins, moins pour les particuliers et plus pour les collectivités ou les copropriétés.
    Le prix passe alors entre 10.000 et 20.000 €.
     

Bien sûr, il est possible de gagner encore en économie en réalisant alors une chaudière hybride qui, avec le gaz ou le fioul, peut se coupler avec une pompe à chaleur.
Dans ce cas, vous allez au-delà des 100 % de rendement et le prix de la chaudière seule est de l’ordre de 5.000 à 9.000 €.
 

Technologie

Prix en fourniture

classique

de 1.000 à 4.500 €

basse température

de 3.000 à 5.000 €

condensation

de 4.500 à 7.000 €

cogénération

de 10.000 à 20.000 €

 

La puissance de la chaudière

Il vous faut encore savoir quelle puissance vous sera nécessaire. Il est possible de le savoir en additionnant les besoins de tous les radiateurs de la maison, puissance qui a généralement été calculée par un professionnel selon la surface des pièces, leur volume, l’isolation, la présence de murs extérieurs plus froids ou non, celle d’ouvertures, etc.

Par exemple :

  • une maison de plus de 100 m² demandera une puissance d’un peu plus de 20 kW pour le chauffage ;
  • avec la production d’eau chaude, il lui faudra de 25 à 35 kW, selon le nombre de personnes dans le foyer puisqu’il faut compter environ 5 kW par personne pour l’eau chaude.

 

Le rendement

Le rendement et le coût de l’énergie restent des éléments importants dont il faut tenir compte lors d’un investissement. Ainsi, à titre de comparaison, selon un barème qui a peut-être légèrement évolué mais avec un ordre de comparaison qui, lui, reste d’actualité, le coût de chauffage à bois pour 4 kWh s’évalue à 0,17 € quand il se monte à 0,49 € pour un radiateur électrique avec un tarif heures pleines, à 0,31 € pour un radiateur électrique heures creuses ou à 0,26 € pour un chauffage gaz de ville.

 

Le prix de revient annuel du chauffage

Nous avons déjà étudié ce prix de revient dans un précédent guide, les prix ont peut-être très légèrement évolué mais l’idée générale reste la même, c’est-à-dire, du plus cher au moins cher, en retenant des solutions avantageuses :

 

Modèle de chauffage et de chaudière

Prix annuel

convecteurs avec chauffe-eau thermodynamique

ou chaudière électrique avec production d’eau chaude

autour de 2.700 €

chaudière à condensation fioul

autour de 1.700 €

chaudière bois granulés

autour de 1.300 €

chaudière à condensation gaz naturel avec chauffe-eau solaire

autour de 1.250 €

chaudière à condensation gaz naturel

autour de 1.150 €

chauffage solaire

autour de 600 €

pompe à chaleur

autour de 600 €

 

Ces prix comprennent la fourniture et pose du matériel, avec amortissement de 15 ans, ainsi que le prix de l’énergie par an.

Sachant par ailleurs que les deux derniers postes ne suffiront que rarement à chauffer la maison et l’eau, ce sont plutôt des compléments d’un chauffage existant.

 

Selon l’appareil

Bien sûr, tous les prix ne sont qu’indicatifs et leur seule variation ne provient pas que du type d’énergie qui les caractérise.

Il est toujours possible de trouver des prix supérieurs ou inférieurs, selon le matériel choisi. Tout en faisant attention à ne pas tomber dans les prix de matériels et de marques les plus bas, au risque de vous confronter à des marques moins fiables ou à des rendements moins bons.

En outre, ces prix se trouvent augmentés par des options souvent intéressantes telles que le dispositif de régulation qui se chiffre entre 1.500 et 1.800 € HT.

 

Neuf ou rénovation

Brièvement abordé, le choix de l’énergie se fera aussi en fonction du travail qui sera souvent plus facile sur un chantier de neuf que sur un chantier de rénovation.

Tout d’abord pour le passage de canalisations si elles sont nécessaires, qui devra certainement faire appel à plus de précautions.

Mais, peut-être également, parce qu’une dépose d’un ancien système peut aussi être utile. Dans ce cas, voici quelques tarifs supplémentaires :

  • dépose d’une chaudière existante : 200 à 250 € HT ;
  • dépose de 7 radiateurs à eau : 400 à 600 € HT ;
  • dépose de 7 radiateurs électriques : 100 à 120 € HT.

La pose du chauffage

La pose du chauffage comprend donc plusieurs éléments que nous allons ainsi récapituler :

 

Equipement à installer

Prix de pose seule

chaudière fioul

de 1.000 à 2.000 €

chaudière au gaz naturel

de 800 à 1.500 €

raccordement au réseau de gaz

autour de 40 € le mètre linéaire

chaudière à granulés

de 1.000 à 2.000 €

chaudière électrique

de 500 à 1.500 €

radiateur

autour de 150 € pièce

plus-value pour production d’eau chaude

autour de 200 €

 

L’entretien du chauffage

Bois, gaz ou fioul, vous devrez aussi ajouter un entretien régulier de chauffage et de conduit d’évacuation des fumées.
Pour cet entretien annuel, il faut prévoir une somme allant de 150 à 250 € annuel, selon votre fournisseur et selon l’énergie de la chaudière.

Il est souvent préférable de signer un contrat d’entretien, le fournisseur se chargeant de vous fixer ces dates et évitant ainsi que cet entretien soit oublié.
De plus, vous serez souvent prioritaire auprès de lui en cas de panne, puisque vous ferez partie de la liste de ses clients.

 

Les aides

Au milieu de tous ces tarifs qui peuvent effrayer, quelques bonnes nouvelles, cependant. A condition toutefois, que le professionnel qui intervient soit labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les économies d’énergie sont particulièrement bien aidées par l’Etat, que ce soit par la prime énergie, par le crédit d’impôt de 30 %, à condition de faire appel à ce professionnel aussi bien pour la pose que pour la fourniture.

Autres aides dont il est possible de bénéficier : une TVA à 5,5% et un éco-prêt à taux zéro.

Sans oublier que des organismes comme l’ANAH, comme EDF, ou des collectivités régionales ou départementales peuvent aussi concevoir certaines aides.

 

La chaudière à 1 euro

Selon le principe de l’isolation à 1 euro, le gouvernement a également mis en place cette opération de chaudière à 1 €.

En fait, elle consiste à cumuler l’ensemble des aides possibles, que ce soit la Prime d’Etat “Coup de pouce chauffage” de 4.000 € pour les ménages à revenus modestes et de 2.500 € pour les autres, les aides de l’ANAH sous conditions de ressources et le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE).
Certains partenaires s’engagent donc pour cumuler ces aides pour vous et, selon vos ressources, ajouter leur propre participation pour vous permettre d’arriver à ce prix attractif de seulement 1 €.

Pour les revenus supérieurs, vous bénéficierez quand même de la Prime d’Etat et du CITE, ce qui représentera déjà une belle remise.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.