Prix d’une chaudière à gaz

Mis à jour le 09 avril 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-04-09 13:15:00
Chaudière et réseau de gaz

Le prix d’une chaudière à gaz, de 650 € à 20.000 €, en fourniture et pose, laisse place à des gammes très variées qui peuvent aussi bien dépendre du gaz qui les alimente, naturel ou propane, que de leur principe de fonctionnement, voire de leur puissance. Qu’elle alimente vos radiateurs, mais aussi votre eau sanitaire, qu’elle soit couplée avec d’autres matériels, voici une revue de tous les cas de figure.

 

 

Vous avez un projet ?

Le principe de la chaudière

Le principe premier de la chaudière est de fournir l’eau chaude qui circulera dans votre réseau pour alimenter vos radiateurs, mais aussi vos autres matériels vous permettant de chauffer un logement, des bureaux ou autres.

 

Le gaz est un des moyens qui vous permet cette production d’eau chaude, un moyen de plus en plus privilégié depuis que se développent les réseaux de gaz naturel, appelé parfois gaz de ville, dans la grande majorité, non seulement des villes, mais aussi des villages.

 

Une priorité surtout en rapport du fioul, encore plus polluant, encore plus cher et qui est donné depuis les plus hautes sphères politiques du pays.

 

Si la chaudière permet donc de produire l’eau chaude chauffage, elle permet aussi la production éventuelle d’eau chaude sanitaire qui peut, dès lors, être stockée dans un ballon dont la contenance dépendra du besoin de la famille ou des habitants.

 

Pour mieux étudier les éventualités qui s’offrent à vous, vous pouvez aller sur le guide Prix de pose de chaudière.

 

 

L’installation d’une chaudière à gaz

 

Si la chaudière à gaz devient l’une des méthodes préférées, c’est parce qu’elle s’appuie sur une énergie fossile cependant moins nocive que le pétrole. De plus, avec des principes de méthanisation, se développent de nouvelles méthodes qui permettront de rendre le pays moins dépendant des exportations.

 

Plus propre donc, le gaz naturel possède un autre atout majeur qui est que c’est l’énergie, en dehors du bois, qui est la moins chère, au moins 30 % de moins que le chauffage fioul.

 

De plus, si l’électricité a l’avantage de ne pas être une énergie fossile mais une énergie renouvelable, elle revient cependant 2 fois plus cher et nécessite donc une maison parfaitement isolée, voire à énergie positive et, le plus souvent, élimine la possibilité de l’installer dans certaines régions ou certaines altitudes trop froides.

 

De plus, la chaudière gaz est très facile à coupler avec des compléments tels que pompe à chaleur, par exemple.

 

Ce qui fait que, pour l’environnement, pour la balance commerciale et pour le portefeuille des foyers, le gaz naturel est une bonne solution qu’il est raisonnable de privilégier.

 

Réseau de chauffage

Si l’installation d’une chaudière est un choix écologique, bien sûr, c’est aussi un choix économique, donc, pour les ménages. Aussi, pour mieux comparer quelques solutions, voici un comparatif de ce qui vous attend, si on prend en compte, à la fois, le prix de la fourniture de la chaudière, de sa pose, en partant d’un amortissement sur 15 ans de ce matériel, et que l’on inclut la distribution, la consommation d’énergie et l’entretien, et qui tend à prouver l’intérêt financier du gaz naturel :

 

Modèle de chaudière

Prix de revient annuel

Chaudière à condensation fioul

autour de 1 700 €

Chaudière à condensation gaz naturel

autour de 1 150 €

Chaudière à condensation gaz naturel + chauffe-eau solaire

autour de 1 250 €

convecteurs électriques + chauffe-eau thermodynamique

autour de 2 700 €

 

 

 

Les avantages et les inconvénients d’une chaudière à gaz

Un tableau reprenant les avantages et les inconvénients d’une chaudière gaz sera plus parlant que n’importe quel argumentaire et vous permettra de confirmer cet intérêt que vous pourrez trouver dans la chaudière gaz et, plus particulièrement, dans celle au gaz naturel :

 

 

Avantage du chauffage gaz

Inconvénients du chauffage gaz

  • Le gaz est l’énergie la moins chère, un peu moins que le fioul et beaucoup moins que l’électricité
     
  • Energie qui dégage moins de CO2 (234 pour le gaz naturel) que le fioul (300)
     
  • Chaleur douce du chauffage central
     
  • Dans le cas du gaz naturel, pas de stockage et paiement à la consommation
     
  • Bonnes possibilités d’aides financières
  • Nécessite une installation complète de chauffage avec alimentation de radiateurs
     
  • Obligation d’un entretien annuel
     
  • Dégage plus de CO2 que l’électricité ou le bois (234 pour le gaz naturel, 180 pour l’électricité et 13 pour le bois s’il est suivi de replantation)
 

 

Il y a une émission de CO2 supérieure à l’électricité comme le démontre le tableau suivant:

nature du combustible chauffage

émission de CO2

fioul

300

gaz naturel

234

gaz propane

274

charbon

384

bois*

13 (avec replantation)

électricité

180

 

 

 

 

Chaudière gaz murale ou chaudière au sol ?

Une question qui peut se poser est de savoir si vous devez choisir une chaudière gaz murale ou une chaudière gaz au sol. Bien sûr, la première réponse dépendra, avant tout, de la place dont vous disposez et, plus précisément, de l’emplacement que vous pensez lui offrir.

 

  • La chaudière gaz murale : elle présente souvent des dimensions réduites et convient particulièrement pour des logements plus petits, comme le sont, par exemple, les appartements. Cette dimension réduite s’accompagne, le plus souvent, d’une puissance elle aussi réduite.
     
  • La chaudière gaz au sol : c’est évidemment tout l’inverse de la précédente, à savoir qu’elle est plus imposante, et nécessite donc un véritable espace dédié qui ne permet pas de la placer dans un simple placard. Elle pourra, par contre, alimenter des surfaces beaucoup plus conséquentes et des familles plus nombreuses, tout en permettant, à la fois, le chauffage et l’eau chaude. Bien évidemment, son installation en sera, également, plus chère.

 

 

Prix d’une chaudière à gaz

Pour bien définir le prix d’une chaudière à gaz, il faut aussi définir sa technologie. Il en existe, en effet, différentes, plus ou moins évoluées, plus ou moins complexes, plus ou moins économiques, qui permettent alors des rendements différents pour votre chauffage.

 

Récemment, en septembre 2018, les modèles B1 ont été retirés du marché, suite à une directive européenne, dans le but d’une amélioration des rendements. Voici donc un récapitulatif des différents modèles de chaudières à gaz que vous pourrez trouver sur le marché, selon vos priorités :

 

  • La chaudière à gaz classique
    C’est le modèle de base de chaudière, celle qui vous coûtera le moins cher mais qui sera, également, la moins économique en consommation. C’est pourquoi ce modèle tend à disparaître au profit des modèles moins consommateur.
    L’avantage de ce modèle est son prix de fourniture qui se limite autour de 700 € pour les premiers modèles, et selon les marques, peut aussi aller jusqu’à 4.000 €.
     
  • La chaudière gaz à condensation
    Le procédé est déjà plus évolué puisque, en plus du principe de chauffe habituel, les vapeurs d’eau qui sont évacuées sont réutilisées afin de récupérer la chaleur qui s’y trouve.
    Ce qui permet à cette chaudière à condensation d’offrir une économie d’énergie de l’ordre de 20 à 30 %.
    D’un prix qui va sensiblement de 1.500 à 5.000 €, vous pourrez, par contre, bénéficier du crédit d’impôt qui la ramène proche du prix d’une chaudière classique, si vous n’avez pas épuisé vos droits à ce CITE.
     
  • La chaudière basse température
    Comme l’indique précisément son nom, elle est prévue pour ne proposer des températures de chauffe que de l’ordre de 45° C. C’est donc tout un système adapté que vous devrez lui coupler, à savoir, de préférence, un principe de chauffage au sol à eau et des radiateurs à chaleur douce qui permettront de chauffer efficacement votre habitation, sans avoir besoin d’un réglage habituel qui se situe normalement autour de 60° C.
    Avec ce principe de fonctionnement, la chaudière à basse température offre alors une économie d’énergie qui se situe entre 25 et 45 %.
    Quant à son prix de fourniture, il faut compter sur une fourchette allant de 3.000 à 5.000 €.
     
  • La chaudière pulsatoire
    Modèle qui s’appuie sur un phénomène de micro-combustion qui s’enchaîne à l’infini. Les gaz de combustion ne ressortent qu’à une température de 50 ° C, ce qui signifie que toute la chaleur est parfaitement utilisée et qu’un simple tuyau PVC permet d’évacuer ces gaz de combustion, sans nécessiter de cheminée.
    Ce principe de chaudière peut aussi bien être utilisé avec un chauffage au sol qu’avec une production d’eau chaude sanitaire.
    L’économie d’énergie de cette chaudière pulsatoire est alors de 25 à 40 %.
    Pour l’achat de ce modèle de chaudière gaz, il faut compter entre 3.000 et 5.000 € environ.
     
  • La chaudière gaz à cogénération
    Elle va encore plus loin que les procédés précédents puisque, en plus d’apporter une puissance de chauffe, elle se permet de produire aussi de l’électricité, ce qui la rend évidemment plus bénéfique en termes d’économie d’énergie.
    Elle est alors destinée à des constructions plus consommatrices et s’est tournée plus récemment à destination de l’habitat classique.
    Sur ce plan de l’économie d’énergie, le gain est alors calculé entre 50 et 80 %.
    Bien sûr, le prix s’en ressent automatiquement puisqu’il faut alors compter entre 10.000 et 20.000 € pour un tel modèle.
     
  • La chaudière hybride
    Le dernier modèle réside, en fait, dans la solution de coupler deux énergies qui sont le gaz, énergie fossile, et l’électricité, énergie renouvelable, afin de faire baisser le niveau de consommation.
    La chaudière gaz est alors couplée avec une pompe à chaleur. C’est cette dernière qui fonctionne en priorité, la chaudière gaz venant seulement compléter ce que ne peut pas chauffer seule la pompe à chaleur.
    L’économie d’énergie de ce couplage est alors évaluée autour de 40 %.
    Comptez alors de 5.000 à 8.000 € pour la chaudière gaz.
     

 

Principe de chaudière gaz

rendement

Economie d’énergie

Prix en fourniture

chaudière classique

90 %

-

de 700 à 4.000 €

chaudière à condensation

+ de 100 %

de 20 à 30 %

de 1.500 à 5.000 €

chaudière basse température

+ de 90 %

de 25 à 45 %

de 3.000 à 5.000 €

chaudière pulsatoire

+ de 100 %

de 25 à 40 %

de 3.000 à 5.000 €

chaudière à cogénération

+ de 100 %

de 50 à 80 %

de 10.000 à 20.000 €

chaudière hybride

+ de 100 %

autour de 40 %

de 5.000 à 8.000 €

 

 

Gaz naturel ou propane

La chaudière au gaz se justifie particulièrement lorsque le gaz naturel passe dans votre rue. Dans le cas contraire, il vous faut une chaudière GPL ou gaz propane, dont le prix ne diffère pas énormément, mais dont le coût énergétique n’est pas loin de doubler, du fait du prix du gaz en lui-même mais, qui plus est, par la location d’une cuve et un rendement souvent moindre de la chaudière. Enfin, avec une citerne, vous payez votre énergie avant de la consommer.

 

 

chaudière gaz naturel

chaudière gaz propane

Investissement chaudière

de 1.500 à 5.000 €

de 2.000 à 6.000 €

Consommation annuelle

de 800 à 1.000 €

de 1.500 à 1.700 €

Entretien annuel

150 €

150 €

Location citerne annuelle

-

250 €

 

 

Le choix de la bonne marque

Le prix de fourniture d’une chaudière, qu’elle soit de n’importe quelle énergie, dépendra aussi du choix de la marque. Vous trouverez des marques concurrentes avec des prix assez variés. Cette différence de prix se traduit aussi, le plus souvent, par une différence de durée de vie.

C’est pourquoi certaines d’entre elles sont plus réputées que d’autres et les noms de Viessmann, de Frisquet ou de De Dietrich sont accompagnés d’une fiabilité assurée. Tout comme le sont d’autres marques comme Atlantic, Chaffoteaux, Chappée, ELM Leblanc ou Saunier Duval.

 

Prix d’une chaudière à gaz selon le combustible : gaz naturel ou propane ?

Alors que les réseaux de distribution de gaz naturel se développent très largement en France, y compris dans les villages, c’est de loin la meilleure solution pour une chaudière gaz.

C’est aussi une solution économique, que ce soit dans l’investissement au niveau de la chaudière, ou dans le coût du gaz en lui-même, par rapport au gaz propane.

Le gaz naturel est de 30 à 50 % moins cher que le propane, selon le fournisseur. De plus, le gaz propane nécessite de la place pour installer une cuve en extérieur et doit aussi être payé pour stockage, contrairement au gaz naturel que vous ne payez qu’à votre consommation.

 

 

Chaudière à gaz naturel

Chaudière à gaz propane

Investissement chaudière

de 1 500 à 5 000 €

de 2 000 à 6 000 €

Consommation annuelle

de 800 à 1 000 €

de 1 500 à 1 700 €

Entretien annuel

150 €

150 €

Location citerne annuelle

-

250 €

 

 

 

La production d’eau chaude sanitaire

 

Une autre question se pose lorsque vous décidez de vous équiper d’une chaudière, c’est la production d’eau chaude. Vous pouvez opter pour cette production d’eau chaude sanitaire liée directement à votre chaudière ou choisir de réaliser cette production d’eau chaude par un autre système, comme un chauffe-eau électrique en relation avec des panneaux solaires, par exemple.

Dans le cas d’un chauffe-eau électrique en complément, il faut savoir que vous devez compter environ 1.000 € par m² de panneaux photovoltaïques et qu’un chauffe-eau avec ballon d’eau chaude est également nécessaire. Le total de la dépense se situe alors entre 3.500 et 5.000 € en fourniture et pose. Une dépense à amortir sur la consommation d’énergie pour la seule alimentation sanitaire.

Pour deux personnes, à l’année, la consommation de gaz est estimée à 2.580 kWh en eau chaude sanitaire, ce qui revient à un peu moins de 150 € pour le foyer. Il risque donc de vous falloir quelques années pour l’amortir, surtout que la durée de vie du chauffe-eau se situe autour d’une dizaine d’années, à moins que vous ne soyez une grande famille. A vous d’effectuer le calcul.

 

Dans le cas d’un chauffe-eau électrique en complément, il faut savoir que vous devez compter environ 1.000 € par m² de panneaux photovoltaïques et qu’un chauffe-eau avec ballon d’eau chaude est également nécessaire. Le total de la dépense se situe alors entre 3.500 et 5.000 € en fourniture et pose. Une dépense à amortir sur la consommation d’énergie pour la seule alimentation sanitaire.

Pour deux personnes, à l’année, la consommation de gaz est estimée à 2.580 kWh en eau chaude sanitaire, ce qui revient à un peu moins de 150 € pour le foyer. Il risque donc de vous falloir quelques années pour l’amortir, surtout que la durée de vie du chauffe-eau se situe autour d’une dizaine d’années, à moins que vous ne soyez une grande famille. A vous d’effectuer le calcul.

 

Cette installation avec panneaux photovoltaïques vous reviendra alors autour de 3.000 à 5.000 €. A vous de calculer l’amortissement en rapport d’une chaudière gaz plus puissante pour savoir quel est votre intérêt.
 

Financièrement, le plus intéressant est, le plus souvent, de confier cette production d’eau chaude sanitaire à votre chaudière car la surconsommation en gaz ne dépassera certainement pas les 150 €, et qu’il vous faudrait alors autour de 20 ans pour amortir votre installation, plus que la durée de vie de votre chauffe-eau électrique.

 

Couplage avec pompe à chaleur

 

C’est l’une des possibilités retenue pour l’installation d’une chaudière, qu’elle soit à gaz ou au fioul, c’est de le coupler avec un principe de pompe à chaleur. Le but est de pallier le manque de production de la pompe à chaleur, en fait, qui ne suffit généralement pas à chauffer la maison pour toute une famille, et à réaliser, aussi, la production d’eau chaude sanitaire.

 

Le cas a d’ailleurs été brièvement envisagé dans le principe de la chaudière à gaz hybride. Votre consommation devrait alors diminuer de l’ordre de 40 % tandis que le surcoût de l’opération devrait se situer autour de 4.000 €.

Si vous prévoyez un amortissement de l’ordre de 10 ans, il sera donc de 400 €, ce qui pour une économie de 40 %, représente une consommation annuelle normale de 1.000 €, tout à fait envisageable puisque cela représente la consommation d’une maison relativement simple au niveau familiale, pour un climat moyen normal.

 

La puissance de la chaudière

 

Trouver le bon modèle de chaudière, c’est aussi choisir une chaudière de la bonne puissance en fonction de votre habitation. Appartement ou maison, famille de 2 ou 4 personnes, production d’eau chaude sanitaire ou non, vous aurez besoin de différentes solutions en termes de puissance.

 

Il faut donc bien réfléchir à ce qui vous sera utile et ne pas sous-estimer ces besoins au risque de ne pas disposer de suffisamment puissance pour son fonctionnement et de devoir, en plus, l’utiliser continuellement à plein régime, au risque de l’user très rapidement. Inutile, également, de la surestimer puisque son prix serait alors inutilement élevé.
 

Il existe différentes méthodes de calcul de puissance de cette chaudière mais, dans le cas où les radiateurs existent déjà, elle doit être capable de les alimenter.

Le plus simple est alors de cumuler la puissance de chacun de ces radiateurs et de leur ajouter une valeur de l’ordre de 20 % qui lui permettra une réserve de puissance mais aussi d’être suffisante si, demain, vous décidez d’ajouter une pièce à votre maison, par exemple, sans être obligé de changer la chaudière.

 

Bien sûr, de la même manière, la puissance des radiateurs doit être adaptée au volume des pièces à chauffer et en les répartissant idéalement dans la pièce. De préférence sous une fenêtre pour réchauffer l’air froid qui pourrait en provenir, en hiver.

 

Nature du logement

Puissance chaudière sans eau chaude sanitaire

Puissance chaudière avec eau chaude sanitaire

Appartement de 80 à 100 m²

12 à 20 kW

23 à 28 kW

Appartement de plus de 100 m²

18 à 25 kW

25 à 35 kW

Maison de plus de 100 m²

+ de 20 kW

25 à 35 kW

 

 

 

Les autres éléments pouvant influer sur la puissance de votre chaudière à gaz ?

Si le calcul est relativement simple, a priori, il ne faut pas oublier que certaines autres caractéristiques de votre habitation peuvent aussi modifier la donne et vous obliger à prévoir plus ou moins de puissance que dans des conditions normales :

  • Votre région d’implantation peut présenter des variations puisque la puissance de chauffe nécessaire à Marseille ou à Lille ne sera pas la même, tout comme elle sera différente en plaine et à 2.000 mètres d’altitude ;
     
  • Le niveau d’isolation de la maison joue également un rôle primordial, isolation des murs, des ouvertures et des plafonds ou combles. Si vous avez trop de déperdition de chaleur, votre chaudière devra vous fournir une puissance encore supérieure. Vous aurez d’ailleurs intérêt à bien isoler avant d’installer votre chauffage central, vous pourrez d'ailleurs bénéficier des aides sous forme de crédit d’impôt pour le faire ;
     
  • La chaudière dépendra évidemment du volume à chauffer, mais pas seulement de la surface. Un séjour cathédral, par exemple, est plus compliqué à chauffer qu’une pièce de 2,50 m de haut, la chaleur ayant tendance à monter. Dans ce cas, un brassage d’air peut aussi vous permettre de renvoyer l’air chaud vers le bas ;
     
  • Bien sûr, et comme l’a démontré le tableau précédent, la présence d’une production d’eau chaude sanitaire en complément du circuit d’eau des radiateurs oblige à une puissance de chaudière supérieure.
     

Vous avez intérêt à tout prévoir si vous ne voulez pas vous retrouver avec une facture supérieure de l’ordre de 10.000 à 15.000 €.

 

Prix des compléments

 

La simple installation d’une chaudière à gaz, en elle-même, ne suffit pas pour avoir du chauffage et pour sa sécurité. Un certain nombre de compléments sont nécessaires, sans parler de toutes les canalisations et de la distribution, aussi bien dans le système de chauffage que dans celui de l’eau chaude sanitaire, ou encore de l’alimentation en eau et en gaz au niveau de la chaudière.

 

Ce qui est également nécessaire, c’est le principe d’évacuation des fumées. Selon les modèles de chaudières, il vaut faudra une évacuation plus ou moins normalisée, plus ou moins étanche et, toujours selon le modèle, une évacuation des eaux usées. Voici donc certains de ces travaux optionnels nécessaires :

 

  • une évacuation des eaux usées dans le cas d’une chaudière gaz à condensation, afin que les substances acides puissent être éliminées avec un raccordement qui permette de les prendre en charge sans risque. Le professionnel qui vient installer votre chaudière en connaît les règles ;
     
  • la distribution de l’eau chaude dans votre système de chauffage pour alimenter vos radiateurs, selon 3 solutions envisageables :
    • le principe monotube
      Les canalisations partent de la chaudière et alimentent les radiateurs les uns après les autres. C’est le système le plus simple à réaliser, mais pas le plus efficace car, en une seule boucle, le circuit se refroidit beaucoup plus vite.
       
    • le principe bitube
      Deux canalisations parallèles existent, ce qui permet à la fois d’alimenter le radiateur en eau chaude, pour l’évacuer en sortie de radiateur vers la chaudière afin de la réchauffer aussitôt pour que tout le système soit parfaitement réchauffé.
       
    • le principe pieuvre
      C’est encore le principe le plus intéressant puisque chaque radiateur dispose de son propre réseau indépendant. Depuis un point central, qui peut aussi partir de la chaudière vers un grenier, afin de redescendre ensuite vers chaque radiateur - on parle alors d’un système parapluie - la canalisation de départ se démultiplie donc vers chaque radiateur. Un principe de chauffage égalitaire pour chaque radiateur qui a alors la même température.
       

Une distribution de ces canalisations avec la mise en place de 8 à 10 radiateurs, soit une habitation d’environ 3 chambres, il en coûtera, en fourniture et pose, pour l’installation du réseau, hors chaudière, de 7.000 à 11.000 €, selon la difficulté et les distances de distribution.

 

  • Dans le cas d’un chauffage au sol, il vous faut compter environ 40 à 75 € le m² posé.
  • Si une dépose de radiateurs à eau est à prévoir, comptez de 60 à 80 € par radiateur ou, pour leur remplacement tout compris, autour de 150 € pour un radiateur en acier.

 

 

Le coût de la main d’œuvre pour l’installation d’une chaudière à gaz

 

Qu’il naturel ou propane, le gaz étant un combustible très particulier, il est particulièrement important de confier l’installation de la chaudière à un spécialiste du domaine. Lui seul saura mettre en œuvre l’ensemble des techniques de pose permettant de réaliser cette opération dans le respect de la sécurité et des normes. Lors de son intervention, il s’assurera également que la ventilation des lieux est suffisante et que l’ensemble des évacuations est adapté.

 

Côté prix de pose, le budget avoisinera les 500 à 2.000 €, un tarif qui englobe le raccordement des installations avec la pose de la chaudière.

 

 

Prix de remplacement d’une chaudière à gaz

 

L’installation simple d’une chaudière n’est, évidemment, pas le seul cas d’intervention. Il est aussi possible de faire intervenir un professionnel dans le cas de remplacement d’une chaudière :

  • que ce soit à l’identique, chaudière gaz à condensation pour chaudière gaz à condensation neuve ;
  • pour une amélioration technique : chaudière à gaz simple pour chaudière à gaz à condensation ;
  • pour un changement d’énergie : chaudière fioul remplacée par chaudière à gaz naturel.
     

Il faudra alors prévoir d’ajouter, au coût d’installation, le coût de dépose du modèle existant et son enlèvement. Comptez alors autour de 150 à 200 € en supplément.

 

 

Prix de réparation d’une chaudière

 

Il arrive que des réparations soient nécessaires pour prolonger le bon fonctionnement d’une chaudière. Que ce soient certaines pièces victimes d’usure ou un manque d’entretien, le résultat sera généralement le même, à savoir une chaudière qui consomme plus qu’elle ne le devrait, voire pire, qui cesse de fonctionner.

Dans les deux cas, un chauffagiste devra intervenir afin de résoudre le problème en réparant ou en remplaçant la ou les pièces endommagées. A noter qu’un entretien régulier pourra, déjà, limiter un certain nombre de pannes. Dans le tableau suivant, découvrez deux cas de pannes possibles sur une chaudière à gaz et les tarifs moyens pratiqués.

 

Pièce concernée

Travaux mis en œuvre

Prix de la réparation

le thermostat :

permet la gestion de la température dans le logement

remplacement de la pièce

(tarif variable selon la marque et le modèle de thermostat)

90 à 250 €

le thermocouple :

élément de sécurité qui contrôle l’ouverture de la valve de gaz

réparation ou remplacement de la pièce

60 à 240 €

 

 

 

L’entretien d’une chaudière à gaz

 

Etant donné le combustible utilisé et le principe de fonctionnement, il est important de prévoir un bon entretien de la chaudière à gaz dès lors qu’elle affiche une puissance oscillant entre 4 et 400 kW (soit la quasi-totalité des modèles disponibles sur le marché). Pour ce faire, seul un professionnel aguerri sera en mesure d’effectuer l’ensemble des opérations de vérifications et de réglages nécessaires. Ainsi, il s’assurera que les différentes pièces de la chaudière sont en bon état de fonctionnement et correctement réglées. Il procédera au nettoyage du conduit d’évacuation des fumées de combustion (ramonage) et à la mesure du taux de monoxyde de carbone rejeté par l’appareil.

En outre, par son intervention, votre plombier-chauffagiste offrira une meilleure durée de vie à votre installation. A l’issue de cette intervention, il vous délivrera une attestation d’entretien à conserver sur une période de 2 ans au moins. A défaut d’un entretien annuel réalisé dans les règles de l’art, les risques vont grandissants en matière de sécurité. En effet, un matériel mal entretenu peut être générateur d’incidents divers : surconsommation énergétique, pannes, voire incendie ou intoxication au monoxyde de carbone.

 

A noter que dans le cas d’un logement locatif, c’est généralement le locataire qui prendre l’entretien des équipements à sa charge, à moins que le bail ne mentionne d’autres dispositions. S’il ne respecte pas cette obligation, le propriétaire pourra, lors de sa sortie des lieux, lui imposer la réalisation de cet entretien ou lui en déduire les frais sur la caution. S’il s’agit d’un logement en copropriété doté d’une chaudière commune à plusieurs logements, c’est alors souvent le syndic qui gère le contrat d’entretien.

 

Par ailleurs, en termes d’assurance, il se peut que suite à un incident nécessitant le recours à une indemnisation, votre courtier vous demande votre attestation d’entretien. En l’absence, il sera en droit de réduire l’indemnisation du sinistre subi et d’augmenter votre prime d’assurance sur la période suivante.

 

Enfin, sachez que ce type d’intervention d’un professionnel se facture autour de 150 à 200 €. Des contrats d’entretien peuvent être mis en place. Ces contrats présentent divers avantages tels que, notamment, une automatisation de l’entretien annuel, des frais de déplacement inclus et une prise en charge plus rapide de vos besoins en cas de panne.

 

 

Prix d’une chaudière à gaz : TVA et aides

 

Un investissement dans une chaudière à gaz peut s’avérer être un investissement parfois lourd pour les foyers. Un investissement capable de freiner les projets même s’ils sont générateurs, ensuite, d’économies d’énergie et donc financières.

Lors, afin d’aider les ménages à porter leurs projets, différentes aides ont été mises en place. L’objectif est multiple, éliminer les modèles de chaudières trop anciennes et relativement polluantes, permettre une amélioration du confort thermique des logements et réduire leur facture énergétique.

 

Parmi les aides envisageables, le CITE, l’éco-prêt à taux zéro ou encore les programmes de l’Anah pourront devenir d’excellents leviers. Par ailleurs, selon les cas de figure, la TVA peut aller de 5.5 % à 20 %. Dans tous les cas, il vous faudra en passer par un artisan certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

 

Enfin, il existe une autre aide de l’Etat, celle de la chaudière à 1 €, un dispositif visant à pousser les ménages à s’équiper de chaudières moins énergivores.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.