Comment choisir son carrelage ?

Mis à jour le 03 mars 2020
2020-03-03 10:30:00
Pièce avec sol en carrelage

Le choix d’un carrelage s’opère une fois seulement après en avoir étudié toutes les caractéristiques. Il vous faudra alors déterminer l’utilisation que vous désirez en faire, la résistance dont il doit faire preuve pour cela ou encore le matériau de fabrication et les dimensions des carreaux.

 

Vous avez un projet ?

Budget récapitulatif achat et pose

Nature du carrelage

Prix au m² en fourniture seule

céramique

20 à 120 €

pierre naturelle

30 à 200 €

autres

10 à 200 €

Type de pose

Prix au m²

droite

40 €

décalée

45 €

diagonale

50 €

avec cabochon

55 €

Technique de pose

Prix au m²

clipsée

15 à 20 €

collée

30 à 50 €

scellée

40 à 60 €

Travaux annexes

Prix au m²

dépose carrelage

20 à 30 €

enduit de lissage

10 à 20 €

ragréage

20 à 25 €

chape en mortier

25 à 50 €

 

Les types de carrelage

La nature des carreaux, c’est-à-dire le matériau de fabrication de ces derniers est un premier point permettant de les différencier.

Il s’agit d’un des premiers paramètres dont il faudra tenir compte lors du choix du carrelage.

Ainsi, plusieurs catégories se différencient. Les 2 principaux matériaux sont issus de la pierre naturelle ou bien de la céramique. Ces familles se déclinent ensuite en différents modèles.

Le tableau qui suit en dresse la liste :

Matériau originel

Descriptif

Prix au m² en fourniture seule

céramique

grès émaillé

De résistance plus faible que le grès cérame, la version émaillée a quant à elle l’avantage, en cas de choc, de ne pas observer de changement de teinte.

20 à 80 €

grès cérame

Très résistant aussi bien aux chocs qu’à l’usure ou encore à la porosité. Présent dans de nombreux aspects (parquet bois, béton…), il existe aussi en différents coloris.

20 à 100 €

grès cérame émaillé

La résistance aux impacts est plus faible. De plus ces derniers sont plus apparents sur les carreaux en cas de chocs. En revanche, il offre une très belle résistance face aux différents frottements dont il peut être victime.

20 à 120 €

terre cuite

Matériau entièrement d’époque, il s’adapte aussi bien à l’ancien qu’au moderne.

30 à 90 €

tomette

Elle se matérialise généralement sous la forme d’octogone ou d’hexagone et se décline souvent en beige, rose ou encore rouge. De plus, elle est compatible avec un chauffage au sol.

40 à 100 €

faïence

Il s’agit d’un carrelage mural qui est généralement installé dans les pièces humides telles que la salle de bains ou les WC. L’entretien y est très facile.

20 à 120 €

pierre naturelle

travertin

Ce matériau noble se décline en plusieurs teintes (gris, jaune, rouge, brun...) mais aussi en différents aspects : poli, brossé ou encore vieilli.

30 à 70 €

pierre calcaire

Une utilisation en extérieur est peu recommandée du fait du caractère poreux du matériau. En revanche elle est totalement adaptée pour une application en intérieur.

30 à 80 €

ardoise

De nature très solide, l’ardoise s’applique aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Les teintes sont plutôt foncées (gris, noir, vert…).

40 à 90 €

granit

Sa rugosité le rend parfaitement antidérapant et sa résistance face à l’humidité en font donc un matériau adapté à une utilisation en extérieur.

50 à 150 €

pierre naturelle

Son installation se fait aussi bien en intérieur au sol, en revêtement mural mais aussi en extérieur. Elle s’adapte à la perfection à tous les styles.

50 à 200 €

marbre

Il s’agit d’un matériau particulièrement solide mais à la fois sensible face aux impacts.

50 à 200 €

autres

verre

Principalement utilisé pour les murs de salle de bains, les carrelages de verre permettent un véritable gain de lumière.

10 à 20 €

carreau de ciment

Très à la mode, les carreaux de ciment sont composés de sable, de ciment mais aussi de poudre de marbre. Ils se déclinent en plusieurs modèles et couleurs.

70 à 100 €

mosaïque

En revêtement mural ou de sol, la mosaïque est en réalité un mélange de petits morceaux de carrelage de différentes couleurs, texture, style, formant un motif.

40 à 200 €

 

Quel carrelage selon la pièce et l’usage ?

Selon les utilisations, certains modèles de carrelage peuvent être plus appropriés que d’autres comme le présente le tableau qui suit :

Utilisation

Caractéristiques

Carrelage adapté

pièces humides

  • antidérapant sans chaussures
  • facile d’entretien
  • grès cérame
  • grès cérame émaillé

pièce de vie

  • tout type de carreaux
  • nécessite un indice PEI relativement élevé
  • pierre naturelle
  • céramique
  • carreau de ciment

pièce de nuit

  • tout type de carrelage
  • un PEI moyen suffit
  • grès cérame
  • grès cérame émaillé

carrelage mural

  • application en salle de bains et cuisine
  • résistant à l’humidité
  • facilité d’entretien
  • faïence
  • mosaïque
  • grès cérame

extérieur

  • antidérapant
  • résistant aux chocs et intempéries
  • terre cuite
  • grès cérame
  • grès cérame émaillé
  • granit
  • ardoise
  • pierre naturelle

garage

  • doit être résistant au passage de véhicule
  • antidérapant
  • résistant à l’humidité et aux rayures
  • grès cérame

piscine

  • peut remplacer le liner d’une piscine
  • mosaïque

 

Que savoir pour choisir son carrelage ?

Afin de choisir au mieux son carrelage, mais aussi en fonction de l’utilisation que vous souhaitez en faire, il est indispensable de garder à l’esprit quelques éléments importants notamment en termes de résistance et d’usure des carreaux.

De ce fait, pour opter pour un carrelage adéquat, il existe des normes et classifications.

 

Solidité face aux rayures

Selon les carreaux, il se peut qu’ils soient plus ou moins robustes aux rayures.

Pour ce faire, différents niveaux de résistances ont été établis.

Pour pouvoir comparer les différents modèles de carrelage, il suffit de regarder cet indicateur qui se matérialise sous la forme de l’échelle de MOHS.

 

Il s'agit en réalité d’une graduation permettant de définir la capacité du carreau à résister :

Graduation sur l’échelle de MOHS

Correspondance

De 1 à 4

peu résistant, carreau se rayant assez facilement

De 5 à 6

résistance satisfaisante

De 7 à 8

résistance très satisfaisante, le carrelage s'abîme très difficilement

De 9 à 10

résistance infaillible

 

Résistance au passage et à l’usure

Selon l’usage des carreaux, en intérieur ou extérieur, au sol ou bien au mur, il sera nécessaire d’opter pour un carrelage plus ou moins résistant au passage dans un premier temps, mais aussi à l’usure.

Pour vous aiguiller dans ces choix, les carrelages sont répartis selon différentes classifications.

 

  • Le classement PEI

PEI signifiant Porcelain Enamel Institute est une donnée permettant l’authentification d’un carrelage de type émaillé seulement selon qu’il soit plus ou moins endurant au passage et aux frottements.

Cette classification répond en réalité à la norme NF EN ISO 1054-7 de juin 1999 ayant pour vocation de déterminer cette résistance.

 

Le tableau ci-dessous expose les différents degrés de solidité en fonction des classes :

 

Classe

Résistance au passage et usure

PEI 0

  • aucune résistance
  • installation murale préconisée

PEI 1

  • endure de faibles passages
  • utilisation en extérieur totalement contre-indiquée

PEI 2

  • légèrement plus résistant
  • un passage modeste reste toutefois conseillé

PEI 3

  • résistance correcte
  • passage régulier

PEI 4

  • robustesse très satisfaisante
  • passage récurrent

PEI 5

  • degré le plus important en termes d’endurance face au passage et à l’usure
  • passage intensif

 

  • Le classement UPEC

Une deuxième classification peut aussi vous permettre de savoir comment choisir votre carrelage.

Cette dernière distingue quant à elle les carrelages selon 2 critères que sont leur utilisation ainsi que leur destination en définissant la résistance par rapport aux paramètres suivants :

 

U

usure

P

poinçonnement (chocs au sol)

E

eau

C

agents chimiques

 

Chacune des lettres s’accompagne d’un chiffre qui permet alors de classer le carreau selon ses performances.

Plus ce chiffre sera grand et plus le carrelage sera résistant au critère en question.

Les indices varient de 1 à 4.

 

À titre d’exemple, un carrelage estampillé U3 P4 E2 C2 sera un carreau disposant d’une bonne résistance face à l’usure, d’une excellente robustesse aux chocs, d’une tolérance à l’eau et aux produits chimiques correcte.

 

Selon votre utilisation, il faudra privilégier certaines de ces valeurs. Idéalement des notes supérieures à 3 sont importantes pour favoriser la durée de vie.

Si le carrelage se situe dans une pièce à vivre, de bons indices U et P seront à favoriser. Dans les pièces humides ou en extérieur, un critère “eau” élevé sera déterminant.

 

Quelle adhérence pour un carrelage ?

De la même façon, il ne faudra pas négliger l’adhérence du carreau. Selon la pièce ou l’usage, il sera plus ou moins intéressant de se pencher sur la qualité glissante ou non du carrelage et ce, avec ou sans chaussure.

 

Adhérence pieds chaussés

Adhérence pieds non chaussés

Indice

Correspondance

Indice

Correspondance

R 9

adhérence satisfaisante

A

faible adhérence

R 10

très faible glissance

B

adhérence correcte

R 11

adhérence très bonne

C

antidérapant

R 12 et 13

adhérence totale

 

 

 

La couleur du carrelage

La couleur du carrelage peut aussi être un critère de sélection dans le choix du modèle. Toutefois, cela reste avant toute chose, une question de goûts.

Néanmoins, quelques conseils peuvent être utiles :

  • Pour de petits espaces, des coloris clairs permettront donner une sensation de grandeur à la pièce.
  • Cela dépendra principalement de la luminosité et de la grandeur de la pièce pour un carrelage au sol en intérieur.
  • Sachez aussi que les teintes plus foncées sont les plus salissantes.

 

Dimension, épaisseur et poids des dalles

Les carrelages sont disponibles en différents formats et dimensions. En effet, il est possible de trouver des carreaux carrés, rectangulaires mais aussi hexagonaux ou octogonaux pour les tomettes par exemple.

En termes de dimensions, les plus couramment installées sont des carreaux carrés de taille 20 x 20 cm ou 30 x 30 cm.

Toutefois, ils se déclinent aussi en formats plus petits 10 x 10 cm ou encore 15 x 15 cm mais aussi en carreaux plus imposants de dimensions 60 x 60 cm ou bien 80 x 80 cm.

Bien entendu, le poids sera fonction de la taille. Plus un carrelage sera grand, plus la pose sera rapide mais plus le carreau sera lourd.

Pour les modèles rectangulaires, particulièrement appréciés pour une pose sur de grandes surfaces, les tailles traditionnelles sont :

  • 30 x 60 cm
  • 30 x 90 cm
  • 45 x 90 cm

 

Les types et techniques de pose

Le choix du carrelage pourra aussi être déterminé selon le type de pose que vous souhaitez mais pourra aussi être fonction de la technique à mettre en œuvre pour réaliser son installation.

 

Les différentes options de pose

Il est possible de réaliser la pose d'un carrelage selon différentes méthodes en fonction de l’esthétisme et du rendu souhaité.

Voici un tableau regroupant ces options et leurs singularités respectives :

 

Type de pose

Caractéristiques

Prix au m²

pose droite

  • pose traditionnelle
  • la plus facile
  • peu de perte de matériau (environ 5 %)

dès 40 €

pose en décalé

  • pose en quinconce donne un effet de style
  • installation peu difficile

dès 45 €

pose en diagonale

  • de nombreuses coupes doivent être faite
  • impression d’agrandissement de la pièce : préconisé pour les espaces restreints
  • pertes importantes : de l’ordre de 15 %

dès 50 €

pose avec cabochons

  • possible en pose droite ou décalée
  • petite pièce généralement carrée, intercalée entre 4 carreaux

dès 55 €

 

Techniques et prix de pose de carrelage

Il est important de savoir que le prix de main d'œuvre du professionnel pour la pose de votre carrelage sera principalement fonction de la technique de mise en place que vous souhaitez.

Ainsi, 3 possibilités s’offrent à vous et sont récapitulées au sein du tableau ci-dessous :

 

Nature de la pose

Descriptif

Prix au m² en pose seule

pose clipsée

La pose clipsée d’un carrelage se réalise de la même manière que l’installation d’un parquet. Ainsi, les carreaux se retrouvent imbriqués les uns dans les autres via un système de clips.

15 à 20 €

pose collée

La mise en place du carrelage s’effectue à l’aide d’une colle ciment. Selon la taille du carreau mais aussi en fonction de son matériau de fabrication, un double encollage peut être préconisé. Cela consiste à encoller à la fois le sol et le carrelage en lui-même.

30 à 50 €

pose scellée

Ce type de pose est particulièrement recommandé sur un sol présentant de grosses aspérités. La mise en place s’effectuera alors directement sur la chape mortier avant que cette dernière ne sèche.

40 à 60 €

 

Selon l’état du support, il faudra prendre en considération des travaux annexes de préparation. Ainsi, pour gommer les aspérités, les surfaces pourront subir :

  • La mise en place d’un enduit de lissage sur un sol afin de permettre de supprimer les irrégularités de petite taille pour un budget en fourniture et pose compris entre 10 et 20 € par m².
  • Un ragréage peut aussi être envisagé, aussi bien au sol que sur les murs. Le coût en pose et fourniture oscille entre 20 et 25 € par m².
  • En cas de rugosité plus importante, une chape en mortier devra être mise en place avant de pouvoir poser le revêtement. Cette opération se chiffre entre 25 et 50 € par m².

 

Notez aussi qu’une dépose du carrelage existant peut aussi être un poste de travaux à prendre en considération dans votre budget. Cela vous reviendra entre 20 et 30 € par m².

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.