Prix de rehaussement ou rabaissement du sol

Mis à jour le 09 août 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-08-09 12:15:00
Travaux de terrassement

Pour la réalisation d’une construction ou pour redessiner un terrain, vous pouvez être enclin à chercher le prix de rehaussement ou de rabaissement du sol. Du nivellement à 10 € le m3 maximum à un enrochement pouvant aller à plus de 100 € le m², vous trouverez de nombreux tarifs répondant à cette question, mais aussi de nombreux éléments de législation ou autres renseignements techniques.

 

Vous avez un projet ?

Récapitulatif

Postes concernés

Prix

nivellement de terrain

de 6 à 10 € le m3

évacuation des gravats

de 12 à 17 € le m3

-> soit prix terrassement avec évacuation des déchets

de 20 à 25 € le m3 environ

terrassement manuel

plus de 50 € le m3

remblai de terre

de 15 à 20 € le m3

remblai de sable

de 30 à 45 € le m3

débroussaillage

de 20 à 40 € le m²

dessouchage mécanique

de 50 à 150 € la pièce

drainage

de 200 à 300 € le mètre linéaire

revêtement étanche

de 100 à 200 € le mètre linéaire

cuvelage

de 150 à 200 € le m²

injection de résine

de 30 à 50 € le mètre linéaire traité

reprises en sous-oeuvre

2.000 € le mètre linéaire

pompe de relevage

de 1.000 à 2.000 € en fourniture et pose

travaux d’enrochement de soutènement

de 160 à 225 € le m², en fourniture et pose

 

 

La législation

Quels que soient les travaux à envisager, des réglementations sont généralement là pour imposer les conditions dans lesquelles vous pouvez les réaliser.

 

Tout d’abord, ce sont les règles de bon voisinage qui s’imposent afin de ne pas gêner les voisins. Des travaux demandent l’intervention d’ouvriers, et souvent de matériels ou engins bruyants. Le mieux est donc d’informer les voisins du dérangement et de la durée de ces travaux. Il faudra aussi informer les artisans qui interviennent sur le chantier et faire en sorte qu’ils n’empiètent pas, ne serait-ce que pour le stationnement, et qu’ils veillent à minimiser le bruit, lorsque c’est possible.

 

Ensuite, si ces travaux ont pour but de faire construire ou d’agrandir une maison, des formalités sont évidemment nécessaires :

  • une déclaration de travaux au-delà de 5 m² ;
  • un permis de construire au-delà de 40 m² dans le cas d’un PLU, au-delà de 20 m² en son absence et à partir de 150 m² de construction, neuve ou avec extension.

 

Dans le cas d’un sous-sol, s’il fait plus de 8 m² et une hauteur sous plafond supérieure à 1m80, il devient une surface habitable et viendra donc s’ajouter à celle existante pour augmenter les taxes locales.
 

Cependant, il faut aussi vous rapprocher du PLU pour connaître les obligations légales, en dehors de tout simple nivellement de terrain, car il peut vous être demandé une étude de sol ou, même, une interdiction peut exister pour un sous-sol ou, a contrario, pour une certaine hauteur de gouttière.

 

Pour un rehaussement du terrain, s’il est en lien avec une construction, il faut que les plans déposés lors du permis de construire laissent apparaître ce rehaussement pour que le dossier puisse être jugé dans tous ses détails et qu’un voisin ne vienne pas, ensuite, porter plainte parce que vous voyez au-dessus du mur, par exemple.

En outre, ces rehaussements de terrain ne doivent pas porter atteinte à la santé ou à la salubrité publique comme le mentionne l’article R. 11.2 du Code de l’urbanisme. Ils doivent aussi respecter les articles L. 110-1 et L. 110-2 du Code de l’environnement.

 

Il existe donc, même pour un simple rehaussement, tout un lot de codes à respecter et il est préférable d’en aviser la mairie auparavant, dès lors que ce rehaussement pourrait réellement jouer un rôle.

 

D’ailleurs, le seul enrochement, dès lors qu’il requiert une hauteur de 2 mètres et une surface de plus de 100 m², demande un permis de construire, en dehors de toute autre construction.

 

La mise à niveau d’un terrain

La mise à niveau d’un terrain, quelle qu’elle soit, se traduit par l’intervention d’un terrassier. En effet, ce travail ne peut être réalisé, dans de bonnes conditions, dans des délais suffisamment brefs et à un prix raisonnable, qu’à l’aide d’un matériel spécialisé fait de pelleteuse plus ou moins importante et de camions pour l’évacuation du surplus ou pour, au contraire, l’acheminement de remblai.

Il est généralement précédé d’un piquetage qui permet de délimiter la zone d’intervention souhaitée. Il est question de piquetage car l’un des principes consiste à placer des piquets et des cordes qui permettent de marquer la zone demandée d’intervention. Toutefois, les moyens modernes permettent d’employer souvent des bombes de peinture à même le sol.

 

Pour juger des pentes et mieux niveler en fonction, un niveau laser sera utile. Ce qui permettra de niveler selon les besoins ou creuser en respectant les consignes et les plans. Mais, a minima, un aplanissement du sol est réalisé sur la zone de travaux délimitée.

 

Tout terrassement doit être suivi d’un parfait tassement, surtout lorsqu’il y a apport de terre ou de remblai. Ce tassement est réalisé par les opérations conjointes d’arrosage à plusieurs occasions, puis de compactage au rouleau compresseur dans un délai de 48 heures.

 

Le prix d’intervention d’un terrassier

Pour l’intervention d’un terrassier dans le cadre d’excavation ou de nivellement, voire d’apport de remblai, ses tarifs s’approcheront des prix suivants :

 

Intervention terrassier

Prix

nivellement de terrain

de 6 à 10 € le m3

évacuation des gravats

de 12 à 17 € le m3

soit prix terrassement avec évacuation des déchets

de 20 à 25 € le m3 environ

terrassement manuel

plus de 50 € le m3

remblai de terre

de 15 à 20 € le m3

remblai de sable

de 30 à 50 € le m3

 

 

Pour tout renseignement complémentaire, le guide sur le Prix des travaux de terrassement devrait répondre à la plupart des questions.

 

Les différentes techniques de rabaissement du sol

L’excavation au droit d’un mur est un cas particulier qu’il convient d’effectuer selon certaines conditions techniques précises. Il permet, par exemple dans un garage ou un sous-sol, de gagner les centimètres qui manquent à sa réalisation, que ce soit pour que le véhicule puisse passer par la porte dans le cas du garage, surtout s’il est plus haut que le standard, ou de se tenir debout et ne pas se sentir écrasé dans le sous-sol, si vous décidez de le rendre habitable, d’autant plus qu’il vous faudra de la hauteur pour les revêtements de sol et l’isolation sol et plafond pour le rendre confortable.

 

Dans tous les cas, le décaissement commence par le décapage de terre végétale qui, selon les régions, se situe souvent sur une épaisseur de 15 à 30 cm, mais parfois plus.

La terre végétale peut être évacuée par camion, mais elle peut aussi être nivelée sur le terrain ou simplement entassée et revendue ; des personnes sont toujours à la recherche d’un tel produit.

 

Des travaux complémentaires peuvent être demandés comme du sciage, du débroussaillage, du dessouchage et différents éléments relatifs à la végétation qui peuvent venir en complément des travaux de nivellement.

  • un débroussaillage peut coûter de 20 à 40 € le m² en supplément ;
  • un dessouchage mécanique revient de 50 à 150 € la pièce.

 

Le rabaissement du sol selon les besoins

Dans le cas d’utilisation d’un sous-sol, permettant une extension de maison sans empiéter sur le terrain, les sujets à étudier sont multiples, que ce soit la lumière, la ventilation ou la hauteur. Ces sujets sont traités dans le guide sur le prix de construction d’une cave.

 

Pour la question de la hauteur qui nous intéresse ici, le souplex est appelé à des hauteurs minimales selon l’utilisation qui en est faite.

 

La hauteur est aussi liée à la surface de la pièce. Une pièce de 30 m² avec un plafond à 2 m 30 donnera un sentiment d’écrasement beaucoup plus important que la même hauteur dans une pièce de 10 m². La façon de la meubler peut aussi renforcer cette impression d’écrasement, il faudra alors éviter les meubles hauts.

 

A moins de 2 m 40, on s’aperçoit cependant que la pièce est plus basse que la normale. Cependant, pour une chambre, pour un bureau, pour une salle de bains, une hauteur inférieure pourra parfaitement convenir, contrairement à une salle à manger ou une cuisine.

 

Ce rabaissement peut aussi être la volonté de créer un vide-sanitaire sans surélever la maison.

 

Les travaux annexes engendrés

Le problème d’un décaissement, lorsqu’il est réalisé sous une construction existante, est qu’il doit être effectué très précautionneusement. En effet, les semelles risquent de se retrouver mises à nu et c’est toute la structure de la construction qui peut en être fragilisée.

Les travaux d’excavation nécessitent l’intervention d’un professionnel et, souvent, d’un bureau d’études spécialisé pour trouver une compensation de la force des terres qui existait.

 

La solution consiste généralement à créer un puits en béton, au droit du mur, qui reposera sur ses propres semelles et évitera la faiblesse créée. On parle alors de travaux en sous-œuvre.

Ces reprises en sous-oeuvre s’élèvent alors à un coût de l’ordre de 2.000 € le mètre linéaire.

 

Lorsqu’un terrain est décaissé, que ce soit sous une construction ou pour créer un garage, un abri de jardin ou même une simple terrasse, il faut cependant prendre les précautions suffisantes face aux remontées d’humidité. Et c’est bien sûr encore plus vrai lorsque ce décaissement consiste à monter un mur en dessous du niveau du sol.

 

Vous aurez alors plusieurs solutions pour remédier à cet inconvénient :

 

  • drainage : un drainage en périphérie peut permettre d’éviter ces problèmes d’humidité et de remontée par capillarité. Il faut alors prévoir un tarif de 200 à 300 € le mètre linéaire. Un drain percé est placé dans une fouille périphérique et un film polyéthylène haute densité placé le long du mur. Des granulats recouvrent alors ce drain, plus gros le long du drain, puis de plus en plus fin pour terminer par une couche de terre au plus haut. Un regard est placé à chaque extrémité et une zone d’infiltration au bout.
     
  • revêtement étanche : la pose d’une membrane étanche à l’extérieur du mur revient autour de 100 à 200 € le mètre linéaire. Mais elle nécessite, en rénovation, un décaissement auparavant.
     
  • cuvelage : lorsque toutes les autres opérations sont compliquées à réaliser ou qu’elles sont inefficaces, il reste le principe du cuvelage ou “box in box”. Il s’adresse aux cas extrêmes et consiste à remonter un mur totalement étanchéifié à l’intérieur du mur humide. Le prix est alors de 150 à 200 € le m².
     
  • injection de résine : un professionnel peut réaliser cette opération pour stopper les remontées capillaires. Prévoir un tarif de 30 à 50 € le mètre linéaire traité.
     

Pour pallier une humidité ambiante, il ne faut pas oublier qu’il reste aussi des solutions mécaniques, lorsque le mur n’est toutefois pas atteint, qui sont de deux ordres :

 

  • la VMC : de 1.200 € pour une VMC simple flux hygroréglable à 3.500 € pour la pose d’une double flux, c’est un passage quasi obligé dès lors que les pièces en dessous du niveau du sol serviront, d’une façon ou d’une autre, de pièce habitable.
     
  • la centrale d’assèchement : elle fonctionne en utilisant l’électricité pour éviter les remontées d’humidité et coûte de 1.000 à 3.000 €.

 

Les autres travaux qui peuvent être consécutifs à une excavation sont liés à l’évacuation eaux usées. A moins que votre assainissement soit en contrebas, si vous créez un point d’eau, évier, lavabo, douche, baignoire ou WC dans un sous-sol, vous risquez d’avoir ce problème qui vous fera vous retrouver en dessous de l’assainissement.

 

La solution est alors de prévoir une pompe de relevage vous permettant cette évacuation. Il vous faudra alors compter une plus-value de l’ordre de 1.000 à 2.000 € en fourniture et pose.

 

Exemples de prix de décaissement

Pour mieux appréhender certains travaux, voici quelques exemples de tarifs qui peuvent être proposés :

  • prix d’un décaissement sur 50 cm de haut et 14 m² et réalisation d’une dalle béton : de 5.000 à 10.000 € ;
  • prix d’un décaissement de 30 m² pour réalisation d’un garage : autour de 2.000 €.

 

Le rehaussement du sol à la construction selon les besoins

Ce rehaussement de terrain a souvent deux origines :

 

  • il peut être souhaité afin de réaliser un demi sous-sol, donc seulement partiellement enterré. Ce demi sous-sol se trouvant parfois sous une seule partie de la maison, cette dernière est alors en décalage. Pour ceux qui ne souhaitent pas de décrochage et, donc, pas d’escalier entre une partie nuit et une partie jour, par exemple, la seconde partie est alors surélevée au niveau du terrain.
     
  • il peut aussi être consécutif à une construction sur un terrain en pente. Afin de niveler le terrain sans enterrer une partie de la maison, la solution est de remblayer la partie la plus basse.

 

Il fait alors appel au même matériel que pour le décaissement ou rabaissement du sol.

 

Le prix des différentes techniques de rehaussement de sol

Il peut s’agir d’un simple apport de remblais qui fera alors remonter votre sol de quelques centimètres et permettra de le niveler en même temps, mais aussi, pour des travaux d’envergure, d’un remblai qui se terminera par des travaux d’enrochement de soutènement dont le prix de ce dernier sera de 160 à 225 € le m², en fourniture et pose, en plus du tarif de remblaiement déjà vu.

 

Le guide sur le Prix des travaux d’enrochement vous apportera les conseils supplémentaires.

 

La particularité du décaissement de combles

Puisqu’il est question de décaissement, c’est aussi l’occasion de citer un décaissement très spécial qui est celui d’un plancher de combles ou autre sol.

 

En effet, pour une extension, il n’est pas rare d’utiliser les combles, par exemple. Malheureusement, ces derniers n’offrent pas toujours la hauteur suffisante pour les rendre réellement habitables. Pour gagner quelques précieux centimètres qui vous permettront de vous tenir debout au moins sur une partie de votre pièce mansardée, la solution est parfois de les prendre sur la pièce du dessous.

 

A moins d’avoir un plancher d’étage en béton, qui impliquerait alors de trop lourds travaux qui ne valideraient pas le procédé en regard d’une rehausse de la charpente et de la couverture, il est possible, parfois, de descendre le plancher bois seul de ces combles. Si ce n’est pas possible de le descendre seul, il est alors possible de le descendre en descendant en même temps le plafond de l’étage inférieur. 10 centimètres gagnés peuvent vous ouvrir de nouvelles perspectives sans trop influer sur les pièces du dessous. A moins qu’il ne s’agisse d’une très vaste pièce qui pourrait donner une impression d’écrasement.

 

Surtout que, pour une chambre mansardée, pour une salle de bains ou même un bureau créé dans des combles, vous pourrez vous contenter de pièces un peu plus basses et, surtout, équiper les murs les moins hauts en rangement, par exemple.

 

Comment obtenir des aides ?

En tant que tels, ces travaux ne sont pas éligibles à de quelconques aides.

 

Pourtant, ce sera peut-être l’occasion d’en profiter pour effectuer des travaux d’isolation qui vous permettront, pour leur part, d’avoir accès à des aides pour l’économie d’énergie, comme le principe du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, les aides de l’Anah, celles de collectivités ou de professionnels de l’énergie, ou encore de réduction de TVA ou de prêt à taux zéro. Des aides qui peuvent aussi être liées à des choix de chauffage si ces travaux de nivellement sont liés à un agrandissement, par exemple.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.