Prix des travaux d'enrochement

Mis à jour le 02 juillet 2018
Aucun vote pour le moment
2018-07-02 14:45:00
Enrochement

L’enrochement peut être nécessaire ou décoratif, comme on le verra par la suite, mais il doit aussi faire face à des techniques, des normes et, parfois, des contraintes qu’il vaut mieux connaître pour ne pas se retrouver face à des inconvénients pouvant devenir majeurs et, même, se transformer en accidents.

 

Le choix des roches, de leur calibrage, la façon d’assembler ces roches pour une bonne tenue et, au final, le prix des travaux d'enrochement qui en découle, voici un ensemble d’informations dont il est essentiel de prendre connaissance.

 

Formulez une demande de devis

La réglementation pour un enrochement

On ne fait pas n’importe quoi avec un enrochement, même si ce sont des travaux d’extérieur. Il faut voir en cela la nature même de l’enrochement, le rôle qu’il possède et les risques qu’il peut créer, que ce soit par rapport à du voisinage ou à votre propre sécurité.

Aussi, faire appel à un géologue assure les bons choix de roche, en fonction de leur diamètre et de leur poids.

 

Pour ce qui est de la réglementation, il faut regarder du côté du Plan Local d’Urbanisme (PLU) pour savoir quelles sont les consignes. Il peut définir des hauteurs à respecter, surtout dans le cadre d’un mur de soutènement. Il est possible que soit demandé une déclaration de travaux, et même un permis de construire selon l’ampleur de l’enrochement demandé et, notamment, au-delà d’une hauteur de 2 mètres ou au-delà d’une surface de 100 m². Les problèmes liés à la bonne tenue de cet enrochement et au rehaussement du terrain naturel sont, en effet, en question. Hormis le PLU, il faudra se rapprocher des règles définies par la jurisprudence pour s’arroger le droit de réaliser un enrochement pour réaliser un quelconque soutènement.

En outre, ces roches doivent être normalisées dans le cadre de soutènement sous l’intitulé NF EN 13383-1 afin de garantir une parfaite sécurité.

 

Le rôle d’un enrochement

Avant d’apporter une certaine esthétique dans un jardin, le principe de l’enrochement possède essentiellement un caractère utile. On le trouve avant tout dans certaines zones à risques. On peut ainsi recenser un certain nombre de cas dans lesquels cet enrochement se fait par nécessité :

  • terrain à forte pente qui risquerait une coulée de la terre ;
  • terrain en bord de mer sous le danger d’une grande marée ou d’une érosion au fil des années ;
  • terrain en bord de rivière risquant l’inondation ;
  • consolidation d’un apport de remblai ;
  • consolidation d’une construction.

 

Ce sont quelques-unes des conditions les plus fréquentes dans le domaine de l’habitat, les autres découlant le plus souvent de ces cas, de près ou de loin. Mais on retrouve aussi ces travaux d’enrochement dans la réalisation de structures routières, de structures ferroviaires, dans des bords de rivière ou des bords de mer même dénués de construction.

Dans le cas d’un choix d’un enrochement paysager réalisé dans un but purement décoratif, le but sera de casser la trop grande régularité d’un jardin, de lui apporter des variantes, à la fois de relief, mais aussi de végétation avec des plantes de rocaille. Bien sûr, un facteur risque reste présent puisque des enfants - ou vous-même - seront peut-être amenés à escalader ce monticule. Il est donc sage et prudent de faire confiance à un professionnel qui créera un espace sécurisé.

 

Pour un enrochement paysager, on trouve donc des solutions qui permettent de :

  • casser la trop grande régularité et planimétrie d’un jardin ;
  • décorer des bords d’allées et délimiter l’espace pelouse ;
  • créer un bord de bassin, qu’il soit destiné à une piscine naturelle et écologique ou un bassin pour poissons...

 

Le choix des roches

C’est une partie cruciale pour la solidité d’une telle réalisation, le choix de la roche aura tout d’abord un objectif de stabilité et de durabilité. Une fois ces objectifs atteints, il sera possible de se pencher sur son aspect esthétique. Quoi qu’il en soit, on optera pour une roche dure, résistante, qui puisse tenir longtemps et résister à la pression, à la poussée et à tous les temps. Pour cela, le calcaire et les roches issues du magma sont des matériaux souvent privilégiés.

 

Divers matériaux autres que la roche peuvent alors être utilisés, même si cette dernière reste l’élément principal.

  • Dans le cas d’un enrochement dit basique, appelé aussi de soutènement on évoque généralement l’utilisation de moellons calibrés. Ils ont, pour eux, l’avantage de grands dimensionnements comme peut l’exiger ce genre de situation. Le fait qu’ils soient calibrés assure une installation plus rapide mais il est tout à fait possible d’en choisir aussi des non calibrés.
    Il est aussi possible de choisir la solution non calibrée pour un assemblage plus disparate et plus naturel, ou de mêler le dimensionnement des roches.
    Il est encore possible que du béton vienne s’ajouter à l’ensemble pour une meilleure tenue.
  • Pour un enrochement paysager, pour que le côté décoratif reste privilégié, au-delà du calcaire qui reste un choix de prédilection, on retrouve aussi le porphyre, qui a l’avantage d’être une roche magmatique très résistante avec des qualités certaines d’esthétiques, mais aussi du grès rose ou encore du granit gris, elles aussi roches dont la résistance n’est plus à prouver.

 

La réalisation d’un enrochement

Pour cette réalisation de travaux d’enrochement, on retrouve aussi les 2 cas de figure étudiés depuis le début, selon que cet enrochement est à but de soutien ou à but décoratif.

En premier lieu, comme il est fréquent de le faire lors de l’apport de n’importe quelle matière, après avoir effectué une tranchée, la pose d’un géotextile sera précieuse. Elle favorisera une bonne répartition de la pression tout en limitant le glissement de la terre. Un géotextile qui laisse, par contre, l’eau s’infiltrer. Pour un prix de 1 à 2 € le m² en fourniture, ce géotextile est important.

Lors du travail de décapage, le principe consiste à retrouver un peu de dur et la profondeur pourra ainsi aller de 50 cm à 1 m.

 

Cette tranchée a pour but de recevoir la base des premiers rochers afin de les stabiliser. Dans le cas d’un enrochement paysager, il sera plutôt question d’un décapage que d’une véritable tranchée.

Ensuite, la nuance suivante interviendra dans ce que l’on a vu dans les autres paragraphes et, par exemple, le choix de la roche. Ces roches sont alors déposées et sélectionnées pour s’emboîter le mieux possible, avec la plus grande stabilité possible, une stabilité qui doit être éprouvée à chaque nouvelle pose et chaque nouvelle couche.

Aussi, dans un but de décoration pour l’enrochement paysager, après le choix de rochers favorisant l’apparence, il restera une opération d'embellissement par la réalisation de plantations.

 

Le rapport m² et m3 pour un enrochement

Il faut bien comprendre, aussi, que ce rapport entre les m² et les m3 est très variable selon la nature de votre enrochement, et c’est là un élément qui fait varier le prix de façon très notoire.

  • Lors d’un enrochement de soutènement, il est reconnu que les rochers, nécessitant une forte résistance devant la poussée, qu’elle soit de la terre sur une pente ou, en préservation d’inondations ou de vagues, de l’eau, représentent un poids de 5 tonnes au m² ou un peu plus. Avec la masse, le rapport est divisé par 2 pour le poids au m3, ce qui représente autour de 2,5 tonnes.
    Traduit en prix, la fourniture se situe ainsi autour de 150 à 200 € le m² livré.
  • Pour un enrochement paysager, si le prix à la tonne est moins élevé, c’est le tonnage nécessaire qui fait cependant baisser le prix de la fourniture, malgré son prix initial plus élevé au m², puisqu’on ne parle plus, ici, que d’un poids nécessaire de l’ordre de la moitié, au m², soit environ 2,5 tonnes.
    Soit un prix de fourniture totale d’environ 70 à 120 € le m² livré.

 

Le prix des travaux d’enrochement

Avec le prix de la fourniture, il reste à définir le tarif du travail à faire réaliser pour obtenir le prix des travaux d’enrochement. Un devis qui sera variable selon l’intervenant, la région, la valeur totale du travail demandé, la difficulté que peut provoquer le terrain et l’accès à votre chantier.

  • Pour un travail d’enrochement de soutènement, au prix précédent, il faut ajouter 10 à 25 € le m², soit un prix variant entre 160 et 225 € le m² en fourniture et pose.
  • Dans le cas d’un travail d’enrochement paysager, le prix de la réalisation est un peu plus élevé afin d’inclure la pose de terre et la plantation des végétaux. Avec un prix, selon les choix de végétation, de 20 à 50 € le m² en travail, le prix en fourniture et pose est alors situé entre 90 et 170 € le m².

 

Type de travail

Prix de la fourniture livrée au m²

Prix de la main d’oeuvre au m²

Prix total au m²

Enrochement de soutènement

150 à 200 €

10 à 25 €

160 à 225 €

Enrochement paysager

70 à 120 €

20 à 50 €

90 à 170 €

 

Trouver un professionnel

Pour vos travaux, vous pouvez effectuer une demande de devis pour trouver une entreprise qui réalisera vos travaux. Travaux à Part sélectionne les meilleurs artisans dans toute la France vous offrant le meilleur rapport qualité-prix pour vos travaux :