Le prix d'une cuisine équipée

Mis à jour le 26 février 2019
Moyenne : 5 (2 votes)
2019-02-26 15:15:00
Cuisine complète en bois avec bar

Pour un prix allant de 1.000 € pour du kit à 20.000 € personnalisée, montée et aménagée, la cuisine est un lieu qui fait souvent la différence dans une maison. Entre le côté utilitaire et le fait qu’elle soit de plus en plus ouverte sur l’espace de vie, elle est le symbole du bon entretien et de la mise au goût du jour d’un intérieur. Voici tous les éléments qui peuvent entrer dans le prix d'une cuisine équipée, et ils sont très nombreux.

 

Vous avez un projet ?

Cuisine ouverte ou fermée

Si la cuisine était autrefois une pièce à part entière, elle a désormais tendance à s’ouvrir de plus en plus sur la salle à manger et le salon pour offrir un vaste espace jour pouvant apporter des lumières traversantes, parfois.

 

Les seuls handicaps d’ouvrir totalement la cuisine sont de deux ordres : le bruit que peuvent produire certains appareils ménagers et l’odeur de certaines cuissons qui peut devenir prenante et s’incruster. La parade est alors la réalisation d’un cloisonnement amovible et la tendance lui donne alors l’allure d’une verrière.

 

Entre ouvrir la cuisine et la fermer, il y a donc un juste milieu à trouver, dans ces conditions.

 

  • Le prix pour ouvrir une cuisine en rénovation

Lorsque la construction est existante et que vous souhaitez ouvrir, dans un premier temps, le mur entre votre cuisine et votre espace de vie, des travaux sont à prévoir, avec des chiffrages qui dépendront énormément des matériaux de ce mur, mais aussi de la méthode employée pour l’abattre :

 

Travaux de démolition

Prix TTC au m3

mur en simple placoplâtre

de 10 à 15 €

mur maçonné abattu manuellement

de 50 à 70 €

mur maçonné abattu mécaniquement

de 20 à 30 €

mur porteur en pierres

de 50 à 80 €

mur porteur en briques pleines ou parpaings

de 80 à 130 €

mur porteur en béton armé

de 150 à 200 €

 

 

Toutefois, pour un mur porteur, il vous faudra l’avis d’un ingénieur béton ou d’un architecte. La pose d’un IPN, par exemple, que vous retrouverez dans le guide du même nom, se chiffrera de 2.000 à 5.000 €, tout compris, avec l’étude, la fourniture de l’IPN et sa pose. Un prix qui dépendra de la longueur de l’ouverture créée et du dimensionnement de l’IPN qui en résulte.
 

  • Quelques prix plus spécifiques d’ouverture de mur
    Il peut arriver qu’ouvrir un mur entraîne des travaux plus complexes par cause de présence d’électricité, de gaz ou d’eau au niveau de ce mur. En plus des précautions d’usage, vous aurez, dès lors, certaines plus-values à prévoir qui vous donneront un prix final de cet ordre. Par exemple, la présence d’électricité dans un simple mur en placoplâtre fait passer le prix initial de 10 à 15 € le m3 pour cette démolition, à un prix de 30 à 80 € le m3.
     
  • Prix des travaux de reconstruction
    Toutefois, poser un IPN ou une poutre en béton ne suffit pas, des travaux de reconstruction et de finition sont ensuite à prévoir si vous voulez prévoir un budget qui soit complet et vous permette de tout réaliser.

 

Travaux de reconstruction

Prix TTC

rebouchage mur

de 10 à 20 € le m²

reprise papier peint ou peinture

de 25 à 50 € le m²

reprise carrelage au sol

de 30 à 120 € le m²

reprise parquet au sol

de 50 à 200 € le m²

reprise peinture plafond

de 40 à 60 € le m²

 

 

Dans certains cas, ce sera l’occasion pour refaire totalement les sols, la peinture des murs ou celle des plafonds et non pas seulement des retouches. Ces prix se trouvent alors à la fin de l’article, dans les travaux annexes à effectuer.

 

  • Une cuisine américaine qui peut se refermer
    Votre cuisine a aussi besoin de vivre parfois en autonomie, parce que vous recevez des amis et que vous ne souhaitez pas les recevoir dans les odeurs de fritures, parce que vous y avez entassé pas mal de vaisselle que vous ferez le lendemain et que vous ne voulez pas que ce soit visible ou parce que le bruit de votre robot ménager ou de votre mixeur ne fait pas forcément bon ménage avec la télévision du salon.

    Il est alors possible, sans totalement fermer la cuisine, de lui prévoir une fermeture partielle ou une fermeture escamotable, comme le précise aussi le guide sur le prix de fermeture d’une cuisine américaine.
     

    • Cuisine fermée en partie
      Vous pouvez vouloir une cuisine ouverte, ce qui n’empêche pas de marquer plus précisément cet espace. Il existe différentes façons de le faire.
       
      • Si une hotte aspirante de très haut niveau pourra atténuer fortement les odeurs de cuisson les plus désagréables, de même qu’une bonne ventilation, délimiter cette cuisine par un bar peut permettre de ne pas laisser apparente toute la vaisselle qui reste dans l’évier après des heures passées à cuisiner. Placer l’évier derrière le bar est alors une option intéressante.
        Pour un bar, vous pouvez tabler sur un prix allant de 500 plus de 1.000 € le m² selon son esthétique et sa qualité.
         
      • L’autre solution est celle de l’îlot central qui permet d’ajouter de nombreux placards que l’absence de mur de séparation aurait pu restreindre. Cet îlot sert aussi de table pour déjeuner, parfois.
        Ce prix sera de 100 à 500 € le m² selon qu’il comprendra plus ou moins de placards.
         
      • Pour camoufler un peu l’espace cuisine sans le fermer, vous pouvez aussi prévoir une claustra. Elle réduit un peu la vue sur la cuisine, tout en laissant l’espace ouvert, en conservant l’aspect d’un grand volume de pièce de vie et en laissant passer la lumière. Cette claustra ne fermera d’ailleurs pas tout le mur puisqu’il vous faudra conserver un espace de circulation entre les pièces.
        Le prix d’une claustra, de 50 à 700 € le m² offre de nombreuses possibilités dont les seules limites sont celles de votre imagination.

 

  • Cuisine avec cloison ouvrable
    Une solution qui peut rendre de nombreux services avec un principe plus ou moins coulissant
     
    • Le cloisonnement type verrière
      C’est vraiment la version très à la mode qui dans une tendance atelier qui est vraiment privilégiée par de nombreux ménages.
      Elle a l’intérêt d’offrir beaucoup de transparence et, donc, de luminosité, tout en se dotant d’une partie généralement fixe qui peut, ou non, se compléter d’une porte coulissante assez large. Vous pouvez alors, si vous le souhaitez, vous protéger même des odeurs de cuisson quand vous le souhaitez et atténuer les bruits des appareils ménagers ou de la hotte.
      Ceux qui souhaitent laisser passer la lumière sans que les invités puissent voir la pagaille dans cuisine pourront même la doter de verre dépoli.
      Une cloison type verrière atelier se chiffre entre 150 et 800 € le m², selon que vous la créerez en bois ou en alu, muni de polycarbonate ou de verre.
       
    • Les cloisons coulissantes
      Elle permettent de choisir entre ouvrir en grand l’espace ou le refermer lorsque vous éprouvez le besoin d’isoler la cuisine lorsqu’elle est en fonctionnement.
      A galandage, si le mur n’est pas totalement abattu et que vous voulez voir disparaître les portes coulissantes en mode ouvertes, prévoyez un tarif de 400 à 1.000 € le m².
      En cloison japonaise, le tarif est plutôt de 400 à 4.000 € le m², plus léger mais avec un style épuré que vous pourriez apprécier.
       
    • Cloisonnement improvisé
      Rien ne vous empêche d’improviser votre propre séparation, tout ou partie.
      Des étagères improvisées entre la partie cuisine et la salle à manger, des plantes, par exemple, pourront symboliser les différents espaces, sans en diviser réellement les volumes.
      Vous pouvez, pour des sommes assez modiques, penser votre propre cloisonnement.

 

  • Cuisine totalement fermée
    Certains se lassent de la cuisine à l’américaine pour les raisons énoncées précédemment et préféreront, dans le cadre d’une rénovation, rediviser les espaces pour retrouver plus d’indépendance à un salon.
    Il faut alors un budget de 30 à 50 € le m² pour cloisonner un mur entre ces deux pièces, en placo ou en bois, par exemple. Un prix qui, avec les finitions à prévoir (peinture ou papier peint), atteindra plutôt les 50 à 70 € le m².
    Si vous voulez, par contre, incorporer un passe-plat pour que les tâches ménagères soient plus simples, à vous de prévoir un complément de 1.000 à 1.500 €.
     
  • La cuisine dans un placard
    En version escamotable, la cuisine peut disparaître totalement dans un placard, une solution qui peut convenir aux plus petits espaces, comme des studios, par exemple, pour ne pas mélanger la chambre et la cuisine et donner, indépendamment, la priorité à l’une ou à l’autre, selon l’heure de la journée, le lit pouvant aussi être escamotable.
    Il existe des cuisines placards toutes prêtes proposées par des spécialistes pour un tarif de l’ordre de 8.000 €.
     

Travaux pour ouvrir ou fermer une cuisine

Prix TTC

Création de bar

de 500 à plus de 1.000 € le m²

Création d’îlot central

de 100 à 500 € le m²

Création de claustra

de 500 à 700 € le m²

Création de cloisonnement type verrière

de 150 à 800 € le m²

Création de cloisonnement coulissant à galandage

de 400 à 1.000 € le m²

Création de cloisonnement coulissant à la japonaise

de 400 à 4.000 € le m²

Création de cloisonnement fixe placo ou bois

de 30 à 50 € le m²

Création de cloisonnement fixe placo ou bois et finitions

de 50 à 70 € le m²

Création d’un passe-plat

de 1.000 à 1.500 € pièce

Création d’une cuisine placard

autour de 8.000 € pièce

 

 

 

Quelques dimensions à connaître

Pour créer votre cuisine, il est nécessaire de suivre certaines indications, pour des raisons de normes ou de praticité. Sont ainsi requis :

  • une largeur de circulation de 80 cm si vous avez des placards qui se font face ou entre des placards et un îlot central ;
  • une hauteur maximale de 2,20 m pour la dernière étagère de vos meubles de cuisine ;
  • une hauteur de plan de travail qui se situe entre 85 et 95 cm, pour une taille normale des occupants ;
  • une hauteur de hotte aspirante 60 cm au-dessus des plaques afin de conjuguer une bonne efficacité et la sécurité de ne pas vous y cogner ;
  • un four qui peut se placer en hauteur afin d’être plus facile à charger et décharger des aliments et sensiblement à hauteur des yeux pour en surveiller la cuisson.

     

Prix du mobilier de cuisine

La cuisine équipée se caractérise par son mobilier. Un mobilier que vous pourrez trouver en kit ou monté, chez des fournisseurs classiques de grandes marques de bricolage ou de mobilier, mais aussi chez des spécialistes de la cuisine ou chez menuisiers et ébénistes.

 

Les différentes gammes

Difficile de décider du prix que peut coûter une cuisine, en termes de mobilier, sans parler des différentes gammes est difficile. En voici donc un premier classement que l’on pourrait qualifier de niveau de qualité et dont les prix s’expriment en fourniture seule, non compris l’électroménager.

 

  • Entrée de gamme
    Tout en éliminant un trop bas de gamme dont la qualité de matière serait très basique et celle des accessoires, poignées et charnières, assez piètre, cette entrée de gamme concerne des cuisines qui offriront déjà une bonne résistance et une qualité de fabrication raisonnable. Ce sont celles que vous trouverez chez des spécialistes du mobilier ou des équipements et du bricolage et qui vous proposeront des modèles que vous pourrez vous faire livrer et monter par vous-même ou voir avec eux s’ils ont des monteurs indépendants attitrés pour le faire.
    Réalisées en usine et en grande série pour être proposées sur l’ensemble du territoire national, leur prix peut varier de 1.000 à 4.000 € selon le nombre de placards dont vous disposerez, et s’il s’agit uniquement de meubles bas, ou de meubles haut et bas.
     
  • Milieu de gamme
    Vous avez alors des cuisines conçus par des spécialistes, en plus petites unités, avec un bois plus résistant, des charnières spéciales et des poignées laissant place à une esthétique supérieure.
    Elles s’accompagnent d’une garantie qui peut aller de 10 à 25 ans et vous pourrez parfois disposer d’options supplémentaires pour certains placards afin de la personnaliser.
    Généralement, ces cuisines sont ensuite installées par des équipes aux couleurs de l’enseigne.
    Le prix de ces cuisines, pour des dimensions relativement standard de votre pièce, vous coûteront de 4.000 à 8.000 €.
     
  • Haut de gamme
    Vous voulez ce qui se fait de mieux en qualité de cuisine ? Celle que tout le monde vous enviera ? Dans des tendances très modernes, elle sera réalisée dans des matériaux très nobles, avec des charnières automatiques capables de résister des dizaines d’années sans faiblir.
    Vous aurez un modèle quasiment unique réalisé par les plus grandes marques de fabricants qui vient occuper votre espace d’une façon totalement personnalisée.
    Vous entrez dans le domaine du luxe et le prix va au-delà des 10.000 €.

 

Les marques

Pour vous aider à vous y retrouver, dans ce classement par qualité, on peut citer quelques marques en rapport de ces tarifs pour que vous puissiez, en fonction de votre budget, prétendre ou non à certaines marques.

Ainsi, vous pourrez trouver des cuisines chez des fournisseurs tels que Castorama, Leroy Merlin ou Lapeyre à partir de 1.500 ou 2.000 €, entre 2.000 et 3.000 € chez Conforama, Ikea, Alinea, au-delà des 4.000 € chez Cuisinella, Hygena ou Ixina, encore au-dessus chez Schmidt, Arthur Bonnet ou Mobalpa, pour terminer par des budgets de plus de 10.000 € chez Armony, Leicht, Valcucine, Poggenpohl, Ammilnö et Snaidero, et même jusqu’à 20.000 €, où elles seront conçues par les meilleurs designers.

 

Prix de meubles de cuisine selon gamme

Quelques marques

Prix TTC

Entrée de gamme

Castorama, Leroy Merlin, Lapeyre…

Conforama, Ikea, Alinea

de 1.000 à 4.000 €

Milieu de gamme

Cuisinella, Hygena, Ixina…

Schmidt, Arthur Bonnet, Mobalpa...

de 4.000 à 8.000 €

Haut de gamme - Luxe

Armony, Leicht, Valcucine, Poggenpohl, Ammilnö, Snaidero

au-delà de 10.000 €

 

 

Les matières

Parler de qualité, c’est aussi prendre en compte les différentes matières qui peuvent être utilisées dans la fabrication de ces meubles de cuisine. Que ce soit dans le choix des essences de bois ou des finitions qui leur sont apportées, voire de matières comme le verre, l’esthétique jouera souvent un rôle aussi primordial que la durée de vie.
 

  • Mélaminé
    Avec cette matière, vous trouvez les premiers prix de meubles de cuisine. Ce qui n’empêche pas la bonne durée de ces produits et des finitions très variées pour des allures qui peuvent parfaitement être très modernes.
    Attention, toutefois, à ne pas utiliser de produits trop agressifs qui pourraient les endommager.
     
  • Stratifié
    C’est la gamme juste au-dessus du mélaminé qui consiste en différentes strates qui sont réunies par de la résine thermodurcissable. Avec une bonne résistance à la chaleur, aux UV, mais aussi aux rayures, les meubles de cuisine seront bien résistants. Ils peuvent être proposés dans des finitions variées. Il est cependant délaissé de plus en plus au profit du mélaminé.
     
  • Polytéréphtalate d’éthylène (PET)
    Autre alternative quelque peu délaissée, le PET est un polymère qui peut proposer des finitions aussi aux multiples présentations. A noter qu’il lui faut éviter les trop grandes sources de chaleur, raison certainement pour laquelle les fabricants l’abandonnent de plus en plus dans les cuisines.
     
  • Placage bois
    A défaut du bois, le placage en reprend les aspects avec un prix moindre. Il permet de nombreuses imitations, y compris dans des finitions plus modernes.
     
  • Bois massif
    Si le chêne reste un bois noble dont la solidité est à toute épreuve, la tendance bois dans les cuisines a fini par lasser et présente un aspect aujourd’hui dépassé. Par contre, la tendance est à des bois nordiques, plus modernes, aux ambiances légèrement grisées.
     
  • Laque polyuréthane
    On la retrouve beaucoup dans les cuisines modernes, y compris dans le haut de gamme. Aux couleurs chatoyantes comme le rouge vif brillant, la place est aujourd’hui à des teintes plus neutres et des finitions mates.
    Attention quand même aux risques de rayures que présente la laque et aux traces de doigts qui peuvent apparaître.
     
  • Acrylique
    Dans un aspect proche de la précédente, l’acrylique est aussi très sensible aux traces. Elle se présente encore plus éclatante que la laque et nécessite une grande vigilance dans l’entretien.
     
  • Verre
    Puisqu’il est question d’entretien, que dire des façades en verre ? Souvent prévues pour quelques placards où vous mettez votre plus jolie vaisselle, le verre permet quelques effets de nuances très appréciables et se retrouve dans les cuisines haut de gamme où il se mêle à l’acrylique.

 

Les tendances

Pour posséder une cuisine tendance, il faut savoir jouer sur plusieurs tableaux :

 

  • La matière
    Le bois qui était hier la matière noble laisse place à des finitions acrylique et verre qui donnent un aspect moins massif à votre cuisine, moins rustique, pour une cuisine moderne ouverte sur votre salon.
     
  • La couleur
    Vous pouvez oublier les tons bois, évidemment, mais aussi les couleurs vives comme le rouge, le vert, qui sont désormais dépassés. Le bois clair nordique ou les couleurs claires grisées sont tendance car elles offrent une grande sobriété qui permet d’apporter plutôt les notes de couleur par certains accessoires ou certaines décorations savamment disposées.
     
  • Les charnières
    Les fiches à lacets ont disparu avec la disparition des cuisines en chêne. Les charnières invisibles à encastrer, qui plus est disposant d’amortisseur pour ne plus avoir à claquer les portes, proposent une fermeture en douceur de vos placards et de vos tiroirs.
    Des éléments que l’on trouve autour de 5 € pièce si vous envisagez une rénovation de votre cuisine actuelle.
     
  • Les poignées
    Elles se font de plus en plus discrètes et décoratives. Elles sont même parfois absentes au profit d’une découpe du meuble servant de poignée. Un accessoire qu’il est important de bien choisir et qui peut justement donner tout son cachet à votre mobilier. Surtout que de 5 à 20 €, les gammes sont vraiment très fournies.

 

Plan de travail et crédence

Si les meubles de cuisine sont aujourd’hui plus sobres, mais aussi en présentation plus luxueuse, la crédence et le plan de travail viennent aussi en souligner le style. Et ne sont pas pour rien dans le prix final.

 

  • Le plan de travail
    Il est indispensable et doit proposer un maximum de surface pour offrir de bonnes conditions de préparations de plats. C’est aussi pourquoi il faudra veiller à ce que ce plan de travail puisse aussi recevoir des plats chauds, tout juste sortis du four, où vous équiper des dessous-de-plat esthétiques pour équiper ce plan de travail.
    C’est aussi une des utilisations intéressantes de l’îlot central de votre cuisine qui vous permet de vous ajouter de la surface utile pour oeuvrer tranquillement ou poser d’autres appareils ménagers, voire pour y positionner vos plaques.
    Cet îlot sera d’ailleurs, lui, aussi, équipé du même plan de travail que l’ensemble de vos mobiliers bas.
    Des matières les plus simples, mais aussi les plus fragiles, aux plus résistantes voici un échantillon de ce que vous pourrez trouver.

En sachant que le bois stratifié est le modèle le plus courant car le moins cher et peut recevoir différentes finitions, tout en étant sensible à la chaleur, que le béton ciré est souvent utilisé dans la rénovation, pour recouvrir un plan de travail existant, que le zinc correspond parfaitement à une cuisine avec verrière, tout comme le verre ou l’inox.

 

Matière du plan de travail

Prix TTC

bois stratifié

de 10 à 30 € le m²

céramique

de 15 à 150 € le m²

bois massif

de 50 à 100 € le m²

béton ciré

de 50 à 150 € le m²

zinc

de 50 à 200 € le m²

inox

de 75 à 300 € le m²

quartz

de 75 à 350 € le m²

granit

de 100 à 400 € le m²

ardoise

de 100 à 400 € le m²

verre

de 200 à 300 € le m²

corian

de 200 à 300 € le m²

 

 

  • La crédence
    Parce que votre mur mérite d’être protégé, votre mur au-dessus de vos éléments bas, et parfois entre ceux du bas et ceux du haut, doit recevoir une matière qui évitera aux taches de graisse qui peuvent jaillir de vos plaques de cuisson ou de l’eau avec laquelle vous risqueriez de l’asperger depuis votre évier. Ce sont les deux points les plus sensibles de votre table de travail.

    Il est alors possible de recouvrir tout votre mur au-dessus des tables de travail, ou de le peindre et de placer du verre sur l’ensemble ou sur les parties les plus à risque.

    Réaliser cette crédence facilite aussi son nettoyage. Vous pourrez la réaliser directement sur un mur en placo, à condition de lui effectuer une première couche de peinture auparavant, de façon à ne pas arracher tout le placo le jour où vous vous en lasserez et souhaiterez enlever par exemple votre carrelage pour le remplacer par un nouveau.

    En rénovation, il est aussi facile de recouvrir un ancien carrelage, totalement passé de mode, par un béton ciré, par exemple.

    Voici quelques matières qui vous permettront de réaliser une crédence, certains reprenant ceux du plan de travail :

 

Matière de la crédence

Prix TTC

bois stratifié

de 30 à 60 € le m²

carrelage

de 20 à 50 € le m²

béton ciré

de 50 à 150 € le m²

zinc

de 50 à 200 € le m²

verre

de 250 à 300 € le m²

inox

de 100 à 150 € le m²

 

Certains de ces matériaux reviendront plus cher en crédence qu’en plan de travail, pour des raisons de complexité en pose sur un mur et en découpe.
 

En carrelage, la mode est aux grands formats, rectangulaires, avec des couleurs plutôt sombres afin de contraster avec un mobilier plus clair.

 

 

Prix de pose des meubles de cuisine

La pose de la cuisine commence généralement par une prise de cotes qui ont permis de décider du modèle le plus adapté aux dimensions de votre pièce. Ce qui fait que le plan d’aménagement est réalisé au préalable, à moins d’acheter une cuisine en kit.

 

La pose des meubles est un travail minutieux dont les réglages peuvent se réaliser avec l’aide des réglages de pieds qui permettent alors de rattraper d’éventuels différences de niveau des sols. Le but étant d’arriver à avoir une parfaite horizontalité avant de poser le plan de travail.

 

Le plan de travail est alors une opération délicate par les découpes qu’il peut engendrer, que ce soit pour s’aligner parfaitement sur des murs pas toujours réguliers et pas forcément d’équerre et pas les autres découpes nécessaires pour la pose de l’évier ou celle des plaques de cuisson, entre autres.

 

La difficulté est encore toute autre avec la pose des éléments hauts, qui doit faire face à des sécurités de fixation sur des murs pas forcément conçu pour ce travail, comme des cloisons en placo parfois plus légères et qui devront parfois être renforcées pour cela.

 

C’est pourquoi la pose par un professionnel est préconisée et seuls quelques modèles de base en kit, avec un ensemble facile à installer, sont réalisés par des particuliers peu aguerris.

 

  • La pose d’une cuisine est parfois incluse dans le prix, notamment sur les cuisines haut de gamme dont la valeur s’approche des 15.000 ou 20.000 €.

 

  • Pour des cuisines d’entrée de gamme, il faut tabler sur un prix de pose de l’ordre de 1.000 €.

 

  • Lorsque le prix de la cuisine se rapproche des 10.000 €, le prix de pose est plutôt de l’ordre de 2.000 à 2.500 € car elle commence à se présenter avec un mobilier plus complet, haut et bas, et des dimensions plus importantes. Un prix pour une cuisine de l’ordre de 12 m².

 

Le guide sur le prix de pose d’une cuisine peut vous apporter des précisions.

 

Les équipements de cuisine

Mais une cuisine se présente aussi avec un certain nombre d’équipements quasiment indissociables ou presque du mobilier.

 

Et c’est toute la différence entre une cuisine aménagée et une cuisine équipée.

  • La cuisine aménagée : elle dispose de tous les éléments mobiliers et est modulable en fonction de votre intérieur. Mais vous devrez vous-même penser l’électroménager qui convient le mieux. L’avantage est que vous pouvez plus facilement personnaliser, l’inconvénient est que vous devez chercher des équipements qui conviennent parfaitement aux dimensions voulues.
  • La cuisine équipée : aux meubles viennent s’inclure l’électroménager. Tout est pensé pour ne faire qu’un et l’électroménager s’intègre totalement dans les meubles. L’association est pensée pour vous.

 

Pour le principe, et selon votre choix de qualité, l’équipement électroménager se chiffre entre des prix de 1.500 € et 5.000 €. Plus précisément, voici un tableau qui vous aide à prévoir ce qui vous attend pour l’achat de chaque article de cet équipement.

 

Equipements de cuisine

Caractéristiques

Prix en fourniture

Prix de la pose

plaques de cuisson

gaz, à induction ou vitrocéramiques

de 250 à 1.500 € et plus

30 €

four

gaz ou électrique - chaleur tournante, pyrolyse...

de 300 à 3.000 € et plus

30 €

micro-ondes

selon puissance, intégration...

de 50 à 1.500 €

20 €

hotte

casquette, plafond, puissance, recyclage...

de 100 à 2.000 €

70 €

réfrigérateur / congélateur

avec ou sans congélation, américain...

de 300 à 4.000 €

40 €

lave-vaisselle

nombre couverts, départ différé...

de 250 à 1.000 €

60 €

évier et robinetterie

nombre cuves, matière, qualité robinetterie...

de 150 à 500 €

150 €

 

 

Bien sûr, hormis les fonctionnements, le prix dépend aussi de la qualité de fabrication et de la réputation de la marque.

 

Les accessoires

La qualité et le confort d’une cuisine se jouent aussi sur certains détails. Une magnifique cuisine qui aurait des boutons ou poignées de portes manquant de discrétion et quelque peu kitch pourrait perdre de son éclat.

 

De la même façon, des ralentisseurs sur les fermetures apporteront un réel confort.

 

Le principe des placards d’angle, la finition soignée pour prévoir certains autres détails comme la présence d’une boîte à pain, celle pour le fonctionnement de la poubelle, avec parfois un accès depuis la table de travail, la présence de LED pour éclairer l’évier ou des placards avec des rangements spéciaux pour les casseroles, par exemple, chacun de ces éléments contribuera à réhausser la gamme de votre cuisine.

 

Prix de la ventilation de la cuisine

En dehors du mobilier, un point est essentiel à votre cuisine, sa bonne ventilation, pour des questions de salubrité pour bien éradiquer l’humidité et, bien sûr, pour solutionner les problèmes d’odeurs.

 

Pour la ventilation, les odeurs de cuisine nécessiteront une très bonne hotte, surtout si vous avez opté pour la cuisine à l’américaine. Les prix de hotte ont été étudiés juste avant. Pour le reste, une bonne VMC double flux Le guide sur le prix d’installation d’une VMC vous apportera les indications nécessaires. Pour rappel, en fourniture et pose, mais sur l’ensemble d’une maison, bien sûr, et pas seulement pour la cuisine, il faut compter de 800 à 1.500 € pour une VMC simple flux, d’autoréglable à hygroréglable, et 4.000 € pour une VMC double flux.

 

En rénovation, vous avez aussi le principe de la Ventilation Mécanique Ponctuelle (VMP) pour un prix de 200 € en fourniture et pose, pour un seul appareil.

 

 

Les branchements électriques de la cuisine

En tant que pièce d’eau, la cuisine doit aussi respecter toutes les normes en matière d’électricité. Normes de puissance pour que la mise en route du four ne fasse pas disjoncter votre compteur, même si les fours actuels sont bien moins gourmands et ne demandent plus la puissance de distribution en câble et en résistance de ceux d’il y a 20 ou 30 ans. Mais normes de sécurité surtout, puisque l’eau, parfois le gaz, et l’électricité doivent arriver en parfaite harmonie.

 

Il faudra donc respecter notamment la norme NFC 15-100, en tout premier lieu, afin que l’électricité ne soit pas à trop grande proximité de votre évier, notamment, et que l’eau ne puisse gicler dans une prise. Ces normes définissent aussi le nombre de prises et les lumières nécessaires, selon les données suivantes :

 

  • Les prises électriques
    Dans une cuisine de moins de 4 m², vous devrez prévoir un minimum de 3 prises électriques.
    Pour la même pièce de plus de 4 m², il vous faudra un minimum de 6 prises électriques, dont 4 devront se situer au niveau du plan de travail.
    Par contre, ces prises ne peuvent se situer au-dessus de l’évier ou des plaques de cuisson, pas plus qu’au-dessus du four. Le cas particulier étant celui de la prise pour la hotte qui doit cependant être repérée.
    Les prises au bas du mur doivent se situer à au moins 8 cm du sol.
    Ce schéma électrique s’entend hors prises de cuisine spécialisées pour le lave-vaisselle, ou pour le four et les plaques de cuisson fonctionnant à l’électricité.
    En option, une prise pour la hotte peut être posée, comme vu, elle sera à 1,80 m minimum du sol.
     
  • La sécurité
    • Pour bien protéger le circuit de la cuisine, vous devez limiter chacun d’entre eux à 6 prises, avec un fil de 3 x 2,5 mm² et un disjoncteur de 20 A maximum. Si vous souhaitez plus de prises, il vous faudra les alimenter par une nouvelle ligne.
    • Les appareils ménagers, lave-vaisselle, four, lave-linge, réfrigérateur ou four doivent posséder un circuit dédié, lui aussi protégé par du 20 A et alimenté en 3 x 2,5 mm².
    • Les plaques de cuisson seront alimentées en 3 x 6 mm² et protégées par un disjoncteur de 32 A et circuit dédié.
    • Si vous disposez de chauffage électrique, du 3 x 2,5 mm² et disjoncteur dédié 20 A est cohérent
    • Pour des volets roulants, en 1,5 mm² et disjoncteur de 16 A vous suffisent.
       
  • L’éclairage
    La partie éclairage n’a pas été abordée lors des sujets précédents.
    Pour ce qui est des normes, vous devrez prévoir au minimum un éclairage central type plafonnier ou deux éclairages en applique, selon les possibilités de la pièce.
    Cependant, et pour respecter la tendance actuelle, un éclairage LED au plafond peut parfaitement être envisagé et mieux éclairer l'ensemble de votre pièce, surtout si elle est assez grande et dispose d’un îlot central ou d’un bar qui sont aussi utilisés comme lieu pour déjeuner. Eclairage LED qui permet de mieux répartir la lumière, mais aussi de réaliser de belles économies électriques.
    Un éclairage, qu’il soit naturel (fenêtre) ou artificiel (LED) est important, sans être obligatoire, au-dessus de l’évier.
    Pour ce qui est des plaques, elles sont généralement éclairées par la hotte.
    • Les commandes d’éclairage seront positionnées entre 0,9 et 1,3 m au-dessus du niveau du sol, pour le côté pratique. Tout comme les commandes éventuelles de volets roulants ou de thermostat.
      La commande d’éclairage devra se situer à l’entrée de la cuisine, côté intérieur.
       
  • Les prises de communication
    Il ne faut pas négliger les prises de communication dont les nouvelles normes imposent la présence dans chaque pièce, dont la cuisine et qui, selon la taille de la maison, à partir du T3, en imposent même deux par pièce.
     

Pour estimer certains chiffrages plus particuliers et individuels par poste, voici un tableau pour vous aider :

 

Travaux électriques en neuf ou rénovation

Tarif

Fourniture et pose d’un différentiel

entre 200 et 300 €

Fourniture et pose d’un disjoncteur

entre 130 et 180 €

Fourniture et pose prise de courant 16 A

entre 60 et 90 €

Fourniture et pose interrupteur

entre 60 et 80 €

Fourniture et pose boîte dérivation

autour de 60 €

Fourniture et pose câblage gainé

environ 100 € le mètre linéaire

Déplacement radiateur électrique

entre 100 et 150 € pièce

Rénovation électrique

entre 90 et 110 € le m²

 

 

 

Les branchements de gaz de la cuisine

L’électricité est importante, mais si vous êtes alimenté au gaz de ville, vous avez peut-être prévu de vous équiper d’un four à gaz et de plaques de cuissons au gaz.

 

Pour des travaux sur vos conduits, il vous faudra alors prévoir :

  • alimentation pour votre cuisine en raccordement à votre chaudière : environ 100 € le mètre linéaire ;
  • déplacement de votre canalisation existante pour réagencement de votre cuisine : de 20 à 50 € le mètre linéaire.

 

 

Les alimentations en eau et les évacuations

Vous avez l’électricité, le gaz, il ne vous manque plus que l’eau et l’évacuation des eaux usées pour disposer de tous les branchements nécessaires dans cette pièce.

 

  • En neuf ou parfois en rénovation, les alimentations en eau sont indispensables pour votre évier, mais aussi pour votre lave-vaisselle. Tout comme il vous faudra éliminer les eaux usées. Un travail plus facile à effectuer dans le neuf, puisque vous pourrait plus facilement cacher ces tuyauteries, les inclure dans une cloison, les passer derrière votre mobilier, les faire ressortir par une cave ou un vide sanitaire, par exemple. En rénovation, le travail sera évidemment plus complexe et vous devrez souvent repartir d’un réseau existant le plus proche possible. Mais il faut aussi prévoir des accès en cas de bouchage ou en cas de fuite, pour qu’un professionnel puisse intervenir.
    La réalisation d’une alimentation en multicouche est la solution la plus facile et la moins onéreuse puisque son prix, en fourniture, va de 1 à 4 € seulement le mètre linéaire.
    Pour une idée plus précise, sachez qu’il vous en coûtera autour de 20 à 60 € le mètre linéaire pour déplacer une canalisation existante, lorsque vous décidez de modifier des plans de cuisine ou d’intervertir deux pièces, par exemple.
     
  • Si l’alimentation est nécessaire, les évacuations le sont tout autant et il faut compter de 2 à 5 € le mètre linéaire de PVC pour les réaliser, que ce soit pour le lave-vaisselle ou pour l’évier, en les diamétrant suffisamment pour qu’elles jouent parfaitement leur rôle.
     
  • L’évier entre aussi pour beaucoup dans l’aspect de votre cuisine et rendre très négative son esthétique si, malgré les beaux meubles, le vieil évier est conservé ou un bas de gamme posé.
    Si on trouve des premiers prix autour de 40 €, il vous faudra souvent aller plus haut et, de 100 à 400 € aller chercher la qualité selon la matière de l’évier et son dimensionnement.
    Avec le lave-vaisselle qui prend place dans presque toutes les cuisines, l’évier se rétrécit pour ne souvent se composer que ‘un seul bac et un égouttoir.
    Pour la teinte, il se noiera très bien avec votre plan de travail dans des teintes ardoise.
     
  • Qui dit qualité d’évier, dit qualité de sa robinetterie.
    A vouloir trop économiser, vous perdrez bien sûr en style, mais certainement en durée de vie. Les premiers prix se commercialisent autour de 40 € lorsque les modèles les plus élevés atteignent les 400 €.
    La pose de l’évier et de sa robinetterie sont généralement inclus dans la pose de votre cuisine, si vous ne vous êtes pas réservé ces postes.

 

Le revêtement de sol d’une cuisine

Pour être complet sur la réalisation d’une cuisine, en neuf ou en rénovation, il faut penser à toute la pièce et, en premier lieu, à son sol, élément important, autant pour sa résistance que pour son design.

 

Le carrelage d’une cuisine, lorsqu’elle est américaine, peut se noyer avec le carrelage de l’ensemble de la pièce de vie ou, au contraire, s’en différencier légèrement pour marquer les espaces. Il est aussi possible de conserver le même type de carrelage et en modifier le sens de pose pour un carrelage rectangulaire, voire réaliser le même carrelage sur l’ensemble, mais carré dans la cuisine et rectangulaire dans la salle à manger. Chacun apportera sa propre conception de sa cuisine.

 

  • Pour du carrelage, compte tenu d’une pièce qui peut recevoir de l’eau, il est sage d’évident les carrelages trop glissants.
  • Tout comme il faut un carrelage ayant une bonne résistance pour ne pas s’ébrécher en cas de chute de vaisselle. La faïence est donc à éviter.
  • C’est aussi une pièce où de nouveaux déplacements seront effectués, le carrelage doit aussi résister à l’usure.
  • Enfin, il doit résister aux agents courants qui servent souvent dans le nettoyage d’une cuisine.

 

Si vous voulez rénover votre pièce, vous aurez aussi la possibilité de recouvrir votre carrelage existant un peu trop daté par certaines gammes de sols plastiques très résistantes également ou, si vous le souhaitez, par un parquet traité pour résister à l’humidité.

 

Voici donc quelques exemples de tarifs :

 

Travaux de sol de cuisine

Tarif en fourniture et pose

Carrelage imitation carreaux de ciment

de 40 à 120 € le m²

Carrelage grès cérame ou grès émaillé

de 50 à 120 € le m²

Carrelage effet pierre naturelle

de 50 à 150 € le m²

Sol PVC collé

autour de 40 € le m²

Sol PVC plombé

autour de 60 € le m²

Dépose de carrelage existant

de 20 à 30 € le m²

Reprise carrelage sol

de 30 à 120 € le m² selon carrelage

Dépose parquet existant

de 10 à 15 € le m²

Reprise parquet existant

de 50 à 200 € le m² selon qualité de parquet

 

 

 

Prix de la peinture d’une cuisine

Ce sont les dernières finitions de votre cuisine. Une fois les crédences réalisées, les éventuelles faïences, il vous reste certainement quelques murs et le plafond qui doivent être peints ou repeints. A moins que vous ne choisissiez des papiers peints sur les murs.

 

Vous pouvez aussi, en rénovation, choisir de repeindre d’anciens carrelages avec une peinture spéciale à base de résine pour une bonne résistance.

 

Voici donc des solutions qui peuvent vous intéresser en termes de tarif pour établir le diagnostic final de votre cuisine.

 

Travaux de peinture

Tarif en fourniture et pose

Travaux de peinture ou de papier peint en mural

de 20 à 30 € le m²

Dépose de papier peint

autour de 10 € le m²

Reprise de murs en peinture ou papiers peints

de 20 à 30 € le m²

Peinture résine sur carrelage existant

de 30 à 40 € le m²

Peinture plafond

de 40 à 50 € le m²

Pose de toile tendue au plafond

de 50 à 100 € le m²

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.