Prix des panneaux solaires

Mis à jour le 24 septembre 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-09-24 08:15:00
Toiture avec panneaux solaires

Le recours aux panneaux solaires pour produire de l’électricité ou de la chaleur entre parfaitement dans le cadre de la Transition Énergétique et de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Les prix d’un panneau solaire peuvent aller de 8 000 à 30 000 € pour du photovoltaïque, de 5 000 à 19 000 € pour du thermique, et de 12 000 à 16 000 € pour des panneaux solaire hybrides.

 

Vous avez un projet ?

Budget récapitulatif

Type de panneaux solaires

Type d’installation

Type d’utilisation

Prix total (fournitures et pose)

Panneaux solaires photovoltaïques

Puissance 3 kWc

Production d’électricité :

  • autoconsommation totale
  • production et revente de surplus
  • revente totale

de 8 000 à 13 000 €

Puissance 6 kWc

de 14 000 à 19 000 €

Puissance 9 kWc

de 19 000 à 30 000 €

Panneaux solaires thermiques

Chauffe-Eau Solaire Individuel

Production d’eau chaude sanitaire

de 5 000 à 7 500 €

Système Solaire Combiné

Production d’eau chaude sanitaire et chauffage

de 13 000 à 19 000 €

Panneaux solaires hybrides

Puissance 3 kWc

Production d'électricité et de chaleur

de 12 000 à 16 000 €

 

 

 

Les différents types de panneaux solaires et leurs prix au m²

Un panneau solaire, comme son nom l’indique, utilise le rayonnement du soleil pour produire de l’énergie. Celle-ci peut être restituée sous forme de chaleur (solaire thermique) ou d’électricité (solaire photovoltaïque). Ces panneaux peuvent se poser sur la toiture d’une maison individuelle, sur le toit d’un bâtiment, ou simplement être installés au niveau du sol. L’énergie solaire est une énergie renouvelable, propre, et qui ne dégage pas de gaz à effet de serre, c’est pour cette raison qu’elle ouvre des droits à des aides financières accordées par l’État.

 

  • Panneau solaire photovoltaïque
    Un panneau solaire photovoltaïque permet de produire de l’électricité. En effet, les cellules photovoltaïques sont composées de silicium. Ces particules sont stimulées par le rayonnement solaire, et produisent ainsi des électrons en mouvement. Ceux-ci correspondent à un courant électrique continu. Il est donc nécessaire de le convertir en courant alternatif grâce à un onduleur.

    Plusieurs types de silicium sont présents dans les cellules photovoltaïques :

    • Le silicium amorphe autorise une production d’électricité même en cas de faible luminosité. Il recouvre de “couches minces” des surfaces assez importantes. Son rendement est légèrement faible, soit entre 6 et 10 %.
    • Le silicium polycristallin présente des nuances bleutées dues aux différents cristaux de silicium assemblés. Il s’agit du type de silicium le plus utilisé à l’heure actuelle pour constituer les cellules photovoltaïques. Son rendement se situe entre 12 et 15 %.
    • Le silicium monocristallin, lui, présente des nuances noires car il n’est composé que d’un seul et même cristal de silicium. Son rendement se place légèrement au-dessus du lot, soit entre 15 et 18 %.

 

Type de silicium

Rendement

Silicium amorphe

entre 6 et 10 %

Silicium polycristallin

entre 12 et 15 %

Silicium monocristallin

entre 15 et 18 %

 

uand il s’agit de puissance dans le photovoltaïque, celle-ci est exprimée en kiloWatt crête (kWc). En fonction du taux d’ensoleillement de votre région, un kiloWatt crête ne produit pas la même quantité d’énergie. Si votre zone géographique affiche de faibles conditions d’ensoleillement, vous produirez moins d’électricité qu’avec les mêmes panneaux installés aux abords de la Côte d’Azur. En voici quelques exemples :

  • En région parisienne, 1 kWc de panneaux photovoltaïques installés vous permet de produire entre 800 et 1 000 kWh par an.
  • En Bretagne, ou aux abords de la Loire entre autres, 1 kWc de panneaux photovoltaïques installés vous permet de produire entre 1 000 et 1 100 kWh par an.
  • Dans le pays Basque, ou aux abords de Bordeaux par exemple, 1 kWc de panneaux photovoltaïques installés vous permet de produire entre 1 100 et 1 200 kWh par an.
  • Sur tout le pourtour méditerranéen, 1 kWc de panneaux photovoltaïques installés vous permet de produire entre 1 200 et 1 400 kWh par an. C’est donc bien son fort taux d’ensoleillement qui permet d’afficher ces belles performances.

 

Quelques situations géographiques

Production électrique pour 1 kWc installé

Nord de la France et région parisienne

entre 800 et 1 000 kWh par an

Bretagne et centre de la France

entre 1 000 et 1 000 kWh par an

Sud-ouest de la France

entre 1 100 et 1 200 kWh par an

Côte méditerranéenne

entre 1 200 et 1 400 kWh par an

 

 

Le prix d’un panneau solaire photovoltaïque peut varier de 200 à 320 € / m² en moyenne. En effet, la puissance, la marque du fabricant et le mode d’installation choisis, entre autres, ont un impact sur le montant à investir. En règle générale, des panneaux solaires photovoltaïques coûtent entre 3 et 4 centimes d’euros / Wc. Il est à noter qu’il est également possible de se procurer des tuiles photovoltaïques. Cette technologie de pointe est assez récente, et présente un coût plus élevé, compris entre 400 € / m² pour une entrée de gamme, et jusqu’à près de 1 100 € / m² pour les modèles les plus performants.

 

  • Panneau solaire thermique
    Un panneau solaire thermique récupère la chaleur du soleil, puis la transfère au fluide caloporteur contenu dans le panneau. Grâce à un échangeur thermique, l’énergie ainsi produite est ensuite envoyée vers votre installation pour produire de l’eau chaude sanitaire ou pour alimenter votre réseau hydraulique de chauffage comme un plancher chauffant par exemple.

    Il existe trois grandes catégories de capteurs pour constituer ces panneaux solaires thermiques :

 

  • Les capteurs non-vitrés sont les moins performants. Cela est dû à l’absence de vitre qui permet de concentrer au mieux la chaleur émise par le soleil. Les tubes remplis du fluide caloporteur sont néanmoins de couleur noire afin de récupérer le plus d’énergie possible. Ils n’autorisent pas un rendement suffisant pour produire de l’eau chaude sanitaire pour tout un foyer, et c’est pour cela que ces capteurs sont utilisés, de manière générale, comme accessoire pour alimenter en eau chaude une piscine familiale par exemple.

 

  • Les capteurs à plan vitré sont les plus répandus. Les tubes remplis du fluide caloporteur sont donc recouverts d’une vitre noire à l’aspect uniforme et légèrement plus mat qu’une vitre classique. Cela permet de créer un effet de serre et ainsi optimiser la chaleur retenue. Une enveloppe permet d’isoler l’installation afin de limiter les déperditions énergétiques. Ils permettent d’exploiter près de 350 kWh/m² par an.

 

  • Les capteurs à tubes sous-vides sont constitués de tubes en verre totalement étanches et vides de tout air. L’absorbeur de chaleur, inséré dans ces tubes, est fait de cuivre. Équipé d’ailettes, celles-ci peuvent s’incliner et être orientées selon vos besoins. Ces capteurs tubulaires constituent, à ce jour, la technologie la plus performante. En effet, ils permettent d’exploiter près de 500 kWh/m² par an.

 

*Le prix d’un panneau solaire thermique à capteurs vitrés peut varier de 200 à 450 € / m² en moyenne en fonction du modèle et de la puissance. En règle générale, des panneaux solaires thermiques coûtent entre 2 et 3 centimes d’euros / Wc. En revanche, pour les panneaux solaires thermiques dotés de capteurs à tubes sous-vide, beaucoup plus performants, le prix d’achat peut s’élever de 600 à 850 € / m² en fonction des modèles.

 

  • Panneau solaire hybride
    Un panneau solaire hybride cumule les deux technologies, photovoltaïque et thermique. Ainsi, vous pouvez, avec la même surface de panneaux solaires, produire de l’électricité ainsi que de la chaleur pour de l’eau chaude sanitaire ou approvisionner un circuit hydraulique de chauffage.

    Les panneaux sont constitués de deux couches superposées. La première, côté soleil, est équipée de cellules photovoltaïques pour la production électrique. La seconde, placée en dessous et donc côté toiture, est équipée de tubes remplis de fluide caloporteur qui permettent de récupérer la chaleur du soleil. Celle-ci est amplifiée grâce à l’effet de serre produit par les cellules photovoltaïques.

    Le fluide caloporteur de ce type d’équipement peut être liquide, on parle alors de panneau solaire hybride hydraulique. La présence du liquide sous les cellules permet de les maintenir à une bonne température, synonyme de performance optimisée
    Quand le fluide caloporteur est à l’état gazeux, on parle alors de panneau solaire hybride aérovoltaïque. L’air ainsi réchauffé est alors ventilé et distribué à l’intérieur de votre logement ou vers la prise d’air d’un ballon thermodynamique.

    Le prix d’un panneau solaire hybride peut varier de 250 à 450 € / m² en moyenne en fonction du modèle et de la puissance. En règle générale, des panneaux solaires hybrides coûtent entre 4,5 et 6 centimes d’euros / Wc.

 

Type de panneaux solaires

Prix moyen au m²

Prix pour 20 m² de panneaux solaires

Panneaux solaires photovoltaïques

de 200 à 320 € / m²

de 4 000 à 6 400 €

Tuiles photovoltaïques

de 400 à 1 100 € / m²

de 8 000 à 22 000 €

Panneaux solaires thermiques à capteurs vitrés

de 200 à 450 € / m²

de 4 000 à 9 000 €

Panneaux solaires thermiques à capteurs à tubes

de 600 à 850 € / m²

de 12 000 à 17 000 €

Panneaux solaires hybrides

de 250 à 450 € / m²

de 5 000 à 9 000 €

 

Il est à noter que, dans la plus grande majorité des cas, la superficie des panneaux solaires installés sur des logements individuels est comprise entre 10 et 30 m².

 

Les différentes utilisations des panneaux solaires

Les panneaux solaires photovoltaïques peuvent être utilisés de plusieurs façons :

 

  • L’autoconsommation totale
    Votre production d’électricité est intégralement envoyée vers votre réseau domestique. Vous devez signer un document qui certifie que le surplus de production ne sera pas distribué dans le réseau local. En cas de périodes à faible ensoleillement, c’est l’électricité de votre fournisseur qui prend le relais. Des batteries permettant le stockage d’énergie restent une solution. Néanmoins elles sont, encore à ce jour, assez coûteuses.

 

  • L’autoconsommation avec vente du surplus
    L’autoconsommation avec vente du surplus, appelée également “vente partielle”, permet de consommer pour votre logement l’électricité produite. Le surplus de production est injecté dans le réseau local de votre fournisseur, et celui-ci vous l’achète selon les tarifs en vigueur (voir tableau ci-dessous).
    De plus, il est important de signaler ici qu’une prime à l’investissement est versée aux foyers ayant opté pour l’autoconsommation avec vente de surplus. Le montant de cette prime est calculé en fonction de la puissance de votre installation :

 

Puissance de l’installation

Montant de la prime à l’autoconsommation

Puissance ≤ 3 kwc

390 € / kWc

Puissance ≤ 9 kwc

290 € / kWc

Puissance ≤ 36 kwc

190 € / kWc

Puissance ≤ 100 kwc

90 € / kWc

 

 

  • La vente totale
    En cas de vente totale, l’intégralité de l’électricité produite par vos panneaux solaires photovoltaïques est distribuée dans le réseau local de votre fournisseur. Le prix d’achat du kWh varie en fonction de la puissance maximale de votre installation (voir tableau ci-dessous), et de son type d’installation :
    • Intégration Au Bâti (IAB) : une partie de votre toiture est déposée pour laisser place aux panneaux solaires. Ce type d'installation garantit une excellente étanchéité de votre toit.
    • Intégration Simplifiée au Bâti (ISB) : les panneaux solaires ne sont pas “intégrés” à votre toiture, mais installés en surimposition. Cette technique de pose est plus rapide, et donc moins coûteuse, qu’une IAB.
    • Non intégré au bâti : les panneaux solaires ne sont pas intégrés à l’enveloppe du bâtiment. Ils peuvent être fixés à même le sol ou au-dessus de votre toit.

 

Utilisation du photovoltaïque

Type d’installation

Puissance

Prix d’achat*

Autoconsommation avec

vente du surplus

--

Puissances ≤ 9 kWc

10 cts € / kWh

Puissance ≤ 100 kWc

6 cts € / kWh

Vente totale

Intégration au bâti (IAB) ou

Intégration simplifiée au bâti (ISB)

Puissance ≤ 3 kWc

18,66 cts € / kWh

Puissance ≤ 9 kWc

15,86 cts € / kWh

Non intégré au bâti

(ou IAB/ISB < 100 kWc)

Puissance ≤ 36 kWc

12,07 cts € / kWh

Puissance ≤ 100 kWc

10,94 cts € / kWh

 

* Tarifs d’achat par le réseau EDF jusqu’au 30 septembre 2019

 

Les panneaux solaire thermiques peuvent alimenter :

 

  • Un chauffe-eau solaire individuel
    Le Chauffe-Eau Solaire Individuel, appelé également CESI, permet de fournir de l’eau chaude sanitaire pour tous les occupants d’un logement. Les panneaux solaires thermiques fournissent de la chaleur qui est transmise à l’échangeur thermique, relié au ballon de stockage. Dans ce type d’installation, un dispositif d’appoint est très souvent relié au chauffe-eau solaire, afin de prendre le relais quand le taux d’ensoleillement est trop faible.

 

Les ballons d’eau chaude peuvent stocker de 200 à 400 litres en fonction des modèles.

 

  • Un Système Solaire Combiné
    Un Système Solaire Combiné, nommé également SSC, est une installation qui permet une production d’eau chaude sanitaire et un approvisionnement d’un réseau hydraulique de chauffage. Il est ainsi possible d’alimenter des radiateurs à eau chaude ou un plancher chauffant par exemple. L’énergie solaire, utilisée de la sorte, vous permet de réaliser de substantielles économies sur votre facture énergétique, et entre parfaitement dans le champ des équipements pour la construction d’une maison passive.

    Cette solution permet donc de fournir du chauffage et de l’eau chaude pour tout un foyer, et ce, sur presque la totalité de l’année. Pour ce faire, il est conseillé de faire installer 1 m² de panneaux solaires thermiques par tranche de 10 m² de surface de plancher. Ainsi, pour un logement présentant une surface habitable de 150 m², il est recommandé de faire installer près de 15 m² de panneaux solaires thermiques en toiture. Néanmoins, comme tout dispositif fonctionnant à l’énergie solaire, il est nécessaire de prévoir une solution d’appoint pour les périodes de faible ensoleillement.

    Comme expliqué précédemment, les panneaux solaire hybrides permettent de fournir de la chaleur, mais également de produire de l’électricité. Tout comme le photovoltaïque classique, il est possible d’opter pour une autoconsommation totale, une autoconsommation avec vente du surplus, ou une vente totale de votre énergie produite. En ce qui concerne la partie thermique, ces panneaux hybrides peuvent avoir deux types d’utilisation :

 

  • Le solaire hybride hydraulique
    Les panneaux solaires hybrides hydrauliques permettent, en plus de produire de l’électricité grâce aux cellules photovoltaïques, une production d’eau chaude sanitaire. Ce type d’installation peut également approvisionner un réseau de chauffage hydraulique. Le fluide caloporteur présent sous les panneaux permet de refroidir les cellules, leur assurant ainsi un meilleur rendement.

 

  • Le solaire hybride aérovoltaïque
    Les panneaux solaires hybrides aérovoltaïques fonctionnent avec de l’air comme fluide caloporteur. L’air chaud présent sous les cellules photovoltaïques est alors ventilé et acheminé vers les pièces de votre logement grâce à un réseau de gaines. Cet air chaud peut également alimenter un ballon thermodynamique. Le surplus de chaleur est évacué vers l’extérieur par une sortie de toit.

 

Type de panneaux solaires

Principale production d’énergie

Possibilités d’utilisations

Panneaux solaires photovoltaïques

Production d’électricité

  • Auto-consommation
  • Production et revente de surplus
  • Revente totale

Panneaux solaires thermiques

Production d’eau chaude

  • Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI)
  • Système Solaire Combiné (SSC)

Panneaux solaires hybrides

Productions d’électricité et de chaleur

  • Installation solaire hybride hydraulique
  • Installation solaire hybride aérovoltaïque

 

L’installation des panneaux solaires

Si, comme expliqué en amont, le taux d’ensoleillement n’est pas le même dans toute la France et ne permet pas les mêmes rendements, il est toutefois très intéressant d’avoir recours à l’énergie du soleil pour se chauffer ou produire de l’électricité, et ce, où que vous viviez. En effet, il faut porter attention avant tout à l’inclinaison et à l’orientation de vos panneaux.

 

  • Pour assurer les meilleures performances, il est recommandé d’installer les panneaux solaires orientés vers le sud, et présentant une inclinaison de 30 °. Il est également primordial de ne pas gêner le rayonnement du soleil, c’est pourquoi les panneaux ne doivent pas s’installer dans un endroit ombragé par de la végétation ou un immeuble voisin par exemple.

 

  • Il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel expérimenté et certifié QualiPV. Il sera à même de réaliser une installation dans les règles de l’art, mais il pourra surtout vous conseiller sur la surface de panneaux à installer et leur puissance afin de répondre aux besoins de votre foyer.

 

  • Le tarif horaire d’un professionnel certifié peut varier de 35 à 80 € HT. Le coût d’installation uniquement se calcule en fonction du type d’installation, de la puissance et de la surface installées, de la complexité du chantier et du niveau d’expérience du professionnel qui intervient chez vous.

 

  • Les travaux nécessaires pour une installation de panneaux solaires peuvent s’étaler sur 2 à 3 jours en fonction de la complexité du chantier, si la pose se fait dans du neuf ou de la rénovation.

 

Frais annexes aux panneaux solaires photovoltaïques

  • Stockage de l’énergie photovoltaïque
    Dans le cadre d’une installation de panneaux solaires photovoltaïques, il est possible d’y coupler une ou plusieurs batteries afin de stocker votre énergie. Les avancées technologiques sont actuellement en plein essor dans le secteur du stockage de l’électricité solaire, et certains sites isolés, trop éloignés pour pouvoir se raccorder au réseau local sont déjà équipés de batteries.

    Voici un rapide tour d’horizon des différentes batteries sur le marché actuellement :

 

  • Batterie au “plomb ouvert” : ce type de batterie est très solide, mais demande un entretien régulier. Il est recommandé de l’installer dans un endroit aéré et à l’abri du gel. Elle convient parfaitement pour des utilisations occasionnelles, comme dans un logement secondaire par exemple. Sa durée de vie moyenne est comprise entre 380 et 520 cycles, et son prix peut s’élever de 80 à 300 €.

 

  • Batterie AGM (Absorbed Glass Mat) : il s’agit également d’une batterie au plomb, mais celle-ci est étanche et ne demande aucun entretien. Comparée à son homologue de type “ouvert”, la batterie AGM propose une sécurité renforcée. De plus, ce type de batterie convient parfaitement à un usage quotidien. Sa durée de vie moyenne est comprise entre 580 et 920 cycles, et son prix peut s’élever de 200 à 450 €.

 

  • Batterie Gel : ce type de batterie, également au plomb, est très résistante et supporte les décharges totales, des cycles répétitifs et un usage quotidien. Elle présente une durée de vie moyenne la plus élevée des batteries au plomb. Néanmoins, les charges excessives sont à éviter avec ce type de batterie. Sa durée de vie moyenne est donc comprise entre 780 et 1 400 cycles, et son prix peut s’élever de 250 à 550 €.

 

  • Batterie au lithium : il s’agit, à l’heure actuelle, de la Rolls-Royce des batteries. Cette technologie affiche de très hautes performances et une durabilité élevée. Elle présente un rendement supérieur à 90 % pour la charge-décharge. Sa durée de vie moyenne est donc comprise entre 1 700 et 2 200 cycles, et son prix peut s’élever de 600 à 1 100 €.

 

Type de batterie pour photovoltaïque

Durée de vie moyenne

Prix

Batterie au “plomb ouvert”

de 380 à 520 cycles

de 80 à 300 €

Batterie AGM (Absorbed Glass Mat)

de 580 à 920 cycles

de 200 à 450 €

Batterie Gel

de 780 à 1 400 cycles

de 250 à 550 €

Batterie au lithium

de 1 700 à 2 200 cycles

de 600 à 1 100 €

 

 

Il est important de bien calibrer votre batterie en fonction de la puissance des panneaux solaires installés, et d’adapter ainsi le voltage de celle-ci. Voici, à titre indicatif, quelques recommandations pour un bon calibrage des batteries :

  • Batterie de 12 V pour les installations inférieures à 800 Wc ;
  • Batterie de 24 V pour les installations comprises entre 800 et 1 600 Wc ;
  • Batterie de 48 V pour les installations supérieures à 1 600 Wc.

 

  • Autres éventuels frais annexes pour le photovoltaïque
    Parmi les frais annexes à prendre en compte, bon nombre d’entre eux sont compris dans le tarif proposé par les professionnels pour l’achat de fourniture et l’installation. Il est pourtant parfois intéressant de connaître les échelles de prix afin de mieux appréhender les devis fournis par les professionnels. Voici donc, à titre indicatif, quelques tarifs d’équipements, hors batteries précédemment citées, nécessaires aux panneaux solaires :

 

  • Module : il permet de convertir l’énergie solaire en électricité et son prix peut varier de 0,25 à 0,75 € / Wc en fonction des modèles.

 

  • Onduleur : il permet de convertir le courant continu produit par les panneaux photovoltaïques en courant alternatif et de distribuer le surplus dans le réseau local. Un onduleur peut coûter, en moyenne, entre 350 et 2 200 € selon le modèle et les puissances tolérées. Celui-ci doit être remplacé tous les 10 ans. Un micro-onduleur s’installe sur des panneaux d’une puissance comprise entre 250 et 350 Wc et son prix va de 120 à 220 €.

 

  • Câblages : pour une installation standard, le coût du câblage nécessaire à l’installation de panneaux photovoltaïques peut s’élever de 130 à 320 € en fonction de la disposition de votre installation électrique. En cas de recours à un raccordement souterrain, il vous faudra compter entre 35 et 45 € par m² de tranchée en main d’oeuvre et fournitures.

 

  • Coffret de protection : il est constitué de tous les dispositifs de sécurité pour faire disjoncter votre installation si un orage le percute ou en cas de surtension. Pour des installations d’une puissance de 3 kW, son prix peut varier de 140 à 380 €. Ce tarif augmente proportionnellement en fonction de la puissance. Par exemple, un tel coffret de protection pour une installation présentant une puissance de 12 kW, son prix peut varier de 750 à 900 €.

 

  • Rails d’intégration : ils permettent de vous assurer que votre installation sera stable. Sur votre devis, ce poste peut correspondre à des sommes allant de 180 à 220 € / kWc.

 

  • Raccordement : à ce jour, le raccordement au réseau local à lui seul correspond à un montant compris entre 900 et 1 500 €.

 

  • Tests : le coût des tests à effectuer sur vos panneaux et tous ses composants en fin d’installation peut varier de 140 à 220 €.

 

  • Dispositif de pilotage : ce système permet de piloter votre installation à distance et son prix peut s’élever de 500 à 2 200 € en fonction de vos équipements. Il est important de signaler ici qu’il s’agit là d’une option possible et non obligatoire, contrairement aux équipements précédemment cités.

 

Équipements pour photovoltaïque

Prix

Module

de 0,25 à 0,75 € / Wc

Onduleur

de 350 à 2 200 €

Micro-onduleur

de 120 à 220 €

Câblage

de 130 à 320 €

Raccordement souterrain (tranchée + matériels)

de 35 à 45 € / m²

Coffret de protection - puissance de 3 kW

de 140 à 380 €

Coffret de protection - puissance de 12 kW

de 750 à 900 €

Rails d’intégration

de 180 à 220 € / kWc

Raccordement au réseau local

de 900 à 1 500 €

Tests en fin d’installation

de 140 à 220 €

Dispositif de pilotage (optionnel)

de 500 à 2 200 €

 

 

Coût global d’une installation de panneaux solaires

Le coût global d’une installation de panneaux solaires dépend de plusieurs facteurs :

  • le prix des panneaux solaires : en fonction du type de panneaux, de la puissance, de la surface à installer, de la marque, etc.
  • le montant des frais annexes : raccordement au réseau, onduleur, batteries, etc.
  • le type de pose : intégration au bâti ou non, en rénovation ou dans le neuf, etc.
  • le tarif horaire du professionnel certifié QualiPV.

 

Type de panneaux solaires

Type d’installation

Prix total (fournitures et pose)

Panneaux solaires photovoltaïques

Puissance 3 kWc

de 8 000 à 13 000 €

Puissance 6 kWc

de 14 000 à 19 000 €

Puissance 9 kWc

de 19 000 à 30 000 €

Panneaux solaires thermiques

Chauffe-Eau Solaire Individuel

de 5 000 à 7 500 €

Système Solaire Combiné

de 13 000 à 19 000 €

Panneaux solaires hybrides

Puissance 3 kWc

de 12 000 à 16 000 €

 

 

L’entretien des panneaux solaires

 

  • Panneaux solaires photovoltaïques
    Afin de permettre à vos cellules photovoltaïques de garder leur rendement initial, il est important de ne pas négliger l’entretien de vos panneaux solaires :
    • Entretien des panneaux photovoltaïques : les dépôts de poussière, saleté, déjections d’oiseaux ou feuilles mortes entre autres impactent directement la performance de votre installation. Il convient donc de les dépoussiérer quand cela vous paraît nécessaire. Les nettoyer à l’eau claire et non calcaire est recommandé en dehors des périodes de forte chaleur. En cas de taches incrustées, il est possible de passer une raclette sur vos panneaux tout en prenant garde de ne pas les rayer.
    • Entretien annuel de l’onduleur : il est indispensable de faire réaliser ce contrôle pour garder de bonnes performances. Les entrées d’air doivent être dépoussiérées et les témoins lumineux doivent être vérifiés.
    • Contrôle du compteur : il est vivement conseillé de faire réaliser un contrôle du compteur associé à votre installation photovoltaïque, et ce de manière régulière. En effet, c’est le seul moyen de repérer d’éventuels dysfonctionnements et de faire intervenir un professionnel pour les réparer.

 

  • Panneaux solaires thermiques
    Les opérations de contrôle de votre installation et d’entretien pour les panneaux solaires thermiques permettent de conserver la bonne performance de votre équipement :
    • Nettoyage à l’eau claire de vos panneaux : il est préférable d’effectuer cet entretien en dehors des fortes chaleurs.
    • Vérification de la pression du fluide : il est préférable d’attendre la fin de fortes chaleurs pour effectuer ce test. La pression ne doit pas être en deçà de 1 bar.
    • Contrôle des éventuelles fuites du fluide caloporteur, des équipements de sécurité et de régulation solaire, etc.

 

Il est à noter qu’une installation de panneaux solaires hybrides doit être également contrôlée et entretenue pour assurer la continuité de son rendement, tant pour sa partie photovoltaïque que thermique.

 

Les démarches administratives

Il est important de signaler, quand il s’agit de panneaux solaires photovoltaïques, qu’une série de démarches administratives est obligatoire :

 

  • Il convient, dans un premier temps, de vous rapprocher de votre mairie afin de vous informer des règles d’urbanisme en vigueur sur votre commune. Si vous vivez à proximité d’un site classé, il vous faudra demander une autorisation auprès de l’Architecte des Bâtiments de France.

 

  • Il vous faudra déposer un permis de construire ou une déclaration préalable de travaux auprès de votre mairie. Cette étape est obligatoire pour les panneaux posés à plus de 12 mètres de hauteur. L’accord peut être délivré dans un délai d’une semaine à un mois.

 

  • Il est également obligatoire de faire une déclaration auprès des services de la DIDEME (Direction de la Demande et des Marchés Énergétiques) afin de devenir officiellement producteur d’électricité. Cette démarche se fait par internet instantanément et concerne les installations affichant des puissances inférieures à 450 kWc.

 

  • Il faut souscrire ensuite un Contrat de Raccordement d’Accès et d’Exploitation (CRAE) auprès de votre fournisseur d’électricité. Ce contrat vous ouvre le droit de vendre votre production électrique. Cette démarche peut s’étaler sur une période allant de 2 à 3 mois en moyenne. Il est possible de demander à votre installateur de réaliser cette procédure.

 

  • Pour finir, un contrat d’achat de l’électricité passé avec votre fournisseur vous garantit le rachat de votre production électrique. Ce type de démarche peut également prendre 2 à 3 mois.

 

Les aides financières

L’énergie solaire est une énergie renouvelable idéale pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. C’est donc dans le cadre de la transition énergétique que l’État met à disposition des aides financières afin d’encourager le recours à ce type de production d’énergie.

 

L'installation de panneaux solaires vous permet de bénéficier :

  • d’une TVA à taux réduit ;
  • du Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique, le CITE ;
  • d’une prime à l’investissement pour l’auto-consommation (voir tableau ci-dessus) ;
  • des aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat).

 

Il est conseillé de se renseigner auprès des collectivités territoriales de votre secteur pour vous informer sur les aides proposées. En effet, certaines régions proposent des subventions pour tout investissement dans des panneaux solaires.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.