Prix d'un toit en verre

Mis à jour le 30 septembre 2019
2019-09-30 12:15:00
Maison avec toit en verre

Le prix d’un toit en verre, qui séduit de plus en plus, est fonction d’un certain nombre de critères qu’il faut considérer minutieusement avant de lancer un quelconque projet. En effet, entre une fourchette tarifaire pouvant aller de 265 à 630 € en fourniture et pose, et des prérequis impératifs, mieux vaut bien étudier la question en amont.

 

Vous avez un projet ?

Budget récapitulatif

Poste concerné

Prix au m²

Fourniture et pose d’une charpente métallique

65 à 200 €

Fourniture simple vitrage feuilleté

70 à 80 €

Fourniture simple vitrage trempé

80 à 100 €

Fourniture simple vitrage armé

100 à 110 €

Fourniture simple vitrage profilé armé

110 à 120 €

Fourniture double vitrage

80 à 220 €

Fourniture triple vitrage

210 à 230 €

Pose d’un toit en verre

200 à 400 €

Entretien/nettoyage simple

10 à 15 €

Entretien/nettoyage avec démoussage

15 à 25 €

 

 

Les possibilités de toit en verre

Une toiture en verre peut se penser de multiples manières. Ainsi, entre les options envisageables et les différents types de vitrages, il est important de se poser, en amont, les bonnes questions afin de faire le meilleur choix.

 

  • Les options possibles
    Ce sont les plaques ou panneaux de verre qui sont généralement utilisés pour la création de verrières, de vérandas ou de puits de lumière. De la version la plus simple à celle incluant une capacité photovoltaïque, les propositions peuvent s’adapter à de nombreuses configurations.
    Mais si la spécificité des lieux venait à empêcher la pose de plaques, il est également possible, alors, de se tourner vers la solution des tuiles de verre en lieu et place, par exemple, d’une ouverture de toit pour installation d'un velux. Cette alternative est intéressante puisque les éléments se posent alors comme des tuiles traditionnelles dont elles ont d’ailleurs repris la forme exacte afin de pouvoir leur être associées.

 

  • Les types de verre
    En plus de l’évident apport de lumière offert par un toit en verre, il est important de parler de la protection qu’il confère. En effet, selon la ou les finitions choisies, ce dernier sera capable de garantir un certain niveau d’isolation thermique et phonique notamment.
    Voici quelques critères qu’il est possible de sélectionner sachant que la structure porteuse devra impérativement être pensée en acier :

 

Types de verre et options

Prix au m² en fourniture

les plaques de verre en simple vitrage réalisées en verre

feuilleté

  • verre de sécurité constitué de deux feuilles de verre à minima, ces feuilles sont séparées par des films, souvent en plastique, dits intercalaires
  • plus résistant qu’une version classique, il évite la projection d’éclats en cas de casse

70 à 80 €

trempé (la surface de la plaque ne devra alors pas excéder les 1,50 m²)

  • aussi appelé verre securit
  • son épaisseur est de 4 mm maximum et, en cas de chute de morceaux de verre, la hauteur de la “chute nominale” doit alors mesurer 4 mm de moins que le point le plus haut du vitrage

80 à 100 €

armé

  • ce vitrage sera doté d’un à deux bords libres de moins de 0,6 m ou sera pris en feuillure sur l’ensemble de la périphérie

100 à 110 €

profilé armé

  • son épaisseur est d’au moins 6 mm et le verre présente un angle de 10° au plus en rapport de l’horizontal

110 à 120 €

les plaques de verre en double vitrage

  • plus performant mais également plus lourd, il requiert une charpente adaptée
  • peut disposer d’une isolation renforcée : il est alors question de double ou triple vitrage à ITR (isolation thermique renforcée)
  • présente un rendu faiblement émissif

80 à 340 €

les plaques de verre en triple vitrage

210 à 230 €

 

Mais il existe encore des options complémentaires pour le verre tels que :

  • l’effet occultant : utile afin de protéger les lieux des effets de la chaleur, il doit toutefois être complété par une autre solution (volet roulant, store…) afin de parer aux très fortes chaleurs.
  • l’auto-nettoyage : la toiture étant en hauteur, elle est, de fait, assez complexe à entretenir. Un vitrage autonettoyant se révèle alors très judicieux.

 

Il est à noter que, dans le cadre de la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012), il n’existe pas de seuil minimum concernant le toit en verre. Toutefois, afin de disposer d’un certain confort au sein du logement, il est important de prévoir une installation capable de prévenir du chaud comme du froid. Ainsi, dans l’idéal, il faudra plutôt se diriger vers une solution présentant un coefficient de 1,4 W/m²K au maximum.

Nous avons abordé la nécessité d’une structure porteuse en acier pour ce type de toit, vous pouvez consulter le Prix de pose de charpente métallique qui vous apportera d’autres données sur cette partie bien particulière. Notez déjà qu’une telle charpente se facture entre 65 à 200 € le m² selon qu’elle est prévue en kit ou en sur-mesure pour votre projet.

 

  • Les alternatives au toit en verre
    Le toit en verre requiert, comme nous le verrons un peu plus loin, un certain investissement au m². Ce budget n’est pas forcément toujours envisageable et une variante est alors plus abordable avec le polycarbonate. Cependant, ce matériau affiche des performances bien moindres, tant sur le plan de la résistance que de l’efficacité ou encore de l’esthétique. Il faudra donc bien réfléchir au préalable et s’assurer que la toiture n’aura alors pas à protéger des pièces devant bénéficier d’un confort thermique parfait par exemple.

    En outre, cette solution est plus indiquée dans le cas d’une rénovation puisqu’elle n’attend pas, contrairement au verre, une structure en acier.

    En termes de coût, le polycarbonate se trouve dans des fourchettes de prix oscillant entre 20 à 40 € le m² en fourniture et pose.

 

 

Les avantages et inconvénients d’un toit en verre

Les avantages

 

Pour commencer, entre une belle esthétique et un apport de lumière naturelle extrêmement intéressant, le toit en verre n’a rien à envier à une toiture plus classique. Par ailleurs, sur un plan purement décoratif et design, le verre a l’avantage incontestable de savoir se plier à un grand nombre d’effets. Adaptable en sur-mesure, il s’accorde aussi à toutes les envies architecturales.

Relativement simple à mettre en oeuvre, le verre présente une durée de vie et une solidité bien plus conséquentes que le polycarbonate. En outre, ce matériau ne craint ni les UV ni les intempéries.

Enfin, pour une véranda comme pour une verrière, le toit en verre peut offrir de belles prestations en termes d’isolation acoustique et thermique.

 

Les inconvénients

Toutefois, certains inconvénients restent à déplorer pour le toit en verre, dont la nécessité de recourir un vitrage d’un niveau minimal double vitrage afin de jouir d’une isolation adaptée. En effet, le simple vitrage ne répond pas à cette donnée.

Le risque d’effet de serre est une autre problématique qui, par forte chaleur, requiert la mise en oeuvre d’une solution de protection supplémentaire.

Le poids imposé par un tel matériau étant assez élevé, seule une structure métallique saura lui être associée. Une donnée qui impacte directement le coût global. Cet élément, à lui seul, empêche tout projet de toit en verre en rénovation, à moins de disposer, déjà, de cette charpente.

Enfin, le toit en verre représente un investissement assez onéreux, ce qui peut freiner bon nombre de projets.

 

La pose d’un toit en verre

Comme précisé préalablement, la mise en oeuvre d’un toit en verre nécessite la présence d’une structure porteuse adaptée, capable de supporter le poids conséquent du matériau utilisé. Le métal est alors la solution idéale puisqu’il est suffisamment solide et durable pour accepter ce type de construction. Partant de ce principe, la pose d’un tel toit ne se fera généralement pas en rénovation, à moins de prévoir un investissement plus qu’élevé. Il faudrait déposer la totalité de la charpente afin de la remplacer par une nouvelle, en métal.

 

Selon le type de toiture, il faudra adapter la technique. Par exemple, dans le cas d’un toit plat accessible de type toit terrasse, il faudra alors que ce dernier soit monté comme le serait un plancher vitré. Pour une pente, il sera question d’une verrière dans la plupart des cas, ou d’une véranda. Découvrez cet autre article sur le prix de pose de véranda afin d’en savoir plus sur ce sujet bien précis.

 

Le prix de pose d’un toit en verre

Pour établir le coût d’une toiture en verre, il faudra donc prendre en compte les critères du verre, comme vu dans le chapitre dédié, mais également le coût de la main d’oeuvre. Selon votre zone géographique, l’expérience et l’expertise de votre artisan et les éventuelles contraintes de votre chantier, ce prix pourra osciller autour de 200 à 400 € par m².

 

L’orientation d’un toit en verre

Dans le but de profiter au maximum des bienfaits du rayonnement solaire, il est important de bien penser, aussi, l’orientation et l’emplacement de votre toit en verre. Ainsi, pour favoriser l’entrée de lumière naturelle dans le logement, il sera d’usage de se tourner vers une toiture en verre orientée au sud. Lors, la chaleur et la lumière naturelle profiteront pleinement à vos pièces.

 

Dans le cas d’une orientation à l’ouest, le risque est de souffrir de la chaleur en fin de journée, selon les conditions climatiques. A l’est, la lumière n’entrera que le matin.

 

L’entretien d’un toit en verre

En l’absence d’un vitrage auto-nettoyant, il faudra prévoir un entretien plus ou moins régulier de votre toit en verre. Ainsi, un budget situé entre 10 à 15 € par m² est à prévoir pour un nettoyage simple de la surface.

Mais si des mousses se sont installées, le coût sera plutôt autour de 15 à 25 € par m².

 

 

Les normes à respecter et les démarches administratives

Différentes réglementations encadrent le domaine de la construction en France. Ainsi, lors de la mise en oeuvre de votre toit en verre, vous devrez vous astreindre à quelques démarches auprès des services d’urbanisme de la mairie de votre lieu d’habitation.

 

De la simple déclaration préalable de travaux à la demande de permis de construire, voici ce qu’il faut savoir selon les cas de figure. Si la déclaration préalable de travaux porte sur des travaux qui modifient l’aspect extérieur de la toiture, soit la mise en place de quelques tuiles de verre par exemple, il faudra par contre un permis de construire en cas de travaux plus conséquents.

 

En rénovation ou dans le cadre d’une extension, voici les possibilités en termes de démarches administratives :

 

Démarches

Types de travaux associés

Déclaration préalable de travaux

modification de l'aspect extérieur

  • réfection de toiture avec des matériaux différents de ceux d'origine
  • remplacement partiel de quelques tuiles

Permis de construire

  • réfection de la totalité de la toiture
  • création d’une extension
  • changement de pente
  • changement du type de couverture (remplacement des tuiles par une verrière)

 

Dans le cas où le toit en verre est réalisé lors de la construction du logement, il figurera alors sur la demande de permis de construire.

 

Selon l’emplacement exacte de votre logement, il se peut que vous soyez confronté, aussi, à des règles en lien avec la protection du patrimoine. Dans ce cas, il faudra également obtenir une autorisation de travaux de la part de l’architecte des Bâtiments de France.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.