Comparatif des chauffe-eau

Mis à jour le 09 septembre 2019
2019-09-09 10:00:00
Chauffe-eau

En complément des différents articles sur le sujet, ce comparatif des chauffe-eau recense l’ensemble des possibilités et les différents besoins en eau chaude afin de vous aider à trouver le modèle qui vous convient.

De quelques centaines d’euros seulement à plus de 5.000 €, vous trouverez des fonctionnements à différentes énergies, y compris gratuites, et pourrez bénéficier, parfois, de certaines aides. Découvrez notre article sur le prix de pose d'un chauffe-eau.

 

Vous avez un projet ?

Tarif récapitulatif

Modèle de chauffe-eau

Prix

chauffe-eau électrique

  • de 200 à 300 € en instantané
  • de 300 à 1.500 € à accumulation

chauffe-eau gaz

  • de 300 à 600 € en instantané
  • de 500 à 2.000 € à accumulation

chauffe-eau solaire

  • de 1.000 à 5.000 € pour le chauffe-eau seul
  • de 4.000 à 7.000 € avec tout l’équipement

chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant

de 1.400 à 2.000 €

chauffe-eau thermodynamique split

de 1.300 à 2.000 €

chauffe-eau thermodynamique sur air extérieur

de 2.000 à 2.5000 €

chauffe-eau thermodynamique sur air extrait

de 2.500 à 3.000 €

pose de chauffe-eau basique

autour de 150 €

pose de chauffe-eau courant

de 300 à 500 €

pose de chauffe-eau solaire avec tout le système

autour de 1.500 €

dépose d’un ancien chauffe-eau

autour de 200 €

économie sur repose si modèle identique en remplacement

autour de 100 €

 

 

La consommation d’eau chaude

Pour choisir le chauffe-eau qui convient à un foyer, il faut commencer par bien connaître les consommations de ce foyer, la configuration de ce foyer, ses habitudes de vie, etc.

 

Pour premier exemple, il est reconnu que, dans le cadre d’une consommation moyenne de l’ordre de 350 litres d’eau, ce qui représente sensiblement un foyer de 2 adultes avec un enfant, il en est utilisé 45 % en eau chaude, soit environ 157 litres, dont environ 140 litres en salle de bains et 17 litres en cuisine.

 

Pour une famille, voici la consommation d’eau chaude estimée selon sa configuration :

 

Composition de la famille

Consommation d’eau chaude

1 adulte / douche

de 50 à 75 litres

1 adulte + 1 enfant / douche

100 litres

2 adultes + 1 enfant / douche

150 litres

2 adultes + 1 enfant / baignoire

200 litres

2 adultes + 2 enfants / baignoire

250 litres

 

 

La consommation par personne se situe donc autour de 50 litres d’eau chaude par personne et par jour, avec une petite variante selon que le foyer est équipé d’une douche ou d’une baignoire qui, dans ce second cas, sera légèrement plus consommatrice.

 

A titre de comparaison, un bain consomme environ 130 litres d’eau au total (chaude + froide), par rapport à 50 à 60 litres pour une douche, en utilisation normale. Tout en sachant qu’une baignoire sert également à prendre une douche ou que certains prendront des douches en laissant couler l’eau très longtemps.

Dans une cuisine, un lave-vaisselle consomme de l’eau froide qu’il réchauffe, alors que faire la vaisselle consomme environ 25 litres d’eau chaude.

 

Ces besoins de consommation ne représentent cependant pas les besoins en contenance d’un ballon d’eau chaude, si vous optez pour le cumulus. En effet, la consommation en eau chaude s’effectue à une température moyenne d’environ 40°, alors que l’eau est généralement chauffée entre 60 et 65°.

C’est ainsi que, pour un besoin de 200 litres d’eau chaude, un ballon de 150 litres sera plus que suffisant et offrira même une belle réserve pour les fois où vous aurez des visiteurs.

 

Des astuces pour économiser l’eau chaude

De plus, si vous souhaitez réaliser quelques économies, avant de décider de cette contenance ou du besoin en eau chaude, voici quelques astuces permettant de faire baisser sa consommation de façon assez remarquable :

  • Ne pas laisser couler l’eau inutilement, notamment pendant les opérations de savonnage.
  • Utiliser l’eau chaude uniquement lorsque c’est indispensable, pas forcément pour se laver les mains, par exemple.
  • Installer des limiteurs de pression ou un régulateur de débit sur la douche.
  • Utiliser de préférence un robinet thermostatique.
  • Préférer le lave-vaisselle au lavage à la main.
  • Préférer la douche au bain, sans laisser couler l’eau pendant des heures.
  • Bien régler la température de son chauffe-eau ou de son ballon d’eau chaude. 60° suffit et évite aussi les risques.
  • Lors de l’installation, bien optimiser l’installation du chauffe-eau ou du ballon au plus près des besoins et avec une bonne isolation des tuyaux d’alimentation en eau chaude, s’ils passent dans des zones plus froides.
  • Bien entretenir le matériel et éviter l’entartrage.
     

Au passage, certains gestes sur la consommation d’eau en général seront bénéfiques et il est bon de les rappeler comme :

  • Utiliser les programmes économiques sur les appareils tels que lave-vaisselle ou lave-linge.
  • Préférer des programmes basse température sur ces appareils à ceux nécessitant des températures plus élevées.
  • S’équiper d’appareils disposant de la norme Classe A+++.

 

Le mode d’énergie

Pour s’équiper de chauffe-eau, une question toute simple se pose : quelle sera l’énergie utilisée pour chauffer l’eau de vos équipements sanitaires ? Un certain nombre de critères entre dans ce choix, que ce soit le prix de la consommation, le prix de l’investissement initial, l’énergie qui alimente déjà votre chauffage, la disponibilité de cette énergie dans votre région, la simplicité d’installation, etc.

 

Les différents modèles de chauffe-eau sont aussi étudiés et développés dans le guide sur le Prix de pose d’un chauffe-eau.

 

Voici donc un rappel de ces différents principes :

  • Chauffe-eau électrique
    Il pourra aussi bien être utilisé selon un principe de chauffe-eau instantané que de chauffe-eau à accumulation.
    Le chauffe-eau à accumulation électrique existe dans des capacités allant de 50 à 300 litres.
    L’électricité est certainement le mode le moins économique et convient pour des besoins moindres.
    Cependant, pour des consommations supérieures, il est possible de faire baisser le prix par un abonnement heures pleines / heures creuses.
    Il existe un grand nombre de modèles, capables de répondre à ces besoins, notamment par leur mode de fixation et de positionnement, avec des chauffe-eau qui peuvent se fixer au mur ou se poser sur un piètement, et s’installer de façon verticale ou de façon horizontale, selon les caractéristiques de votre emplacement.
    Les chauffe-eau électriques sont simples à installer, à l’aide d’une simple prise électrique et d’une alimentation en eau froide, avec une distance inférieure à 8 m du point de puisage. Un départ de l’eau chaude, en distribution, sera évidemment indispensable.
    Pour chauffer l’eau, un chauffe-eau électrique fonctionne sur le principe d’une résistance qui chauffe l’eau et dispose de plusieurs techniques qui sont :
    • une résistance stéatite : elle est protégée du contact de l’eau par un fourreau, afin d’éviter l’oxydation et le recouvrement de calcaire ;
    • une résistance blindée : une anode magnésium permet de contenir la corrosion et entre en contact avec l’eau dans le réservoir ;
    • chauffe-eau ACI : c’est un mixte des deux avec résistance en stéatite et anode pour déposer du magnésium sur les parois du cumulus.

Ce type de chauffe-eau n’oblige à aucun entretien spécial. Mais le groupe de sécurité devra quand même être surveillé, par précaution.
Il faut compter un tarif allant de 200 à 1.500 € pour un chauffe-eau électrique.

 

  • Chauffe-eau gaz
    Le chauffe-eau gaz peut prendre différentes représentations, notamment en instantané ou en accumulation.
    En instantané, il correspondra à des besoins plus restreints comme une salle de bains qui ne sert que lorsque vous avez des invités ou vos enfants qui ne reviennent que le week-end.
    En mode chauffe-bain, il devra alors se trouver à distance très raisonnable du point de puisage et, donc, des éléments de votre salle de bains, principalement, ou l’évier de la cuisine.
    Dans le cas du gaz, c’est un brûleur qui permet la montée en température de l’eau, qui se réalise plus rapidement qu’avec l’électricité.
    Le gaz est plus spécialement intéressant dans le cadre du passage du gaz de ville à proximité, beaucoup moins sinon, puisque le gaz propane est beaucoup plus cher et oblige à un stockage et, donc, la location de cuves et la disponibilité d’un espace extérieur pour les stocker.
    Pour l’installation, en plus de l’arrivée du gaz, obligatoirement confiée à un spécialiste, et les branchements d’arrivée d’eau froide et de départ en eau chaude pour la distribution, une évacuation sera nécessaire, par le biais d’un conduit de fumée ou d’une sortie ventouse, pour l’évacuation des gaz brûlés, ce qui rend un peu plus complexe cette opération et peut gêner l’installation dans certaines pièces.
    La présence d’une chaudière au gaz impose un entretien annuel.
    Le prix d’un chauffe-eau gaz, selon toutes les possibilités, ira de 300 à 600 € en instantané, pour finir à quelque 2.000 €, à accumulation.
     
  • Chauffe-eau solaire
    Utilisant l’énergie gratuite qu’est le soleil, leurs rayons sont captés par les panneaux solaires et cette chaleur permet de réchauffer l’eau du ballon via un fluide calorigène.
    Les panneaux solaires peuvent être placés sur le toit de la maison, voire du garage, ou être installés au niveau du terrain.
    L’intérêt de cette méthode est de faire appel, non seulement à une énergie gratuite, donc, mais également à une énergie totalement renouvelable.
    Cependant, le procédé sera surtout intéressant pour ceux qui se situent dans une région suffisamment ensoleillée.
    Le procédé ne peut fonctionner qu’en présence d’un ballon d’eau chaude, seule solution pour stocker cette énergie, par le biais d’un ballon allant de 200 à 400 litres.
    Il faut donc prévoir des dépenses sous forme de panneaux solaires (autour de 1.000 € le m²) et de ballon d’eau chaude (autour de 1.200 € pour un 300 litres).
    Ce procédé est évidemment totalement compatible avec la Réglementation Thermique 2012 et, alors, éligible aux différentes aides financières.
    En entretien, il vous faudra penser au nettoyage des panneaux solaires afin qu’ils conservent toute leur efficacité, et vérifier la pression du liquide caloporteur.
    Il faut alors prévoir une dépense de base allant de 1.000 à 5.000 €, mais avec tout l’équipement, plutôt de 4.000 à 7.000 €.

 

Modèle de chauffe-eau

Prix

chauffe-eau électrique

  • de 200 à 300 € en instantané
  • de 300 à 1.500 € à accumulation

chauffe-eau gaz

  • de 300 à 600 € en instantané
  • de 500 à 2.000 € à accumulation

chauffe-eau solaire

  • de 1.000 à 5.000 € pour le chauffe-eau seul
  • de 4.000 à 7.000 € avec tout l’équipement
 

 

Chauffe-eau thermodynamique : le mode de fonctionnement

Le chauffe-eau thermodynamique est une solution plus évoluée du chauffe-eau qui, sur les bases d’un chauffe-eau électrique, utilise une technique lui permettant de minimiser cette consommation électrique.

Il est donc particulièrement économique, tout en offrant une compatibilité RT 2012 qui le rend aussi éligible à des aides financières intéressantes.

Et son grand intérêt est d’offrir une économie qui débute à 50 % tout en pouvant aller jusqu’à 70 %.

Ce sont parfois certaines contraintes d’installation qui peuvent freiner la volonté de cette option.

Comme le chauffe-eau électrique, il n’impose pas d’entretien spécifique, si ce n’est la nécessité de contrôler sa pression et de nettoyer les grilles d’aération afin qu’elles restent efficaces.

Un prix de 1.300 à 3.000 € dépend du principe retenu parmi les suivants :

 

  • Le chauffe-eau thermodynamique compact sur air ambiant
    Il est possible d’utiliser un modèle de chauffe-eau basé sur une autre énergie renouvelable. Le principe du chauffe-eau thermodynamique se base sur la récupération de la chaleur de l’air ambiant dans une pièce de la maison, qui servira à réchauffer l’eau.
    Le principe s’apparente donc à celui de la pompe à chaleur et s’accompagne automatiquement, comme pour le chauffe-eau solaire, d’un ballon de 150, 200 ou 270 litres, permettant de stocker l’eau réchauffée, le modèle instantané n’étant pas concevable.
    La pièce où est placé cet appareil et où est aspirée la chaleur n’est, ni plus ni moins, qu’une cave, un garage, une buanderie ou une chaufferie, et non une pièce habitable de la maison, ne prenant donc pas l’air réchauffé de votre intérieur.
     
  • Le chauffe-eau thermodynamique split

Il existe aussi des versions “split”, notamment pour des locaux de moins de 20 m3 ou lorsque le bruit de la pompe est susceptible de gêner les occupants du logement, et qui consistent à placer la pompe à chaleur en extérieur, contrairement au chauffe-eau thermodynamique compact. Il faudra quand même vous assurer que le placement de cette pompe à chaleur ne viendra pas gêner le voisinage, non plus.
Il permet aussi un temps de réchauffement de l’eau plus rapide que le principe monobloc et s’inscrit plutôt dans la marge inférieure tarifaire.

 

  • Le chauffe-eau thermodynamique compact prélevant l’air extérieur
    Lorsque la place est vraiment très contrainte, vous pouvez aussi compter sur un modèle encore plus compact qui prélève l’air à l’extérieur et peut facilement s’installer dans un placard ou un espace très réduit.
    Un conduit permettra cette prise d’air à l’extérieur.
     
  • Le chauffe-eau thermodynamique sur air extrait
    Ce modèle très particulier est, en quelque sorte, couplé avec une VMC puisque c’est dans cette dernière qu’il va chercher les calories et, plus particulièrement, dans l’extraction de son air vicié.
    Il conviendra à ceux qui ne disposent pas d’une pièce type buanderie ou garage pour l’installer et doivent le placer au sein même du logement, dans une salle de bains, par exemple.

 

Modèle de chauffe-eau

Prix

chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant

de 1.400 à 2.000 €

chauffe-eau thermodynamique split

de 1.300 à 2.000 €

chauffe-eau thermodynamique sur air extérieur

de 2.000 à 2.500 €

chauffe-eau thermodynamique sur air extrait

de 2.500 à 3.000 €

 

 

Chauffe-eau instantané ou à accumulation ?

On peut également classer les chauffe-eau en deux grands groupes que sont les chauffe-eau instantanés et les chauffe-eau à accumulation. Et vous pourrez, dans ce cas précis, hésiter entre ces deux options et le fait de pouvoir, pour chaque, disposer du gaz ou de l’électrique.

 

  • Le chauffe-eau instantané
    Il s’adresse à des besoins moins importants, voire moins fréquents. Il ne chauffe que l’eau que vous utilisez et ne la stocke pas. Il faudra donc éviter de le concevoir pour une baignoire, par exemple.
    Vous trouverez des compléments d’informations dans le guide sur le Prix de pose du chauffe-eau instantané.
    Il a le gros avantage de prendre beaucoup moins de place puisqu’il ne se compose que du chauffe-eau, sans le ballon avec sa réserve.
    Il propose de l’eau chaude immédiatement, sans attendre, comme pour un ballon, qu’elle se réchauffe si le chauffe-eau était éteint auparavant.

 

  • chauffe-eau instantané électrique
    Il peut vraiment disposer d’une dimension mini.
    Il demande aussi un investissement mini.
    C’est aussi celui qui, en prix d’énergie vous revient le plus cher.
    Par contre, vous n’aurez aucun frais d’entretien.
    Il sera donc réservé pour les petits appartements ou pour les utilisations accessoires.
    Pour rappel, un prix de 200 à 300 € est à prévoir.
     
  • chauffe-eau instantané gaz
    Il permet un réchauffement de l’eau encore plus rapide et plus puissant que le modèle électrique.
    Par contre, un entretien est à prévoir.
    Il a l’obligation d’une évacuation des fumées.
    Il faudra le raccorder au gaz de ville ou à des bouteilles de butane (en intérieur) ou de propane (en extérieur).
    Son prix est alors entre 300 et 600 €.

 

  • Le chauffe-eau à accumulation
    On parle aussi de cumulus.
    L’eau est présente dans une cuve et est réchauffée à l’intérieur de cette cuve.
    Par contre, une fois l’eau de cette cuve consommée, il faudra attendre qu’elle soit de nouveau chauffée pour en disposer.
    Une contrainte qui peut avoir des conséquences en utilisation heures pleines / heures creuses et qui implique de bien calculer ses besoins, voire de disposer d’une réserve en cas de visiteurs.
     
    • chauffe-eau à accumulation électrique
      C’est une résistance électrique qui chauffe l’eau présente dans le ballon.
      La taille de ce ballon est alors de 75 à 300 litres.
      Il faut, évidemment, disposer d’un espace afin de placer cette réserve.
      Un certain temps d’attente est à prévoir avant de pouvoir se voir offrir cette eau chaude, après allumage du chauffe-eau.
      Le prix se situe alors entre 300 et 1.500 €, selon la qualité du chauffe-eau et la contenance du ballon.
       
    • chauffe-eau à accumulation gaz
      L’eau est alors chauffée par un brûleur.
      La capacité et la vitesse de chauffe sont supérieures au modèle électrique.
      Par contre, une évacuation des gaz brûlés est également indispensable.
      De la même manière, un espace de stockage sera nécessaire.
      Un raccordement au gaz est aussi indispensable.
      Le prix variera de 500 à 2.000 €, environ.

 

En résumé, on peut donc reprendre les avantages de l’instantané et du modèle à accumulation :

 

  • Avantages du chauffe-eau instantané
    • prix plus bas
    • facilité de pose (et encore plus en électrique)
    • poids très inférieur permettant de le placer sur n’importe quel mur ou plancher
    • encombrement moindre
    • ne chauffe que le strict nécessaire
    • peut se placer proche de la consommation
    • durée de vie plus longue
    • pas d’entretien en électrique
    • prix de l’énergie gratuit si relié à des panneaux solaires

 

  • Avantages du chauffe-eau à accumulation
    • prix de consommation inférieure pour les grosses utilisations
    • peut se mettre en route uniquement la nuit et éviter de tirer sur le compteur
    • mieux adapté pour les régions froides

 

La puissance d’un chauffe-eau instantané

Dans le cas d’un chauffe-eau instantané, il faut faudra aussi trouver la bonne puissance qui puisse fournir vos besoins. On trouve ainsi 4 modèles qui correspondent alors à des utilisations plus particulières et dont les prix seront fonction de l’énergie choisie, tout en restant relativement bas :

 

Puissance

Type d’utilisation

Prix en électrique

Prix au gaz

3,7 kW

pour un lavabo

à partir de 200 €

à partir de 300 €

5,5 kW

pour une cuisine

à partir de 250 €

à partir de 350 €

7,5 kW

pour salle de bains avec douche

à partir de 300 €

à partir de 400 €

à partir de 11 kW

pour salle de bains avec baignoire

à partir de 350 €

à partir de 450 €

 

 

Le prix d’installation d’un chauffe-eau

La mise en place d’un chauffe-eau implique de savoir déjà où l’installer. C’est pourquoi certaines des options proposées précédemment ont leur importance, notamment sur le poids du chauffe-eau.

De plus, il faut savoir que, dans le cas d’un ballon d’eau chaude, il est aussi possible de trouver des modèles pour une installation horizontale et d’autres pour une installation verticale.

Enfin, certains modèles, notamment électriques, et en instantané, peuvent plus facilement se positionner n’importe où, y compris dans un petit placard.

 

Voici donc quelques généralités sur cette pose :

  • il est préférable de ne pas installer un ballon d’eau chaude dans une pièce trop froide qui nuirait au bon maintien à une température de 60° de cette eau ;
  • il est préférable de ne pas l’installer dans une chambre, même dans son placard, surtout pour un fonctionnement heures pleines / heures creuses, car le fonctionnement, sans être réellement bruyant, peut quand même devenir gênant lorsque tout est calme autour ;
  • il faut prévoir de la place pour des opérations ultérieures, que ce soit de dépannage ou d’entretien ;
  • il est intéressant qu’il ne soit pas trop loin des points de puisage, pour éviter un délai entre l’allumage du robinet et l’arrivée d’eau chaude, provoquant aussi une perte d’eau chaude qui servirait d’abord à réchauffer les tuyaux d’alimentation. Sinon, il est possible de créer une boucle avec thermosiphon pour un tarif d’environ 300 € ;
  • en cas d’éloignement, il est important d’isoler les canalisations ;
  • il faut s’assurer de respecter les distances de sécurité, notamment par rapport aux normes électriques NF C 15-100, et ne pas le placer trop près de la baignoire ou de la douche, dans des zones interdites ;
  • s’il est au gaz, les pièces de vie lui sont interdites, en dehors de la cuisine si elle dispose d’une fenêtre ;
  • le mur ou le plancher devra supporter le poids du chauffe-eau.

 

Le prix de pose d’un chauffe-eau se situe autour de 300 à 500 €. Toutefois, il existe quelques exceptions, comme pour un chauffe-eau électrique instantané simple pour un évier ou un lavabo qui peut ne coûter qu’autour de 150 € lorsque les conditions d’installation sont optimales.
A l’inverse, l’installation complète d’un système solaire sera plutôt à prévoir dans les 1.500 €.

 

Pose de chauffe-eau

Prix

modèle basique

autour de 150 €

modèle courant

de 300 à 500 €

modèle solaire avec tout le système

autour de 1.500 €

 

 

Le chauffe-eau selon le logement

On peut alors définir quelques cas concrets de logement avec des préconisations de chauffe-eau :

 

Logement

préconisation

studio ou T1

  • chauffe-eau électrique à accumulation avec ballon 50 à 100 l et tarif heures creuses sans gaz de ville
  • chauffe-eau gaz instantané ou accumulation avec ballon 50 ou 100 l si gaz de ville

T2 ou T3

  • chauffe-eau électrique à accumulation avec ballon 100 à 150 l avec tarif heures creuses sans gaz de ville
  • chauffe-eau gaz instantané ou accumulation avec ballon 100 ou 150 l si gaz de ville et espace pour le placer

appartement 50 à 100 m² en zone urbaine

  • chauffe-eau électrique à accumulation avec ballon 200 à 300 l avec tarif heures creuses sans gaz de ville
  • chauffe-eau gaz instantané ou accumulation avec ballon 200 ou 300 l si gaz de ville et espace pour le placer

maison 50 à 100 m² en zone urbaine

  • chauffe-eau thermodynamique aérothermique
  • chauffe-eau solaire
  • chauffe-eau gaz à accumulation si gaz de ville et espace pour le placer

maison + 100 m² hors zone urbaine

  • chauffe-eau thermodynamique aérothermique
  • chauffe-eau solaire
  • capacité de 200 à 400 litres selon nombre de personnes
 

 

Les marques de chauffe-eau

Si vous vous demandez quelle marque choisir, voici un petit rappel de certaines enseignes réputées dans le domaine du chauffe-eau. On peut donc, dans l’ordre alphabétique, assez facilement se reposer sur Atlantic pour les chauffe-eau électriques, Chaffoteaux pour les chauffe-eaux électriques avec ballon d’eau chaude, De Dietrich pour des chauffe-eau de dernière technologie, Hitachi, Noirot, Unelvent pour les chauffe-eau thermodynamiques, Saunier Duval pour les chauffe-eau solaires, etc.

 

Comparatif des coûts de fonctionnement

Vous vous demandez peut-être quel est le coût de fonctionnement d’un chauffe-eau selon le mode et l’énergie choisis, afin de mieux comprendre les incidences de chaque et décider de l’investissement que vous pourrez réaliser et comment l’amortir au mieux ? Voici quelques exemples de ces coûts :

  • chauffe-eau électrique : autour de 400 € par an ;
  • chauffe-eau électrique avec abonnement et fonctionnement heures creuses : 300 € ;
  • chaudière à gaz avec production eau chaude : 150 € par an ;
  • chaudière fioul avec production eau chaude : 250 € par an ;
  • chauffe-eau thermodynamique : 120 € par an.

 

L’entretien du chauffe-eau

Il a été question de l’entretien du chauffe-eau, voici donc quelques tarifs en fonction des différents modèles de chauffe-eau :

  • détartrage (facultatif mais conseillé) d’un chauffe-eau électrique : de 100 à 400 € TTC, réalisé tous les 3 à 5 ans (prix qui dépendra du professionnel, de la région et, notamment, du degré de tartre selon cette région) ;
  • entretien chauffe-eau gaz (obligatoire) : de 120 à 180 € par an ;
  • entretien chauffe-eau solaire (facultatif mais conseillé) : de 150 à 300 € par an ;
  • entretien chauffe-eau thermodynamique (facultatif mais conseillé) : de 160 à 250 € par an.

 

Le remplacement du chauffe-eau

Le prix de l’entretien d’un chauffe-eau ne prend pas en compte le dépannage ou les éventuels remplacements de pièces.
Il faut alors se pencher sur la durée de vie d’un tel appareil qui, en utilisation normale et pour un appareil de bonne marque, se situe autour d’une dizaine d’années.
Toutefois, le groupe de sécurité qui assure la pression à l’intérieur du chauffe-eau s’établit plutôt à 5 ans.

 

Voici quelques astuces révélatrices du vieillissement d’un chauffe-eau :

  • sa puissance de chauffe vous paraît diminuer régulièrement et l’eau est donc de moins en moins chaude, progressivement, et vous oblige à la mélanger avec de moins en moins d’eau froide ;
  • l’eau paraît de plus en plus trouble, signe de rouille dans votre ballon ;
  • en fonctionnement, votre appareil est de plus en plus bruyant ;
  • votre réserve d’eau chaude semble s’amenuiser ;
  • l’eau chaude est de plus en plus lente à arriver ;
  • votre chauffe-eau a 10 à 12 ans d’ancienneté, il devient sage de le surveiller de près ;
  • les réparations deviennent fréquentes ou le professionnel vous alerte lors d’un entretien.

 

Dans le cas de remplacement d’un chauffe-eau, vous devez prévoir :

  • un supplément de dépose de l’ordre de 200 € pour l’ancien modèle ;
  • une éventuelle moins-value sur la pose, si le nouveau modèle s’adapte parfaitement à la place du précédent, d’environ 100 €.

 

Les aides

Pour terminer, l’installation d’un chauffe-eau vous permet de bénéficier de certaines aides, selon le chauffe-eau sélectionné. En voici quelques exemples.

Certains modèles sont donc particulièrement visés par ces aides, notamment le chauffe-eau thermodynamique ou le chauffe-eau solaire. Ce qui tombe bien puisque ce sont aussi les modèles les plus onéreux et que ces aides facilitent un nivellement des prix. Ces aides concernent le plus souvent le cadre de la rénovation pour des logements terminés depuis plus de 2 ans.

  • Crédit d’Impôt sur la Transition Energétique (CITE) : il s’élève à 30 % de la fourniture, à condition de ne pas en avoir déjà bénéficié récemment pour d’autres travaux, et qu’il se maintienne dans des seuils maxi de 8.000 € pour une personne et de 16.000 € pour un couple, par exemple, et sous condition de ne pas acheter soi-même le matériel, ainsi que de faire appel à un professionnel agréé RGE.
  • La Prime Energie : un chèque est remis à l’issue des travaux et peut atteindre plusieurs centaines d’euros.
  • Les aides ANAH : des subventions sous conditions de revenus sont alors accordées.
  • L’éco PTZ : ce prêt à taux zéro est aussi là pour aider les équipements reconnus favorables à l’environnement. Les intérêts sont, dès lors, pris en charge par l’Etat. Le montant est plafonné à 30.000 €.
  • La TVA à taux réduit de 5,5 % : elle intervient également pour tout ce qui est reconnu aller dans le sens de l’environnement et porte aussi bien sur le matériel que sur l’installation.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.