Prix de pose de chauffage électrique

Mis à jour le 21 mars 2018
2018-03-21 15:00:00
Radiateur à inertie

Avec des travaux souvent moins lourds que pour un chauffage traditionnel, voici donc une étude de ce que vous pourrez envisager dans ce domaine et, au final, quel sera le prix de pose d’un chauffage électrique. Par contre, n’attendez aucune aide dans ce type de marché, l’électricité n’est pas le type de chauffage même si l’électricité est un des modes de chauffage les plus écologiques.

 

Vous avez un projet ?

Avantages et inconvénients du chauffage électrique

Le gros avantage du chauffage électrique est le faible investissement nécessaire au départ, surtout si vous choisissez parmi le principe de radiateurs le moins cher, que l’on trouve à partir de 40 €. Un simple branchement électrique avec un câble qu’il est relativement facile à faire disparaître dans le doublage, un support fixé au mur et le radiateur est posé sans gros travaux. Le budget de pose n’est pas, non plus, parmi les plus élevés (en moyenne, un tarif de 100 € TTC est à prévoir par radiateur). Quasiment aucun entretien et une durée de vie de l’ordre d’une vingtaine d’années, vous aurez donc des points positifs qui peuvent peser lourd dans la balance à l’heure du choix, lors de vos travaux. En outre, ce principe de chauffage a beaucoup évolué et peut apporter un vrai confort pour peu que vous acceptiez de monter en gamme. Il est, également, totalement compatible avec des principes de régulation et de domotique.

 

Ce qui fait, évidemment, encore réfléchir, c’est le coût relativement élevé de l’électricité par rapport aux autres énergies et le fait que vous ne pourrez donc bénéficier d’aucune aide dans ce domaine.

 

Les convecteurs classiques

C’est le type de radiateur “grille-pain” dont il a été question et qui représente l’investissement le plus faible. Par contre, son confort d’utilisation est à l’image du prix, le plus faible également. Son fonctionnement s’appuie sur une résistance et une entrée d’air par le bas qui est réchauffé par la résistance et ressort par le haut. Il en résulte une chaleur qui monte et procure une sensation de froid et de courant d’air au niveau des jambes. Il en ressort un assèchement général de cet air et une compensation de surchauffe pour supprimer la sensation de froid, d’où une surconsommation. Un modèle à privilégier plutôt dans des pièces de passage. Le prix de tels modèles, en moyenne, se situe entre 30 et 80 € en fourniture.

 

Les radiateurs électriques soufflants

D’un fonctionnement sensiblement identique aux précédents, ils bénéficient d’un effet soufflant afin d’augmenter leur temps de réaction et apporter plus rapidement la sensation de chaleur. C’est pourquoi ils sont souvent placés dans une salle de bains que l’on chauffera moins dans la journée, mais dont on poussera le chauffage lorsque l’on souhaite l’utiliser. Ils peuvent aussi être utilisés en chauffage d’appoint dans des pièces principales, en complément d’une cheminée ou d’un poêle, par exemple. Prévoir un budget moyen de 100 à 200 € par appareil, en fourniture.

 

Les radiateurs radiants

Le principe des radiateurs radiants diffère du fait d’une plaque d’aluminium qui emmagasine la chaleur et permet, dès lors, de la conserver plus longtemps et de continuer à la restituer même lorsque le thermostat stoppe l’envoi d’air chaud. On n’a plus, alors, cette sensation de passer du chaud au froid en quelques secondes. Plus agréables donc, ils prennent place dans toutes les pièces de jour de la maison, ainsi que dans les chambres pour un prix moyen de 150 à 300 € en fourniture.

 

Les radiateurs à inertie

Ce type de radiateur se décompose en deux séries. Si l’on retrouve le principe de la résistance, celle-ci peut avoir deux rôles plus ou moins similaires : réchauffer un fluide (glycol ou pétrole), ce sera le cas des radiateurs électriques à inertie fluide, ou réchauffer un matériau (fonte, brique, céramique, stéatite), ce sera le cas des radiateurs à inertie sèche. Les premiers seront plus délicats à réparer en cas de fuite. Les seconds se décomposent aussi en deux autres sous-catégories :

  • ceux avec un corps de chauffe en métal (aluminium en entrée de gamme, fonte pour une gamme plus évoluée) ;
  • ceux avec un corps de chauffe en matériau réfractaire.

Pour l’efficacité, il faut plutôt privilégier les modèles en fonte. Un principe qui est encore plus confortable et conserve parfaitement la chaleur pour la restituer plus régulièrement.

Parmi tous ces modèles, il faut prévoir un prix moyen de 200 à 500 € pour l’inertie fluide, de 250 à 500 € pour l’inertie aluminium, de 300 à 600 € pour l’inertie fonte et de 400 à 1.000 € pour l’inertie pierre, en fourniture. Un chauffage qui convient bien dans les pièces de jour, notamment dans les salons où le surcoût se justifie plus particulièrement.

 

Les radiateurs à double corps de chauffe

Peu utilisés du fait de leur prix très élevés qui va de 500 à 1.000 €, en fourniture, ces radiateurs proposent à la fois le principe de radiateur rayonnant, cumulé avec celui du radiateur à inertie sèche. Son avantage est cependant une montée en régime rapide, tout en conservant longtemps sa chaleur pour un meilleur confort thermique.

 

Les radiateurs à accumulation de chaleur

Ce principe de radiateur est un peu l’ancêtre du radiateur à inertie qui l’a remplacé maintenant. Très lourds, il s’appuyait sur un fonctionnement nocturne, en heures creuses, pour restituer la chaleur la journée, en heures pleines, avec des contrats EDF en regard avec ce principe. Leur mise en chauffe était, par contre, particulièrement lente. Le prix d’un tel modèle de radiateur commence à 700 € pour aller jusqu’à plus de 2.000 €.

 

Les radiateurs sèche-serviettes

S’ils peuvent être associés à des radiateurs soufflants, on les trouve encore plus complets en radiateurs sèche-serviettes électriques à inertie fluide ou à inertie sèche (céramique, stéatite ou pierre de lave). Le prix navigue entre 100 et 500 € en fourniture et ces modèles trouvent principalement leur utilité dans les salles d’eau et salles de bains, voire dans une lingerie, tout en nécessitant une bonne aération de la pièce pour éviter que l’humidité ne se dépose sur l’ensemble de la pièce et ne provoque des moisissures.

 

Le chauffage par le sol

Appelé aussi plancher chauffant, c’est une solution qui a pour essentiel intérêt d’offrir un chauffage régulier dans l’ensemble d’une pièce. D’autant que le principe n’est pas de proposer une chaleur très forte mais plutôt modérée et persistante. Attention, cependant, dans le cas d’une régulation de chauffage : le décalage produit par la présence de la chape en béton au-dessus des résistances sera à prendre en compte et pourrait retarder la chauffe attendue. Il produit, en tout cas, une chaleur douce appréciable. Aucun entretien n’est à prévoir, ce qui est plutôt mieux puisqu’un entretien impliquerait de gros travaux. Il faut alors prévoir de 40 à 75 € le m² en fourniture et pose.

 

Le plafond rayonnant

Moins connu que le précédent, ce principe est cependant très valable puisqu’il ne rencontre pas d’obstacle comme peut en produire la chape pour un plancher. Le prix est, alors, autour de 110 € le m² en fourniture et pose.

 

Les radiateurs mobiles

Pour ce type de radiateur électrique, vous aurez le choix entre le modèle soufflant, pour 20 à 30 € en entrée de gamme, parfaitement mobile et léger, ou le modèle bain d’huile, de 40 à 100 €, sur roulette et qui conserve la chaleur un peu plus longtemps. Ces produits restent des chauffages d'appoint à n’utiliser qu’en complément d’autres principes de chauffage.

 

La chaudière électrique

Ce principe existe, bien qu’il ne soit que peu utilisé du fait de son manque de rendement. Il pourra aussi servir à alimenter le principe de chauffage au sol ou toute une installation de radiateurs à eau, comme le ferait une chaudière à gaz ou à fuel.

Le tarif d’une telle chaudière, en fourniture et pose, sera de 1.500 à 2.500 €. Pour le prix de l’installation complète, avec les radiateurs, dans le cadre d’une habitation de 100 m², prévoir de 5.500 € à 9.000 €.

 

Le calcul de chauffe

On part du principe, en général, qu’une puissance de chauffe de 100 watts est nécessaire par m². Ce qui signifie que, pour une pièce de vie de 30 m², il vous faudra une puissance de chauffe de 3.000 watts. Compte tenu de la surface totale, vous aurez plutôt intérêt à prévoir 2 radiateurs de 1.500 watts plutôt qu’un seul de 3.000 watts, afin de mieux répartir la chaleur.

 

Cependant, ces chiffres sont des données moyennes qui ne tiennent pas compte du niveau de l’isolation et sont plutôt conseillées pour un logement du début des années 2000, donc doté d’une isolation moyenne. Avec une meilleure isolation, la puissance requise sera plutôt de 80 watts par m² et pourra même descendre à 60 watts par m² pour une habitation avec isolation maximale.

Dans le cas d’une mauvais isolation, mieux vaut éviter le chauffage électrique, ou commencer par des travaux d’isolation, au préalable.

 

La consommation d’un chauffage électrique

Il faut savoir qu’un chauffage électrique de 1.000 watts, quel que soit son principe, consomme la même quantité d’électricité. Ce qui les différencie, comme il en a été question, c’est que, dans le cas d’un convecteur, le manque de confort de chauffe peut vous inciter à le faire fonctionner plus fort et, donc, plus longtemps. Sachant qu’une baisse de 1°C de chauffage, à 20°C de moyenne implique une économie de l’ordre de 7% en termes d’énergie, selon les données de l’Ademe, vous pourrez facilement en déduire la portée d’un investissement dans un principe plus confortable et le temps qu’il vous faudra pour amortir le surcoût.

 

En règle générale, il est considéré qu’un chauffage électrique consomme de 20 à 40 € par m² et par an, soit entre le double et le triple d’un chauffage fuel ou gaz. Bien sûr, un prix moyen qui dépend également de la région, de l’orientation de la maison, de la présence éventuelle d’une cheminée en complément, etc.

 

La régulation du chauffage électrique

Des économies de chauffage restent aussi possibles par d’autres moyens que ceux précédemment annoncés (cheminées, etc.), en installant un système de régulation.

Le coût moyen de chauffage électrique pour un pavillon se situe entre 1.200 à 2.400 € par an. Investir dans un bon matériel sera la garantie d’une optimisation de fonctionnement. Les nouveaux radiateurs électriques, surtout dès que l’on aborde les gammes raisonnables, sont généralement pourvus d’un tel thermostat, voire d’un fil complémentaire pour les relier à un système centralisé.

Sans aller jusqu’aux 25 % ou plus d’économie annoncés par les publicités de certains appareils, ils peuvent cependant faire très raisonnablement baisser votre consommation.

 

Ces appareils seront à privilégier, notamment si vous vous absentez régulièrement de votre logement, que ce soit pour aller travailler à l’extérieur la journée, pour partir en week-end, pour aller en vacances ou parce que vous naviguez entre plusieurs habitations.

Vous pourrez ainsi vous doter d’un modèle de régulation simple, sur les radiateurs, sur un principe centralisé, avec détection de zones, voire d’une technologie liée à la domotique que vous pourrez prendre en charge à distance, depuis un ordinateur ou même un simple smartphone. Depuis moins de 100 € jusqu’à 2.000 ou 3.000 € vous trouverez le système qui convient le mieux à votre mode de vie.

 

Quel type de travaux pour la pose d’un chauffage électrique ?

Parfois simple, comme les convecteurs et les radiants qui ne nécessiteront qu’un réseau électrique dédié, parfois plus complexe pour les mêmes modèles avec un fonctionnement centralisé ou les systèmes à accumulation, le branchement d’un tel radiateur peut impliquer l’intervention d’un professionnel, surtout si une intervention au tableau est nécessaire. Qui plus est pour un principe de chauffage par le sol ou par plafond rayonnant.

Le professionnel vous conseillera aussi sur le meilleur choix des radiateurs ou du type de chauffage électrique, sur la puissance nécessaire dans chaque pièce, sur l’emplacement idéal de ces radiateurs. Il sécurisera cette pose selon le type de matériau sur lequel porte le support (brique, parpaings, pierre, placo, bois, etc.).

Le temps de pose est généralement très rapide et pourra même être réalisé dans la journée pour un pavillon, si les lignes électriques sont déjà prévues.

 

Prix pose de chauffage électrique

Si, en moyenne, pour une habitation de l’ordre de 100 m², il vous faut prévoir une dizaine de radiateurs, on considère que le coût total de l’investissement est entre 3.000 et 5.000 euros, en fourniture et pose, pour une gamme déjà très correcte.

Ramené au radiateur, un artisan vous demandera un prix allant de 40 à 200 euros maximum, pour la pose, selon la complexité du chantier, le raccordement à une ligne existante ou non et selon le nombre de radiateurs à poser. Le prix moyen se situe autour de 100 euros par radiateur, en pose seule.

Pour une intervention de dépannage sur un radiateur électrique, il est aussi préférable de faire appel à un expert qui identifiera la panne et pourra évaluer si la réparation est intéressante ou non, en rapport du prix initial du modèle. Comptez environ 60 € pour son intervention et 20 € de frais de déplacement en supplément, pour une panne simple et réparable immédiatement.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.