Prix d'une toiture en zinc

Mis à jour le 15 juillet 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-07-15 09:45:00
Immeuble avec toiture en zinc

Le zinc est un matériau idéal pour équiper votre toiture d’une solution qui ne rouille pas à des prix entre 40 à 120 € par m². Depuis la fin du 18ème siècle, le zinc peut être utilisé grâce aux techniques de laminage découvertes. En effet, il est devenu possible de disposer de feuilles de métal de grandes dimensions sur les toits des bâtiments. Avec le temps, le zinc patine et une sorte de rouille blanche apparaît sur le toit. Cette couche protectrice permet au matériau de se protéger des intempéries, des mousses, des moisissures, etc. De par sa longévité, une toiture en zinc est un excellent investissement.

 

Vous avez un projet ?

Récapitulatif

Type de fournitures

Prix fournitures

Prix de pose

Couverture en zinc sur tasseaux avec double agrafure

de 55 à 65 € TTC le m²

de 60 à 70 € TTC le m²

Voliges en bois de sapin pour une couverture en zinc

de 6 à 8 € TTC le m²

de 12 à 15 € TTC le m²

Couverture en zinc à joint debout avec double agrafure

de 45 à 55 € TTC le m²

de 50 à 60 € TTC le m²

Couverture en zinc à joint debout avec simple agrafure

de 40 à 50 € TTC le m²

de 40 à 50 € TTC le m²

Couverture en zinc à ressaut (ou en gradin)

de 40 à 50 € TTC le m²

de 100 à 120 € TTC le m²

Couverture en zinc cintrée à joint debout avec double agrafure

de 55 à 65 € TTC le m²

de 60 à 70 € TTC le m²

 

 

Les caractéristiques d’un toit en zinc

Les toitures en zinc sont appréciées pour leur élégance et pour leur acier inoxydable. Ce matériau demandant peu d’entretien a un aspect intemporel qui plaît aussi bien pour les immeubles que les bâtiments anciens. De plus en plus utilisé par les architectes pour les bâtiments contemporains, le zinc pour les toitures est considéré comme un matériau récent. C’est un traitement spécial qui permet de le rendre inoxydable.

 

La longueur des panneaux en zinc choisie pour votre toiture dépend principalement de la pente de celle-ci, mais également du système de jonction prévu. Il en existe 3 différents :

  • la jonction par système d’agrafage ;
  • la jonction avec travée unique ;
  • et la jonction par système de ressaut.

 

La largeur des panneaux en zinc choisie pour votre toiture est traditionnellement de 500 mm. Toutefois, il existe des feuilles de zinc plus large. Elles ne conviennent pas dans les zones exposées à des vents trop importants. En effet, les feuilles de zinc risquent alors de se déchirer à cause du vent. Sur une plus petite largeur, les pattes de fixation sont mieux réparties, ce qui permet une meilleure résistance au vent. Nous vous déconseillons de choisir une largeur supérieure à 500 mm dans les zones montagneuses ainsi qu’en bord de mer.

 

Avant de vous lancer dans des travaux d’installation d’une toiture en zinc, veuillez noter que le zinc est un matériau incompatible avec certains autres éléments de construction, cela fait d’ailleurs partie des inconvénients d’une couverture en zinc. Ainsi, la charpente de votre bâtiment sera compatible avec une toiture en zinc si elle est composée des matériaux suivants :

  • aluminium ;
  • cuivre ;
  • acier inoxydable ;
  • pin ;
  • peuplier ;
  • plomb ;
  • acier galvanisé.

 

Toutefois, la charpente de votre bâtiment ne sera pas compatible avec une toiture en zinc si elle est composée des matériaux suivants :

  • acier carbone ;
  • chêne ;
  • châtaignier ;
  • ciment ;
  • chaux ;
  • plâtre.

 

Les réglementations en vigueur

Il n’est pas rare qu’un PLU (Plan Local d’Urbanisme) interdise la mise en place d’une toiture en zinc dans votre ville. Nous vous conseillons de consulter le service d’urbanisme de votre mairie au plus tôt afin d’avoir la certitude de la faisabilité de votre projet. Sachez qu’il est notamment assez rare de trouver des toitures en zinc dans le sud de la France.

 

Pour l’installation d’une toiture en zinc, il est aussi important de consulter le RNU (Règlement National d’Urbanisme). Ce document fixe de nombreuses règles d’urbanisme concernant l’ensemble du territoire français et :

  • l’occupation et l’utilisation des sols ;
  • l’aménagement du territoire ;
  • et la constructibilité des terrains.

 

Les différents types de zinc

Pour une toiture en zinc, il est possible de choisir entre différents types de zinc :

 

  • Le zinc naturel

Il s’agit du matériau traditionnellement utilisé. Lors de la pose, le zinc naturel est brillant, avec le temps son aspect change et devient patiné avec une couleur gris/bleu mat. Cette couleur devient généralement plus foncée en ville qu’à la campagne. Il s’agit en fait de la formation d’une couche de carbonate de zinc en réaction avec l’environnement alentours. La patine apparaît généralement entre 6 et 36 mois après la pose.

 

  • Le zinc laqué ou bilaqué

Comme son nom l’indique, ce type de zinc est laqué sur une de ses faces ou sur les deux. Cela le colore et lui apporte un aspect brillant. Une laque polyester ou une laque PVDF (polyfluorure de vinylidène) peuvent être utilisées.

 

  • Le zinc prépatiné

De nombreux aspects prépatinés sont au choix, parmi lesquels le patiné mat, le gris clair, gris anthracite, l’aspect brossé, le gris foncé, le noir et le basalte. L’aspect prépatiné est préparé en usine. Grâce à un traitement chimique à l'acide, la formation naturelle de la patine est volontairement accélérée afin de produire un aspect homogène.

 

  • Le zinc pigmenté

Prépatiné d’un pigment mat, le zinc pigmenté peut être rouge, bleu, anthracite, vert, etc. La pigmentation est réalisée dans la masse et ne revêt donc pas le zinc, pour une meilleure teneur dans le temps.

 

  • Le zinc engravé texturé

D’un coloris gris clair mat, le zinc engravé texturé dispose d’un aspect de surface structuré hétérogène. Différentes textures sont disponibles sur le marché : la surface du zinc engravé texturé n’est pas lisse. La matière présente des aspérités de surface qui lui donne son esthétisme.

 

La ventilation d’un toit en zinc

La condensation est le principal ennemi d’une toiture en zinc. Ainsi, le professionnel doit porter beaucoup d’attention à la ventilation d’une toiture en zinc lors de son installation. Pour permettre une telle ventilation, le couvreur-zingueur dispose de deux possibilités de pose parmi lesquelles :

 

  • La couverture froide

Egalement appelée couverture ventilée, la couverture froide en zinc et une solution de pose pour laquelle le couvreur-zingueur doit prévoir une lame d’air sous la couverture : entre l’isolant et le support en zinc.

 

  • La couverture chaude

Sous son support, la couverture en zinc n’est pas ventilée pour une installation de couverture chaude.

 

Un couvreur-zingueur saura vous aiguiller vers le type de pose le plus adapté à votre bâtiment et aux conditions climatiques de votre environnement.

 

Les avantages d’une toiture en zinc

S’il s’agit d’un matériau très technique à maîtriser, le zinc n’en reste pas moins un matériau très intéressant à utiliser pour les toitures de bâtiments. Les différents avantages liés à l’installation d’une toiture en zinc sont les suivants :

 

  • Solution esthétique et moderne

Le zinc est particulièrement apprécié pour son apparence. Longtemps utilisé pour les immeubles haussmanniens, le zinc est de plus en plus utilisé à notre époque. C’est notamment pour les capacités du matériau à réfléchir les rayons du soleil, que ce matériau est apprécié. Ainsi, l’esthétisme du zinc est aujourd’hui apprécié, aussi bien pour les bâtiments tertiaires et industriels que dans le secteur des maisons individuelles et des immeubles collectifs. Son esthétisme et sa durabilité sont d’excellents atouts pour apporter une plus-value à un bien immobilier.

 

  • Solution écologique

D’autre part, le zinc est une solution écologique. En effet, un matériau naturel est utilisé pour sa conception. Seuls le zinc laqué au polyester et le zinc laqué au PVDF sont des solutions moins écologiques. Entièrement recyclable, le zinc est prélevé dans les sous-sols terrestres où il se trouve en grande quantité. Les mines d’extraction du zinc sont également présentes au Canada, au Pérou et en Australie, mais les toitures en zinc se composent aujourd’hui au moins de 30 % de zinc recyclé.

 

  • Un matériau léger

Le zinc est un matériau léger qui alourdit moins la toiture que d’autres matériaux. 10 fois plus légère qu’une couverture en tuile, une couverture en zinc pèse environ 5 kg par m², ce qui permet une installation plus rapide. En effet, le couvreur peut déplacer des feuilles de zinc de 10 mètres de long et les poser sur la toiture : plutôt que de poser la couverture tuile par tuile. Il s’agit d’un véritable gain de temps.

 

  • Peu d’entretien nécessaire

Le zinc résiste à la corrosion, à la rouille, aux lichens et aux mousses. La seule opération d’entretien nécessaire consiste à vérifier l’étanchéité de la toiture.

 

  • Une longévité très importante

La pérennité du zinc en fait un matériau de choix. En effet, sa durée de vie peut atteindre 100 ans. Veuillez toutefois noter que la durée de vie de votre toiture en zinc dépend également des conditions atmosphériques à laquelle elle sera confrontée. En effet, le zinc est sensible à certains polluants atmosphériques comme le dioxyde de soufre par exemple.

Le dioxyde de soufre est un polluant provenant des pollutions industrielles et automobiles, raison pour laquelle la durée de vie de votre toiture en zinc sera moins longue en milieu urbain et industriel. La durée de vie du zinc sera alors plutôt inférieure à 50 ans.

 

Les inconvénients d’une toiture en zinc

Certains PLU (Plan Local d’Urbanisme) en interdisent toutefois l’usage pour des raisons d’esthétisme. Les différents inconvénients liés à l’installation d’une toiture en zinc sont les suivants :

 

  • Les problèmes liés à la condensation

La nature métallique d’une couverture en zinc la rend peu compatible avec la condensation. Il est indispensable de réfléchir à cette problématique avant de se lancer dans l’installation d’une toiture en zinc afin d’anticiper le problème et d’éviter les mauvaises surprises. Le risque lié à la condensation étant la détérioration anticipée de la couverture de votre maison ou bâtiment.

 

  • Les faibles performances acoustiques

La pluie, le vent et la grêle peuvent créer de véritables nuisances sonores sur une couverture en zinc. C’est tout particulièrement avec la pose d’une toiture froide que les nuisances sonores se manifestent. Dans la mesure du possible, selon les conditions climatiques de la région, il est préférable, sur le plan acoustique, de prévoir l’installation d’une toiture chaude. Un écran d’interposition phonique peut alors être installé pour réduire grandement l’inconfort acoustique. Veuillez noter qu’un écran de sous-toiture sera également efficace.

 

  • Une pollution supérieure aux autres matériaux en termes de production du zinc

L’extraction du zinc est complexe et nécessite de grandes quantités d’eau. Ainsi, tout au long de son cycle de vie, le zinc est un matériau ayant besoin de plus de 100 fois la quantité d’eau nécessaire pour le cycle de vie de l’ardoise naturelle. La production d’une couverture en zinc reste actuellement plus polluante que la production de couvertures de tuiles en terre cuite ou en ardoise naturelle, bien que son bilan énergétique reste meilleur.

 

  • Les risques de malfaçons

La pose d’une toiture en zinc est relativement complexe et les risques de malfaçons sont plus élevés qu’avec une autre solution de couverture de toiture. Il est parfois nécessaire de faire marcher l’assurance dommages ouvrages, l’assurance décennale ou la garantie de parfait achèvement. Les risques liés aux malfaçons de la pose d’une toiture en zinc peuvent avoir des conséquences très importantes aussi bien du point de vue esthétique que fonctionnel.

 

Les problèmes les plus fréquents d’une toiture en zinc

Les différentes causes possibles

Corrosion de la sous-face du zinc

  • Problème souvent lié à une mauvaise gestion de la condensation au niveau de la toiture en zinc
  • Ou au contact avec une fixation ou un matériau incompatible

Corrosion de la face externe du zinc

  • Problème souvent lié à une atmosphère locale polluée
  • Ou au contact du zinc avec un acide ou un matériau incompatible

Poinçonnement des feuilles de zinc

  • Problème souvent lié au désaffleurement des fixations des voliges

Pourrissement des voliges (apparition de champignons et de moisissures)

 

  • Problème souvent lié à une mauvaise gestion de la condensation au niveau de la toiture en zinc
  • Ou à un défaut de conception
  • Ou à des fuites liées à une malfaçon lors de la pose

Défaut d'étanchéité

  • Des fuites et des infiltrations peuvent apparaître suite à une malfaçon lors de la construction du matériau ou de sa pose

Irrégularité du zinc

  • Suite à un défaut lors de la pose, il arrive que le zinc gondole, ce problème est souvent lié à un mauvais réglage de la sertisseuse
  • Ou à une mauvaise anticipation du phénomène de dilatation

Déchirure des feuilles de zinc

  • Problème souvent lié à une malfaçon lors de la pose (mauvais réglage de la sertisseuse, insuffisance de jeu pour la dilatation du zinc, etc.)
 

 

 

  • L’incompatibilité chimique avec certains matériaux

Le zinc est sensible aux pollutions atmosphériques notamment en milieu urbain et en milieu industriel. Toutefois, il peut également être attaqué chimiquement pas différents matériaux. Il est donc impératif d’être particulièrement vigilant sur le type de support choisi, ainsi que le type de voligeage. Il faut aussi être vigilant concernant tous les contacts directs et indirects avec les autres matériaux de construction du bâtiment. Ainsi, pour éviter toute corrosion chimique, il faut éviter d’autres matériaux comme :

  • le cuivre ;
  • l’acier non revêtu ;
  • le chaume, etc.

Il est également nécessaire d’être prudent lors du chantier pour éviter les projections de ciment, de béton et de plâtre.

 

La pose d’une couverture en zinc

Lors de la pose d’une couverture en zinc, le couvreur-zingueur doit être particulièrement vigilant à l’étanchéité et la ventilation de la toiture pour qu’ils n’en deviennent pas les points faibles avec le temps. En effet, une toiture en zinc mal ventilée va lentement s’oxyder. La ventilation de la toiture permet de la sécher lorsqu’elle est mouillée. Veuillez noter qu’une charpente spéciale est à prévoir pour faciliter la pose de la couverture en zinc. La pose d’une toiture en zinc sur des combles aménagés est beaucoup plus complexe, notamment en termes de ventilation.

 

Pour choisir la bonne épaisseur des feuilles de zinc, le professionnel doit prendre en compte la force moyenne du vent dans la région où vous habitez afin de choisir une épaisseur suffisamment résistante. Il existe 3 épaisseurs disponibles :

  • 0,65 mm ;
  • 0,70 mm ;
  • 0,80 mm.

 

Sachez qu’en montagne, la fréquence des chocs thermiques étant plus importante, il est nécessaire de privilégier une épaisseur minimale de 0,70 mm pour éviter les mauvaises surprises. De plus, dès lors que le bâtiment est situé à une altitude supérieure à 900 m, le couvreur-zingueur devra prévoir une toiture froide à double ventilation. Nous vous invitons à consulter le DTU 40.41 pour en savoir plus sur les toitures en zinc en régions montagneuses.

 

Les différents types de pose

Il existe différents types de pose d’une toiture en zinc :

 

  • Le zinc sur tasseaux

La pose traditionnelle d’une toiture en zinc consiste en une installation sur tasseau en bois avec des couvre-joints. Ce type de pose est principalement utilisé pour les chantiers de rénovation.

Les feuilles de zinc doivent être fixées sur des tasseaux trapézoïdaux ou rectangulaires en bois. Pour les maintenir en place, les tasseaux sont cloués au voligeage.

Un couvre-joint les recouvre ensuite. Il existe deux techniques pour les installer : soit par la soudure des pattes de fixation, soit par une pose à l’allemande (système d’agrafure rabattu).

Le démontage d’une toiture en zinc sur tasseaux est plus facile qu’avec d’autres méthodes de pose. Toutefois, les tasseaux fragilisent l’installation. De plus, la toiture en zinc sera moins bien protégée contre les risques d’infiltration.

 

  • Le zinc à joint debout

Beaucoup plus utilisée à l’heure actuelle que la précédente méthode, la pose d’une toiture en zinc à joint debout consiste à visser des pattes de fixation sur le support, puis à agrafer les feuilles entre elles au niveau de leur longueur. L’agrafage peut aussi être remplacé par un sertissage des feuilles.

Cette technique de pose permet une bonne résistance de la couverture. De plus, la dilatation des feuilles de zinc en fonction des conditions météorologiques n’est pas gênée.

Le support de la couverture à prévoir est un voligeage jointif en bois massif.

Pour les toits disposant d’une pente supérieure à 25°, une pose par sertissage simple est à prévoir. Le sertissage simple consiste en une simple agrafure.

Pour les toits disposant d’une pente inférieure à 25°, une pose par sertissage double est à prévoir. Le sertissage double consiste en une double agrafure. La pente du toit doit être d’un minimum de 3°.

 

  • Les ardoises ou bardeaux losangés

Pour une forme de toiture complexe, les bardeaux en zinc sont particulièrement adaptés. Par toiture complexe s’entend un dôme ou une toiture cintrée, par exemple. Les bardeaux losangés peuvent être posés sur un cintrage convexe ou sur un cintrage concave.

D’ailleurs, les ardoises en zinc sont très recherchées par les architectes pour les jeux de lumières et de texture qu’elles permettent. Ainsi, ils en utilisent en rénovation comme en construction pour leur rendu esthétique.

Sur le marché, il est possible de trouver des ardoises en zinc ou des bardeaux en zinc de petits et de grands formats. Selon les besoins du projet, ils offrent une grande liberté de pose puisqu’il est possible de les installer verticalement, horizontalement ou encore en diagonale. Si vous choisissez de les poser en diagonale, on parle alors d’ardoises losangées ou de bardeaux losangés.

Ce type de couverture en zinc se pose sur un support continu. Des voliges jointives conviendront donc très bien.

Veuillez noter que ce type de pose est beaucoup plus restrictif en termes de pente de la toiture. Ainsi, si vous choisissez des ardoises en zinc :

  • La pente minimale pour l’installation devra être de 18° si l’angle supérieur est soudé.
  • Alors que la pente minimale devra être de 25° s’il n’est pas soudé.

 

  • Le zinc à ressaut (ou en gradin)

Cette dernière technique de pose d’une toiture en zinc est la moins utilisée. Le principe de fonctionnement de ce type de pose consiste à installer la couverture à la manière de gradins horizontaux. Ainsi, le profil supérieur recouvre, à chaque fois, le profil inférieur. Cela permet à la structure une bonne évacuation des eaux pluviales (larmier).

En termes de rendu esthétique, une toiture en zinc à ressaut ressemble à des marches d’escalier. Les fixations ne sont pas visibles. Il s’agit d’une sorte d’alternative à la pose sur tasseaux. Avec une pose à ressaut, les lames sont horizontales plutôt que verticalement posées.

Il existe des composants modulaires qui assurent une installation plus simple qu’auparavant. Leur but étant d’aider les installateurs à mieux gérer les points singuliers. Ainsi, de nombreux profilés facilitent aujourd’hui le travail des couvreurs-zingueurs :

  • les profilés de noues ;
  • les profilés de faîtage ;
  • les profilés de rive, etc.

La pose d’une toiture en zinc à ressaut permet également d’incorporer des modules solaires thermiques. L’énergie récupérée permet ensuite d’alimenter le système de production d’eau chaude sanitaire. L’énergie solaire peut également être utilisée pour chauffer l’eau d’une piscine.

 

Compatibilité d’une toiture en zinc avec une installation photovoltaïque

Si les toitures en zinc sont longtemps restées incompatibles avec les installations photovoltaïques, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ainsi, il est possible d’installer sur le toit de votre bâtiment une couverture en zinc solaire. Des tubes capillaires sont alors incorporés à des panneaux en zinc-titane. Le raccordement des tubes capillaires à une pompe à chaleur permet ensuite le bon fonctionnement de l’installation photovoltaïque et il est possible d’utiliser l’énergie captée dans les rayons du soleil.

 

Une alternative consiste à utiliser des bacs comprenant des panneaux photovoltaïques. Ces derniers sont entourés de zinc-titane, ce qui permet au couvreur d’installer les bacs dans un calepinage de toiture à joint debout. Dans cette configuration, chaque bac est équipé d’un panneau photovoltaïque directement relié à la pompe à chaleur.

 

Prix de pose d’une toiture en zinc

Pour l’installation d’une toiture en zinc sur un bâtiment, il est nécessaire de faire appel à un couvreur. L’installation d’une couverture en zinc est beaucoup moins recherchée que l’installation de toitures en tuiles et en ardoises et tous les couvreurs ne maîtrisent pas ce type de procédés. Nous vous encourageons à faire plusieurs demandes de devis auprès de professionnels afin de trouver le bon interlocuteur pour la réalisation de votre projet.

 

Un couvreur spécialisé dans la pose d’une toiture en zinc exerce également sous le nom de zingueur. La pose d’une telle toiture étant plus complexe, la main d’oeuvre est généralement un peu plus chère que pour l’installation d’une toiture normale. Ainsi, le prix de pose d’une toiture en zinc par un spécialiste revient généralement entre 40 et 70 € TTC du m².

 

Pour vous aider à prévoir le budget et le temps nécessaire à l’installation de votre toiture en zinc par un professionnel, voici un tableau détaillant tous les éléments de construction à prévoir et le temps moyen nécessaire à leur pose. Les prix présentés dans le tableau ci-dessous (notamment les prix de pose) s’appuient sur un tarif horaire moyen de couvreur-zingueur de 55 € TTC de l’heure.

 

Type de fournitures

Prix fournitures

Prix de pose

Temps nécessaire à la pose

Couverture en zinc sur tasseaux avec double agrafure

de 55 à 65 € TTC le m²

de 60 à 70 € TTC le m²

1h30 par m²

Voliges en bois de sapin pour une couverture en zinc

de 6 à 8 € TTC le m²

de 12 à 15 € TTC le m²

15 min par m²

Couverture en zinc à joint debout avec double agrafure

de 45 à 55 € TTC le m²

de 50 à 60 € TTC le m²

1h par m²

Couverture en zinc à joint debout avec simple agrafure

de 40 à 50 € TTC le m²

de 40 à 50 € TTC le m²

45 min par m²

Couverture en zinc à ressaut (ou en gradin)

de 40 à 50 € TTC le m²

de 100 à 120 € TTC le m²

2h par m²

Couverture en zinc cintrée à joint debout avec double agrafure

de 55 à 65 € TTC le m²

de 60 à 70 € TTC le m²

1h30 par m²

Chéneau en zinc

de 40 à 50 € TTC le mètre linéaire

de 150 à 180 € TTC le mètre linéaire

3h par mètre linéaire

Arêtier en zinc

de 30 à 40 € TTC le mètre linéaire

de 25 à 30 € TTC le mètre linéaire

45 min par mètre linéaire

Rive zinc en pignon

de 20 à 30 € TTC le mètre linéaire

de 25 à 30 € TTC le mètre linéaire

45 min par mètre linéaire

Noue en zinc

de 30 à 40 € TTC le mètre linéaire

de 50 à 60 € TTC le mètre linéaire

1h par mètre linéaire

Faîtage en zinc ventilé double pente

de 45 à 60 € TTC le mètre linéaire

de 25 à 30 € TTC le mètre linéaire

45 min par mètre linéaire

 

 

Le prix de votre projet dépendra des nombreux facteurs suivants :

  • la présence ou l'absence de cintrage ;
  • le type de pose choisi ;
  • le prix du zinc au moment des travaux ;
  • la complexité du chantier ;
  • les points singuliers de la toiture (solins, noues, rives, arêtiers, etc.) ;
  • les accessoires nécessaires (grilles de ventilation, par exemple) ;
  • le taux horaire du couvreur-zingueur choisi.

 

Pour une estimation plus précise, nous vous invitons à contacter plusieurs professionnels pour un devis.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.