Le prix d'une poutre IPN

Mis à jour le 05 mars 2019
Aucun vote pour le moment
2019-03-05 11:15:00
IPN sur terrasse

De 30 à 200 € le mètre linéaire en acier, le prix d’une poutre IPN, en fourniture, peut aussi varier selon sa matière et pas seulement sa dimension. Tout comme peuvent venir s’ajouter les calculs de portée d’un architecte ou la pose par un artisan. Toutes ces éventualités sont présentées par la suite pour mieux estimer les travaux pour lesquels elle peut être conçue.

 

Vous avez un projet ?

Qu’est-ce qu’une poutre IPN

Une poutre IPN tient son nom de son profil en I, comme d’autres sont qualifiées de U, de H ou de T. Et c’est justement ce I, avec ses deux ailes, qui lui donne toute sa résistance. Plus complètement, IPN signifie I à Profil Normal.

 

En forme de I, les ailes de cette poutrelle sont également inclinées avec une pente de 14 % vers chacun des bords, lui offrant un peu plus d’épaisseur. Et c’est d’ailleurs la nuance par rapport à l’IPE (I à Profil Européen), avec laquelle elle peut être confondue et dont les ailes sont parfaitement plates, parallèles et rectilignes de chaque côté. On parle très souvent, par défaut, d’IPN, alors que c’est l’IPE à la norme européenne qui est le plus utilisé.

 

L’IPN peut aussi être confondu avec le HEA et le HEB qui s’en rapprochent mais dont les ailes sont plus larges.

 

Pour comparer un profil en I et un profil en H, voici un petit tableau plus explicatif :

 

Exemple de profil

hauteur de l’âme

épaisseur de l’âme

largeur semelle

épaisseur semelle

IPE 140

140 mm

4,7 mm

73 mm

6,9 mm

HEA 140

133 mm

5,5 mm

140 mm

8,5 mm

 

D’où un nom de poutre qui lui permet de soutenir du poids et d’afficher une belle résistance au pliage en soutenant des actions mécaniques selon cette charge.

 

Cette poutre peut aussi bien être utilisée, de par sa résistance, de façon horizontale ou de façon verticale et trouve donc toute sa justification dans de nombreux chantiers de rénovation, lors d’ouverture de mur, comme support.

 

Le prix d’une poutre IPN

Le prix d’une poutre IPN ou IPE va dépendre de chacun des éléments déjà vus, c’est-à-dire sa hauteur, sa longueur et sa matière, principalement.
 

  • Le prix d’une poutre IPN selon ses dimensions
    Pour une véritable poutre IPN en acier, vous trouverez des prix pouvant aller de 30 à 200 € le mètre linéaire, selon sa capacité porteuse.
    Bien sûr, ce prix sera également variable selon la longueur désirée :
    Pour exemple :

 

Hauteur de poutre IPN

Prix en 1 m de long

Prix en 10 m de long

IPN de 160

45 € pièce

300 € pièce

IPN de 200

60 € pièce

450 € pièce

 

 

En fonction de votre ouverture de mur, vous devrez, le plus souvent, vous équiper d’une poutre dont la longueur variera entre 1 mètre et 5 mètres, soit un engagement financier de l’ordre de 50 à 300 € en fourniture.
 

  • Le prix d’une poutre IPN selon sa matière
    Si vous ne souhaitez pas cette tendance atelier ou si vous recherchez une matière plus élaborée ou plus noble, il existe donc d’autres présentations de cette poutre IPN.

 

Matière de poutre IPN

Prix au mètre linéaire

IPN fer

de 20 à 150 €

IPN acier

de 30 à 200 €

IPN acier galvanisé

de 100 à 300 €

IPN alu

de 300 à 600 €

IPN bois

de 10 à 40 €

IPN verre

de 100 à 400 €

 

 

Pour certaines matières, comme l’inox, il est préférable de faire une demande de devis.

Les matières de poutre IPN

Une poutre IPN, par défaut, s’entend en acier. Mais il peut exister des possibilités de l’avoir dans d’autres matières, pour des raisons d’esthétique. Bien que, dans la tendance “atelier” ou “industrie” le fer se marie de plus en plus avec des intérieurs de maison.

 

Hormis le fer traditionnel, peut ainsi retrouver des poutres IPN :

  • en acier galvanisé ;
  • en aluminium ;
  • en inox ;
  • en bois ;
  • en verre ;
  • en fibre de verre.

 

Leur résistance n’est alors plus tout à fait la même, bien sûr, dans toutes ces matières et leur dimensionnement tiendra compte de ces variantes lors des calculs de portée et de soutènement.

 

  • L’acier galvanisé, l’aluminium et l’inox seront des matières qui permettront de parfaitement résister naturellement à la rouille, sans traitement particulier. Une solution qui vous conviendra lorsque vous placez ces poutres dans des pièces risquant l’humidité. Sinon l’acier est le plus utilisé pour l’intérieur des habitations.
     
  • Le bois est, bien sûr, pour les amoureux du bois et de la tradition, avec un style résolument campagnard ou plus chaud et plus moderne avec des bois clairs venus du nord.

 

  • Le verre permettra surtout de conserver les transparences et apportera un style plus léger.

 

La poutre IPN en acier

En acier, le plus courant pour une poutre porteuse, on retrouve cependant différentes qualités d’acier parmi la norme européenne EN 10025 :

  • S235 (ou anciennement E24) : c’est l’acier courant qui est utilisé dans la plupart des cas de figure ;
  • S275 (ou anciennement E28) : utilisé moins fréquemment et légèrement plus résistante ;
  • S355 (ou anciennement E36) : utilisé principalement pour des projets particuliers tels qu’ouvrages d’arts, grands bâtiments, ponts, etc.

 

 

L’utilisation d’une poutre IPN

C’est ainsi que l’on retrouve ces poutres, dans le domaine de la construction, chez les particuliers :

  • Pour soutenir un mur porteur, suite à son ouverture, que ce soit pour créer une porte ou ouvrir totalement un mur afin, par exemple, de créer un espace jour plus total.
  • Mais un IPN est aussi utilisé comme support de mezzanine, par exemple.
  • Elle peut aussi être utilisée pour soutenir un plancher, si besoin, et dans tout ce que peut effectuer une poutre bois.
  • Elle peut aussi venir soutenir des éléments de charpente, en renfort de toutes les poutres plus simples, bois ou métalliques.
  • Elle est encore utilisée parfois comme poteau et non comme seule poutre de soutien.

 

Elles sont souvent utilisées pour support dans des lofts et ne se cachent plus pour renforcer cet esprit industriel, pour être peintes dans des tons noir, blanc, ou diverses couleurs, selon l’ambiance.

 

Bien sûr, il est possible de trouver nombre de domaines autres dans lesquels l’IPN ou l’IPE est employé, comme les charpentes industrielles, la construction navale, mais aussi les ponts ou les ouvrages d’art déjà cités.

 

Le dimensionnement d’une poutre IPN

En dimension, l’IPN varie selon 3 éléments :

 

  • la hauteur de l’âme : elle est choisie par l’architecte ou l’ingénieur selon le poids à soutenir. C’est ainsi que l’on retrouve des IPN de dimension allant de 80 à 600 mm. La dimension la plus fréquemment employée, comme poutre de soutien, restant l’IPN de 200.
     
  • la largeur : comme l’indiquait le tableau précédent, il faut sensiblement diviser la hauteur par deux pour obtenir la largeur, ce qui signifie qu’un IPN de 200 fera à peu près 100 mm de largeur.
     
  • la longueur : elle varie de 2 mètres à 15 mètres et dépend de la longueur de soutien nécessaire, le plus souvent de 2 à 6 mètres. C’est aussi cette longueur qui permet de déterminer la hauteur.

 

L’avantage de la pose d’un IPN

En fait, la pose d’un IPN est la façon la plus rapide et la plus économique pour créer cette ouverture dans votre mur porteur.

Si vous ne souhaitez pas le faire avec une telle fourniture, le professionnel qui intervient devra réaliser un coffrage, le remplir de béton et le ferrailler, afin de parfaitement supporter le mur au-dessus.

Il faut en effet penser que cette poutre supporte le poids du mur restant au-dessus de l’ouverture, mais aussi celui d’une partie de la charpente et de la couverture qui viennent porter dessus, voire supporter un plancher de l’étage supérieur.

 

L’ouverture d’un mur

  • Les autorisations
     
    • Les autorisations de construction
      Dans certains cas, une autorisation peut être nécessaire afin d’ouvrir un mur.
      Le cas le plus évident est lorsque vous souhaitez créer une ouverture donnant sur l’extérieur. La modification de l’apparence de l’une des façades implique de passer, au minimum, par le service de l’urbanisme de votre commune et d’effectuer une autorisation de travaux préalable.
      Dans certains cas, en cas de proximité de bâtiments classés, vous pouvez aussi être amené à passer par les bâtiments de France.
      Si vous souhaitez totalement détruire un mur extérieur, c’est un permis de démolir qui vous sera nécessaire.

Pour un mur intérieur, s’il s’agit d’une simple cloison, vous n’avez aucune autorisation à demander. Si le mur est porteur, il vous faut faire appel à un architecte ou ingénieur béton qui réalisera les calculs pour garantir les travaux et vous délivrer une attestation de faisabilité du projet.
 

  • Les distances de voisinage
    En outre, compte tenu des normes à respecter par rapport aux distances de voisinage et aux dimensions à respecter par rapport au regard que vous pourriez porter sur sa propriété, vous avez des distances minimales imposées.
    Ainsi, doit être réalisée la différenciation entre la vue droite et la vue oblique :
    • en vue droite
      C’est celle qui permet de voir directement chez le voisin en se mettant à la fenêtre ou à la porte.
      Dans ce cas, il est impossible d’ouvrir à moins de 1,90 m.
    • en vue oblique
      C’est celle qui permet de voir chez le voisin en se penchant à la fenêtre ou de voir en biais.
      La distance minimale est alors de 0,60 m.

Les distances se calculent depuis l’extérieur du mur, ou du balcon si vous en avez un, jusqu’à la propriété du voisin, c’est-à-dire le mur s’il lui appartient, le milieu du mur s’il est mitoyen et l’extérieur du mur s’il vous appartient.

Par contre, par rapport à un espace public, route ou autre, il n’y a pas de distance à respecter.
Si vous ne pouvez respecter ces distances, il vous reste la possibilité de créer un jour de tolérance, appelé aussi jour de souffrance, sur la base de carreaux de verre dépolis, permettant de laisser entrer la lumière chez vous, sans ouverture de ce jour.
Si ce jour est créé sur un mur vous appartenant, en limite de propriété ou chez vous, vous n’avez pas besoin de l’autorisation du voisin, s’il est mitoyen, cette autorisation sera nécessaire.
 

  • Le cas des copropriétés
    Avant de casser tout ou partie d’un mur porteur, il vous faudra tout d’abord l’autorisation du syndic qui s’en remettra certainement à l’architecte qui a construit le bâtiment, si cette construction est relativement récente, ou à un autre architecte, si elle est plus ancienne.
     
  • Le cas d’une mitoyenneté
    Réaliser des travaux sur un mur porteur entend de prendre aussi certaines garanties. En effet, un voisin de mitoyenneté pourrait ensuite vous accuser d’être responsable des fissures chez lui. Le mieux est de faire constater, éventuellement par notaire, l’état des lieux avant et après travaux.
     
  • Le prix de démolition du mur porteur
    Ce prix ne se limite pas, loin de là, à la fourniture de cet IPN. En effet, que ce soit pour créer une ouverture ou pour démolir le mur, il vous faudra donc l’intervention d’un architecte pour réaliser l’étude.
    Il faudra ensuite envisager le prix de l’IPN et celui de la main d’oeuvre.
    Au final, de 1.500 à 2.000 € pour une ouverture dans un mur porteur afin de laisser place à un simple passage à des tarifs pouvant atteindre les 5.000 € pour démolir tout un mur, vous pourrez obtenir des tarifs précis d’un professionnel.
    Ces prix démontrent bien que la fourniture de l’IPN en elle-même n’est qu’une faible partie de la facture.

 

Prix de pose d’une poutre IPN

Mais, comme les travaux liés à cette poutre IPN sont généralement liés à des travaux spécifiques qui seront très souvent effectués par un professionnel pour des causes de risque et de garantie, il est beaucoup plus logique de raisonner, non plus en prix de fourniture de poutre IPN, mais en prix de pose.

 

Si pour une ouverture d’un passage sans un mur, vous pouvez tabler sur un prix total de 1.500 €, ce prix contient aussi l’étude nécessaire, soit un prix seul en fourniture et pose, or étude, de l’ordre de 700 à 800 €. Sachant que le prix horaire d’un maçon se situe autour de 50 à 60 €.

 

Pour mieux comprendre le travail que ce professionnel doit réaliser, il faut en recenser les différentes étapes qui sont :

  • la pose d’étais pour soutenir les charges du mur et assurer la transition entre la démolition et la reconstruction ;
  • le traçage de l’IPN sur le mur en sachant que 20 cm de débord de chaque côté sont nécessaires au minimum pour le soutien. C’est-à-dire que, pour une ouverture de 2,50 m, il faut au moins prévoir une poutre IPN de 2,90 m ;
  • la création de l’ouverture dans le mur pour la seule pose de l’IPN ;
  • la pose de cet IPN bien horizontal pour que le poids à supporter soit uniformément réparti et son scellement, qu’il soit chimique ou avec du mortier ;
  • la démolition, ensuite, du mur comme prévue, à la dimension souhaitée ;
  • il est alors possible de retirer les étais.

 

Enfin, il ne faut pas négliger le travail qui doit être fait et sa difficulté, notamment en mode de poids, qui nécessite souvent de travailler à deux, voire de s’aider de matériel.

Voici d’ailleurs un tableau de poids de ces IPN :

 

Dimension IPN

Poids au mètre

IPN 160

18,3 kg

IPN 180

22,4 kg

IPN 200

26,7 kg

IPN 220

31, 7 kg

IPN 240

36,9 kg

IPN 260

42,7 kg

IPN 280

48,9 kg

IPN 300

55,3 kg

 

 

Ce qui signifie que, pour un simple IPN de 200 en 3 m, vous aurez déjà environ 80 kg à tenir à bout de bras et, que, pour un IMP de 300 en 5 m, vous arriverez à pas loin de 300 kg.

 

Prix des finitions

Si la poutre peut être laissée en l’état ou, tout du moins, peinte pour une somme modique, afin de s’intégrer à votre intérieur, il vous restera quelques autres travaux de finition, notamment sur les tableaux, sur les reprises de sol et de mur.

 

Reprise travaux

Prix TTC

peinture IPN

de 20 à 40 € le m² selon couche antirouille

reprise carrelage

de 30 à 120 € le m²

reprise parquet

de 50 à 200 € le m²

reprise mur en peinture ou papier peint

de 15 à 25 € le m²

 

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.