Prix du chauffage par géothermie

Mis à jour le 18 juin 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-06-18 15:30:00
Plan d'une installation géothermique d'une maison

Quelle que soit la région d’habitation, le chauffage est inévitable. De nombreux modes pour se chauffer existent mais depuis quelque temps, l’effort est tout particulièrement porté sur les économies d’énergie, les énergies propres et renouvelables. Le chauffage par géothermie provient des termes “géo” signifiant terre et “thermie” chaleur c’est à dire le chauffage par “l’énergie de la terre” qui s’inscrit donc dans cette dynamique de développement durable. Le prix du chauffage par géothermie tourne autour de 6 000 à 10 000 € pour sa seule installation.

 

Vous avez un projet ?

Récapitulatif

Prestation / Fourniture

Prix

Pompe à chaleur géothermique

entre 9 000 et 19 000 €

Installation

entre 6 000 et 10 000 €

Forage

100 € / ml

Type de captage:

  • captage horizontal
  • captage vertical
  • captage par nappe

 

100 € / m² chauffé

167 € / m² chauffé

entre 80 et 130 € / m² chauffé

Emetteurs :

  • plancher chauffant
  • système de radiateurs

 

entre 40 et 75 € / m²

entre 3 000 et 5 000 €

Entretien

entre 100 et 300 €

 

Qu’est-ce que la géothermie ?

Le chauffage géothermique n’est autre qu’une pompe à chaleur (PAC) fonctionnant grâce à l’énergie produite par la Terre. Cette pompe à chaleur permet de produire à la fois le chauffage du logement mais également l’eau chaude sanitaire.

Son fonctionnement repose sur l’implantation de capteurs dans le sol permettant de récupérer la chaleur présente au sein de ce dernier. Cette chaleur puisée dans le sol est alors transportée dans le circuit grâce à un fluide caloporteur puis transmise dans la maison par le biais d’émetteurs de types radiateurs ou plancher chauffant, ainsi que dans le circuit destiné à l’eau chaude sanitaire. A l’heure actuelle, ce mode de chauffage fait partie des plus avancés et performants. Il est vrai que la facture d’énergie peut être divisée par 3 ou 4 grâce à une installation de ce mode de chauffage permettant une production de chaleur douce et continue tout au long de l’année et ce, quelles que soient les températures extérieures et conditions climatiques.

 

Le fonctionnement d’une pompe à chaleur

Une pompe fonctionne sur le principe d’un cycle thermodynamique.

  1. Un fluide dit caloporteur assure le rôle de transport des calories qui ont été puisées dans le sol jusqu’à la pompe.
  2. Une fois arrivé à la pompe à chaleur, un liquide frigorigène se charge quant à lui d’apporter ces calories à l’eau du système de chauffage. C’est cet apport de calories qui sert à augmenter la chaleur du liquide frigorigène permettant ainsi son évaporation.
  3. Le compresseur apporte une pression sur le fluide, devenu gazeux dans l’étape précédente.
  4. La condensation du fluide sert à transférer sa chaleur à l’eau du système de chauffage puis le condensateur s’assure de faire repasser le fluide gazeux à l’état liquide.
  5. Le détendeur est le dernier élément du cycle. Il sert à réduire la pression du liquide frigorigène.

 

Les modèles de chauffages géothermiques

Un circuit de chauffage est nécessaire afin de pouvoir transmettre la chaleur puisée aux émetteurs intérieurs. Il existe différents modèles de pompe à chaleur. Selon chacun, le circuit de chauffage va être différent :

  • PAC sol / sol : le fluide caloporteur circule au sein d’un circuit fermé composé par les capteurs horizontaux et les émetteurs.
  • PAC eau glycolée / eau : le fluide caloporteur est concentré dans les capteurs. Seule de l’eau se propage jusqu’aux émetteurs. C’est un modèle compatible aussi bien avec les capteurs horizontaux que verticaux. De plus, il est possible de rafraîchir l’air intérieur avec cette pompe à chaleur.
  • PAC sol / eau également appelée PAC mixte, fonctionne selon le même principe que précédemment. En revanche, cet équipement ne peut être raccordé qu’à des capteurs horizontaux et ne peut pas diffuser d’air frais.

 

En termes de prix, les tarifs constatés sur le marché sont compris entre 9 000 et 19 000 € uniquement pour les fournitures.

 

PAC sol / sol

PAC eau glycolée / eau

PAC sol / eau

  • entre 9000 et 16 000 €
  • capteurs horizontaux : entre 9 000 et 14 000 €
  • capteurs verticaux : entre 14 000 et 19 000 €
  • entre 10 000 et 17 000 €

 

Il est possible que des facteurs aient un impact sur le prix :

  • le coefficient de performance
  • la puissance
  • les émetteurs existants ou non
  • le type de captage choisi
  • le type de sol
  • l’accessibilité

 

Le captage des ressources

La pompe fonctionne en puisant ses calories dans le sol. Pour cela, il est nécessaire d’implanter des capteurs dans la terre. Il existe 4 possibilités pour les enfouir :

  • le captage horizontal ne nécessite pas de forage mais simplement un enfouissement des tubes et capteurs à une profondeur comprise entre 60 et 120 cm avec une surface au sol importante. En effet, la surface au sol doit être égale ou supérieure à 1,5 fois la surface de l’habitation qu’il faut chauffer.
  • le captage vertical est idéal pour les petits espaces. Le forage peut être effectué jusqu’à 100 m de profondeur. Cela implique de plus gros travaux, qui sont aussi plus onéreux. En revanche, le rendement est meilleur du fait que la chaleur des profondeurs soit plus stable car moins propice aux variations thermiques et climatiques.
  • le captage vertical sur nappe phréatique est possible si le logement se trouve au-dessus d’une nappe. La pompe à chaleur eau - eau est un système ultra performant car la température de l’eau se situe toujours entre 8 et 12 °C, même lorsqu’il gèle.
  • le captage en spirale ou elliptique est un mode qui se développe de plus en plus et est un mélange entre le captage vertical et le captage horizontal. Il ne nécessite pas autant d’emprise au sol que le captage horizontal et n’a pas besoin d’être enfoui à plusieurs mètres de profondeur comme le captage vertical alors qu’il possède des capteurs tout autant performants que dans le mode vertical. Le point qui reste à améliorer est la sensibilité des capteurs qui fait que ce modèle ne peut pas être installé dans tous les types de sols.

 

Pour un modèle fonctionnant grâce à des capteurs horizontaux, il faudra compter un investissement initial d’environ 100 € par m² chauffé, pour une pompe à capteurs verticaux, 167 € par m² chauffé et entre 80 à 130 € par m² chauffé pour un modèle de captage sur nappe.

 

Caractéristiques techniques

Pour l’installation d’une pompe à chaleur géothermique, il est important de regarder 2 caractéristiques techniques, à savoir la puissance calorifique et le coefficient optimal de performance (COP).

  • puissance calorifique s’exprime en kWh et symbolise la capacité de chauffe de l’appareil. Elle est généralement comprise entre 5 et 20 kWh. Cette puissance doit être déterminée en fonction de la surface du logement à chauffer.
  • le COP est lié à la consommation d’énergie. Il indique pour 1 kWh d’électricité consommé combien de kWh d’énergie l’appareil est capable de restituer. Cet indicateur est souvent entre 3 et 4. Cela signifie que la PAC géothermique consomme 1 kWh d’énergie pour une production de chaleur de l’ordre de 3 à 4 kWh. Par exemple, pour un captage vertical en nappe phréatique, le COP est de 5.

 

Voici les tarifs pour avoir une idée sur les coûts de consommation annuelle :

  • 2,5 € par m² avec des capteurs horizontaux
  • 2,2 € par m² pour des capteurs verticaux

 

Avantages et inconvénients

Comme tous les systèmes de chauffage, la géothermie possède de nombreux points forts mais a aussi quelques faiblesses. Voici un tableau recensant les avantages et inconvénients du modèle :

 

Avantages

Inconvénients

  • énergie continue
  • énergie renouvelable
  • écologique => peu de rejet de CO2
  • répartie et accessible sur l’ensemble de la planète
  • bon rendement
  • qualité de chauffage excellente
  • peu énergivore
  • coût
  • lourds travaux d’installation
  • ne permet pas toujours la climatisation comme le font d’autres modèles de PAC

 

L’installation et l’entretien

Selon l’installation et le type de capteurs choisis, une surface plus ou moins étendue de jardin sera nécessaire. La mise en oeuvre d’un tel système s’appuie sur la pose :

  • d’échangeurs extérieurs
  • d’échangeurs intérieurs matérialisés sous la forme de radiateurs ou planchers chauffants

 

Si la pose se fait en rénovation, il est nécessaire que la pompe puisse se raccorder au système de chauffage déjà en place sinon vous serez dans l’obligation de changer ce réseau afin de l’adapter au nouveau mode de chauffage, ce qui fera considérablement augmenter la facture.

L’installation requiert le savoir-faire d’un spécialiste. En effet, ce sont de lourds travaux notamment avec le forage pour installer les capteurs.

  • Il faut savoir que les prix pour un forage sont d’environ 100 € par mètre linéaire.

 

Concernant les émetteurs, les tarifs varient :

  • entre 40 et 75 € (pose et fourniture comprise) le m² pour le plancher chauffant

et

  • entre 3 000 et 5 000 € pour l’installation d’un système de radiateurs

 

  • Il faudra compter entre 6 000 et 10 000 € de main d’oeuvre pour installer un chauffage géothermique.

 

Un entretien annuel n’est pas obligatoire mais il est vivement conseillé d'effectuer une révision régulière afin de prévenir d’éventuelles pannes, d’optimiser le rendement et de prolonger la durée de vie de l’appareil. Il est obligatoire dans un seul cas, à savoir dès lors que la contenance en fluide frigorigène dépasse 2 kg. Il conviendra donc de se mettre en relation avec l’installateur ou un professionnel pour le réaliser. Lors de sa prestation, ce dernier vérifiera la pression ainsi que le niveau d’eau.

  • En termes de prix, une intervention de ce type vous reviendra entre 100 et 300 €.

 

Les aides en place

Au vu de ses caractéristiques écologiques, le chauffage par géothermie est éligible pour de nombreuses subventions. Cependant, des conditions liées aux revenus, l’installation effectuée par un artisan reconnu garant de l’environnement (RGE) ainsi qu’un logement ayant plus de 2 ans réglementent ces aides.

 

Sont disponibles :

  • le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique) : déduction jusqu’à 30 % de la somme des travaux sur les impôts
  • la PAC à 1 € : grâce au programme Pacte Energie Solidarité mis en place par le gouvernement, il est possible d’accéder à une pompe à chaleur toutes aides déduites, pour seulement 1 €.
  • l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) peut aussi aider à subventionner un tel dispositif
  • une TVA réduite à 5,5 % car ce sont des travaux visant à améliorer la performance énergétique du logement
  • l’Eco-PTZ : l’éco-prêt à taux zéro permet d’obtenir un emprunt jusqu’à 30 000 € pour réaliser l’installation d’un tel système de chauffage sans avoir à débourser d’intérêts supplémentaires

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.