Prix de pose d'une toiture en tuiles

Mis à jour le 24 novembre 2017
Aucun vote pour le moment
2017-11-24 06:15:00
Toiture en tuiles
Formulez une demande de devis

Prix des types de tuiles

La première chose importante est qu’il n’existe pas uniquement des tuiles simples qui se caractérisent par un prix relativement bas. On peut, effectivement, les classer selon différentes catégories :

  • les tuiles canal : qui tiennent leur nom par le fait qu’elles sont demi-rondes ; de 0,60 à 0,80 € la pièce, compte tenu du nombre de tuiles nécessaire (selon leur dimension), il faut compter de 25 à 30 € le m² en fourniture ;
  • les tuiles plates : leur forme leur donnant aussi leur nom et elles nécessitent des pentes plus fortes, comme celles de l’ardoise ; autour de 1 € la pièce, elle peut voir son tarif doubler pour des coloris spéciaux, mais se situe généralement autour de 30 € le m² lorsqu’elle est en béton, elle passe de 40 € à 50 € le m² lorsqu’elle est est en terre cuite ;
  • les tuiles à emboîtement : appelées aussi tuiles mécaniques, leur particularité est de s’assembler les unes avec les autres pour former un ensemble solidaire ; de 1 à 2 € la pièce, selon qu’elle soit vieillie ou non, il faut compter de 50 à 60 € le m².

 

Cependant, réduire les tuiles à ce classement reste très simpliste puisqu’il existe un certain nombre de sous catégories que l’on pourrait, elles-mêmes, encore décomposer.

Pour ne donner quelques exemples, les tuiles plates pourraient se répertorier en :

  • tuiles plates simples : autour de 1 € pièce ;
  • tuiles à l’ancienne : de 1 € à 1,50 € pièce ;
  • tuiles monuments historiques : autour de 1,5 € pièce ;
  • tuiles vernissées (comme celles que l’on trouve en Bourgogne) : autour de 3 € pièce ;

 

Les tuiles romanes, les tuiles pannes sont encore des modèles qui se classent dans les tuiles à emboîtement, tout en prenant une apparence de tuiles canal.

 

Les couleurs de tuiles

On peut aussi créer des sous-groupes puisqu’on peut trouver des teintes variées. Ce sont généralement les régions qui imposent cette couleur puisque l’on retrouve le gris et le noir en Bretagne, le rose en Normandie, le brun en Alsace, l’ocre en Languedoc-Roussillon, le rouge foncé dans le nord, le rouge orangé en dessous de la Loire, le rouge dans les régions toulousaines ou lyonnaises, le bleu dans les environs de Beauvais, etc.

Avec d’autres nuances qui existent encore, comme les finitions en mat ou en brillant

 

Les matériaux des tuiles

Histoire de compliquer encore la classification, il faut parler des matériaux qui composent ces tuiles, car elles ne sont pas toutes fabriquées selon la même matière première.

  • la tuile béton : mortier, sable et ciment la composent, teintée par des oxydes métalliques dans la masse avant de bénéficier d’une finition de surface pour nuancer cette teinte et étuvée pour sa bonne tenue. (Voir tarif ci-avant)
    • Elle a moins bonne réputation, même si, au fil des années, sa tenue dans le temps s’est très nettement améliorée ;
    • Elle est plus sujette à l’apparition de mousses ;
    • Elle résiste, par exemple, mieux au gel que la tuile en terre cuite ;
    • Elle est aussi moins chère à l’achat et à la pose :
    • Elle s’accorde avec des pentes généralement plus faibles, dès 20%, jusqu’à 60% ;
    • C’est une tuile à emboîtement qui est plus lourde ou quelques modèles en plate (de 40 à 50 kg/m²).
    • Coût environ 30 euros par m2
       
  • la tuile en terre cuite : c’est le principe le plus ancien fait de 70% d’argile et de 30% de sable, pour confectionner des galettes qui sont ensuite moulées puis séchées au four et cuites à 1.100° C, ce qui en fait leur résistance. (Voir tarif ci-avant)
    • Elle est très résistante à toutes les intempéries et est, en général, garantie pour 10 ans ;
    • Elle est aussi résistante à la pollution de l’air ;
    • Elle est recyclable et écologique ;
    • Si elle a une bonne résistance au gel, elle finit quand même par y être sensible, tout comme aux lichens et à la mousse.
    • Prix: environ 40 euros par m2
       
  • la tuile céramique : elle est un dérivé de la tuile en terre cuite. Poreuse par rapport à la précédente, elle est traitée spécialement pour pallier à ce défaut, parfois par une couche d’émail qui permet de la décliner dans des teintes très variées. Elle devient, alors, totalement protégée contre les mousses et les lichens.
     
  • la tuile en verre : elle est utilisée pour créer des puits de lumière ou des esthétiques particulières. Il en existe donc dans les divers profils afin de la mettre en adéquation avec les différentes formes. Elle est traitée contre les UV.
    • Elle présente des performances d’isolation thermique et acoustique excellentes ;
    • Elle est très résistante aux intempéries et plus durable que la tuile béton ou celle en terre cuite ;
    • Elle a une excellente inertie au feu ;
    • Elle est totalement recyclable ;
    • Elle se heurte parfois à certaines oppositions lors du permis de construire ;
    • Elle est beaucoup plus onéreuse : de 10 à 20 € l’unité soit 80 à 180 euros par m2.
       
  • la tuile de bois : désormais beaucoup moins courante, il est encore possible de la trouver dans des régions montagneuses. Elle a l’avantage de proposer une bonne isolation thermique mais une moins bonne résistance à l’humidité et, donc, aux mousses. Le prix est parfois élevé lorsqu’elle est issue d’une fabrication plus artisanale. Pour une fabrication en nombre, on trouve des tarifs de 1,10 € à 1,50 € la pièce pour des prix de 50 à 70 € le m² (en châtaignier ou en chêne). Pour une matière moins noble, il est possible d’obtenir des prix autour de 25 € le m² en fourniture.
  • la tuile photovoltaïque : pour répondre à cette nouvelle tendance, un fabricant (Luxol) a décidé de créer une tuile photovoltaïque qui puisse totalement s’insérer dans une couverture existante, sur le principe de la tuile à emboîtement. Elle devient alors plus intégrée à une couverture existante et ne nécessite pas de modification de la charpente. Il est aussi possible de les répartir sur l’ensemble de la couverture et ne pas se contenter de créer un seul bloc regroupé. Une pente de 40% est nécessaire. Si le prix de la tuile en lui-même n’est pas forcément le plus onéreux, de 5 à 10 € la pièce, il faut tenir compte de tout l’appareillage, des branchements, et d’une pose faisant appel à des spécialistes, soit un prix de revient final de 1.000 à 2.000 € le m² en fourniture et pose.
     
  • la tuile PVC : si des tôles PVC remplacent parfois la tuile, certains fabricants ont fait le choix de créer un véritable modèle de tuiles dans cette matière. Elles sont plutôt utilisées dans le cadre de dépendances que d'habitations, mais aussi, parfois, pour des chalets. Elles ont l’avantage d’être très légères et de ne pas nécessiter une charpente compliquée, donc. Mais elles requièrent une isolation supérieure et est moins résistante.
     
  • le shingle : sans être, à proprement parler une tuile, il s’en apparente quand même et en reprend l’apparence (de la version plate) et la couleur. Facile à poser et extrêmement léger, c’est une option économique mais à la durée de vie moins longue.
  • la tuile de marbre : procédé disparu qui recouvrait des monuments de l’antiquité.
  • la tuile de bronze doré : idem la précédente.

 

Les dimensions des tuiles

Pour les tuiles plates, le standard est de 16 ou 17 cm x 27 cm. Mais il existe un certain nombre de variantes comme 14 x 24, 14 x 25, 15 x 24, 15 x 52, 16 x 24, 16 x 26, 16 x 38, 17 x 27, 17 x 30, 17 x 33, 19 x 24, 20 x 25, 20 x 30, 27 x 35, 27 x 41. Selon leur matière, selon le fabricant et selon vos besoins, vous aurez donc le choix et le nombre de tuiles au mètre carré en découlera.

En tuiles canal, les longueurs sont de 30 ou 50 cm, le plus souvent avec des largeurs de 15 ou de 20 cm, selon les régions.

En tuiles à emboîtement, on trouve des tuiles “grand moule”, qui vont de 25 à 30 cm x 40 à 49 cm. Les tuiles “petit moule” vont de 22 à 25 cm x 30 à 35 cm.

 

Les caractéristiques d’une couverture tuiles

Au final, qu’est-ce qui fera que la couverture tuiles sera choisie ? C’est certainement son prix qui décide de ce choix, ainsi que de la plus grande facilité de pose, ayant elle-même une incidence sur le prix final. Mais une couverture tuiles est aussi parfaitement étanche et possède une durée de vie qui monte à plusieurs décennies. Elle est également facile à entretenir et, en cas de problème, il est très facile de n’intervenir que sur quelques tuiles.

Après, selon la préférence que vous avez, vous choisirez le modèle retenu : la tuile à emboîtement pour la résistance au vent, la tuile en terre cuite pour la meilleure isolation qui combine à la fois le thermique, le phonique et l’imperméabilité, la tuile en fibrociment pour le prix, la tuile en bois pour la seule isolation thermique.

 

Les principes de pose des différents modèles de tuiles

L’installation d’une couverture en tuiles a des incidences sur un certain nombre de domaines : le principe de charpente (selon sa dimension et son poids, mais aussi l’isolation selon le caractère isolant de la tuile en elle-même, sur le nombre de tuiles au mètre carré, et sur le principe de fixation ou d’emboîtement. Les DTU reviennent généralement sur ces éléments.

 

 

Tuile plate

Tuile canal

Tuile à emboîtement

Pente de toit

31 à 51°

15 à 20°

17 à 45°

Nombre de tuiles au m²

36 à 95 (selon dimension)

18 à 55 (selon le type)

15 à 22 (selon modèle)

Principe de pose

joints croisés

recouvrement 7 à 9 cm

sens inversé sur voligeage recouvrement 12 à 17 cm

fixation

emboîtement

joints droits ou croisés

DTU

40.23

40.22

40.21

Particularités

Facilité de pose

Plus grand nombre de tuiles au m²

Pose simple

Pratique avec faible pente

Nécessite une étanchéité

Pose simple

Très bonne étanchéité

Poids allégé du fait du nombre

Moins esthétique

Prix fourniture au m²

autour de 30 € en béton

de 40 à 50 € en terre cuite

à partir de 25 € pour la tuile bois, 50 € en châtaignier et 70 € en chêne

60 à 80 € pour la tuile Monuments Historiques

100 € pour la tuile vernissée

de 25 à 30 €

de 50 à 60 €

 

 

Les aides financières

Si vous faites appel à un artisan et dans le cas où votre maison a plus de 2 ans d’ancienneté, le taux de TVA appliqué ne sera que de 10%, qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire.

Ce taux pourra même être ramené à 5,5% si vous réalisez, en même temps, une isolation thermique par l’extérieur et que cet artisan dispose du label RGE. Alors, vous seront aussi ouverts des aides de l’ANAH, un prêt à taux zéro et un Crédit d’Impôts Transition Energétique (CITE).

 

Prix de la pose

Ce travail est particulièrement délicat et nécessite un matériel spécial, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Faire appel à un professionnel est donc conseillé. De plus, vous bénéficierez alors de la garantie décennale de cet expert.

Si le prix d’un artisan est généralement constaté sur un tarif horaire qui varie le plus souvent entre 40 et 60 €, son prix se situera alors autour de 20 à 30 € le m², une variante qui dépendra, entre autres, de la nécessité ou non de dépose d’une ancienne couverture.

Trouver un professionnel

Pour vos travaux, vous pouvez effectuer une demande de devis pour trouver une entreprise qui réalisera vos travaux. Travaux à Part sélectionne les meilleurs artisans dans toute la France vous offrant le meilleur rapport qualité-prix pour vos travaux :