Prix d’une micro station d’épuration

Mis à jour le 25 février 2019
Aucun vote pour le moment
2019-02-25 08:45:00
Schéma du système d'évacuation d'eau d'une maison

Si le prix d’une micro station d’épuration peut aller de 3.000 à 8.000 €, en fourniture seule, il dépend du nombre d’habitants du logement, du mode de fonctionnement retenu, du mode de pose, des matériaux qui la composent, et de plusieurs autres caractéristiques que nous allons étudier. Découvrez toutes ces particularités, ainsi que les démarches, les raisons d’un tel choix et les opérations de maintenance à prévoir.

 

Vous avez un projet ?

Les démarches et la réglementation

Avant d’installer un assainissement individuel, vous devez tout d’abord vous mettre en liaison avec votre mairie, ainsi qu’avec le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) pour vous assurer qu’un tel procédé est nécessaire sur votre terrain.

 

En effet, en présence de l’existence d’un assainissement collectif, vous êtes tenu de vous y raccorder et, quoi qu’il en soit, vous en paierez le service. Une micro-station d’épuration serait alors une dépense inutile.

 

Si votre installation est validée, une étude de sol, après diagnostic, sera certainement nécessaire. Il vous faut tabler sur une dépense entre 600 et 800 €.

 

En outre, cette micro-station d’épuration devra disposer d’un numéro d’agrément en provenance du Ministère de l’Environnement, vous ne pouvez donc pas faire n’importe quoi ni acheter n’importe quel modèle. Les modèles validés sont généralement recensés sur le site de ce Ministère. Vous devrez demander s’il dispose bien des normes requises. En vous adressant à un professionnel, ce dernier devrait vous proposer un appareil conforme à ces réglementations.

 

Le fonctionnement d’une micro-station d’épuration

Le fonctionnement d’une micro station d’épuration est proche de ce qui se fait à une dimension communale, pour une station de plus grande envergure et consiste donc à traiter les rejets de façon biologique afin de les dégrader, selon différents principes que nous étudierons ensuite. Mais, pour résumer, cette opération se déroule selon le scénario suivant :

 

  • Phase de décantation
    Les eaux usées sont acheminées dans la cuve où se déposent les matières solides, tandis que les matières liquides sont évacuées. Les matières solides sont attaquées par des bactéries puis sont alors envoyées vers une seconde cuve pour être traitées appelée réacteur biologique.
     
  • Phase de traitement
    Cette seconde cuve se charge du traitement de ces effluents afin de diminuer la pollution de l’eau par le biais de bactéries aérobies. Elle est aérée à l’aide d’un générateur d’air. Les boues qui en résultent sont renvoyées vers la première cuve, tandis que le reste est expédié vers une cuve de clarification.
     
  • Phase de clarification
    Une nouvelle phase de nettoyage est réalisée et les nouvelles boues qui en résultent sont, elles aussi, renvoyées vers la première cuve tandis que les eaux traitées et clarifiées sont rejetées dans le sol ou vous permettent d’irriguer votre végétation. Parfois, et avec accord du SPANC, elles peuvent être rejetées vers un cours d’eau.

 

Dans certains cas, ce procédé se réalise en seulement 2 cuves et non 3.

 

Comparatif des systèmes de micro stations d’épuration

Pour mieux comprendre les différents systèmes qui existent, voici un tableau récapitulatif qui les recense :

 

 

Principe d’assainissement

Prix fourniture et pose

Entretien

micro-station

5.000 à 12.000 €

  • Vidange (à 30% volume) : 150 à 300 €
  • Dépense électricité : 30 €/an
  • Contrat maintenance (150 à 300 €)
  • Changement pièces tous les 2 à 5 ans
  • Durée de vie environ 20 ans

Fosse toutes eaux filtre septodiffuseur

de 6.000 à 7.000 €

  • Vidange (à 50% volume) : 150 à 300 €

Fosse toutes eaux filtre à coco

autour de 7.000 €

  • Vidange (à 50% volume) : 150 à 300 €
  • Entretien : 150 € /an
  • Renouvellement du coco : 1.400 € tous les 10 ans

Fosse toutes eaux filtre compact

de 8.000 à 11.000 €

  • Vidange : 150 à 300 €
  • Changement zéolites tous les 15 ans : 4.000 €
  • Prévu pour maison 5 pièces
 

 

 

Avantages et inconvénients

Pour mieux vous aider à décider de la meilleure option qui s’offre à vous, voici un recensement des différents avantages et inconvénients.

 

Les avantages de la micro station d’épuration

  • Le premier de ces avantages est son prix. Entre une cuve qui peut être suffisamment compacte parfois, d’un total de 6 m3 seulement par des dimensions de 1,5 x 2 m et 2 m de haut, nécessitant moins de terrassement, et une consommation électrique moindre du fait que le fonctionnement n’est pas en continu, les économies sont réelles.
  • Elle ne nécessite pas, non plus, de gros travaux pour l’épandage puisqu’une simple tranchée peut suffire, contrairement à une fosse toutes eaux.
  • Son installation est donc rapide.
  • Elle ne nécessite pas une surface de terrain importante.
  • Elle ne génère pas de mauvaises odeurs et ne nécessite pas d’évacuation des gaz puisque ce travail est réalisé à l’intérieur même de la cuve.
  • Elle se place parfaitement sur le plan environnemental puisque le fonctionnement ne fait pas appel à des produits chimiques mais à des bactéries.
  • Il existe même un principe fonctionnant sans électricité, donc encore plus écologique et économique.
  • L’eau clarifiée est réutilisée.
  • Sa durée de vie est d’au moins 20 ans.

 

Les inconvénients de la micro station d’épuration

  • Ce principe s’adapte très mal aux résidences secondaires puisqu’un fonctionnement régulier est nécessaire pour un bon fonctionnement.
  • L’investissement initial reste conséquent.
  • Même sans être important, un léger bruit est présent et il peut être intéressant d’en tenir compte avant de décider de son emplacement (en évitant devant la fenêtre de chambre, par exemple).
  • Une vidange doit être réalisée environ à 30% de boue dans la première cuve, soit tous les 2 à 4 ans.
  • Sauf modèle spécifique, il faut prévoir un raccordement électrique et consomme donc un peu d’énergie (ce qui la rend, dans ce cas, inéligible au prêt à taux zéro). Il est aussi prudent de placer cette alimentation sur onduleur pour éviter les pannes électriques qui pourraient l’endommager.

 

Comment choisir sa micro-station d’épuration?

Avant de décider de telle ou telle micro-station d’épuration, voici les points sur lesquels vous devez être plus attentifs et que vous aurez à comparer entre deux modèles, notamment.

 

Il faudra absolument que cette station :

  • respecte la norme CE 12566-3 + A1 ;
  • respecte aussi la norme électrique NFC 15-100 si elle requiert l’électricité ;
  • dispose d’un numéro d’agrément du Ministère de l’Environnement.

 

Pour les points de comparaison entre plusieurs modèles, vous regarderez plus précisément :

  • la capacité ;
  • la consommation électrique ;
  • le niveau sonore ;
  • le mode d’épuration (à culture libre, à culture fixée, SBR pour Sequencing Batch Reactor) ;
  • le principe de transfert des effluents (par pompe ou AirLift) ;
  • le temps de fonctionnement du compresseur et du moteur pour limiter les surchauffes ;
  • la fréquence du vidage.
     

Les différents principes de micro-stations d’épuration

On a donc vu que le principe de cette micro station individuelle s’appuyait sur un traitement biologique des eaux usées et sur une absence d’épandage. Par contre, ce fonctionnement peut s’appuyer sur des modèles différents :

 

  • La micro station d’épuration à boues activées
    On l’appelle également “à culture libre” pour certains de ces modèles.
    L’idée générale reste la même, une décantation permet de faire retomber les matières organiques, qui seront attaquées par les bactéries jusqu’à la disparition complète de ces matières. Au bout du processus, une eau clarifiée ressort.
    Le terme de boues activées provient du fait que le processus d’oxygénation/anaérobie et de brassage des eaux qui permet de développer les bactéries s’effectue au moyen de l’injection d’air comprimé.
    Les bactéries circulent en toute liberté.
    C’est le principe le moins cher.
     
  • La micro-station à bactéries fixées
    Contrairement au précédent, on parle alors de “culture fixée”.
    En fait, si le procédé est proche, les bactéries se développent ici par des tubes ou sur des disques rotatifs, d’où la dénomination.
     
  • La micro-station d’épuration SBR
    SBR signifie Sequencing Batch Reactor ou, en français, Réacteur Biologique Séquentiel.
    Elle reprend le principe de la culture libre mais le processus du traitement et de la clarification s'effectue dans une seule et même cuve.
    Un équipement électronique gère les différentes étapes de la filtration.
    Son avantage est d’être encore plus compacte et de fonctionner sans pompe, donc encore moins sonore.
    C’est une micro-station plus résistante.
    C’est aussi celle qui coûte le plus cher tout compris.
     
  • La micro station sans électricité
    Le procédé est alors totalement écologique et passe par une filtration passive pour clarifier l’eau naturellement. Un filtre à sable ou à coco, préalablement traité avec des enzymes, favorise la présence de bactéries qui joueront le même rôle que dans les procédés précédents.
    Même si son prix est plus cher au départ, sur la durée, c’est la solution qui revient le moins cher.

 

Les principes

Prix en fourniture et pose

micro station d’épuration à boues activées

à partir de 4.500 €

micro station à bactéries fixées

à partir de 5.500 €

micro station d’épuration SBR

à partir de 6.000 €

micro station sans électricité

à partir de 8.000 €

 

 

Marques de micro-stations d’épuration

Il existe un certain nombre de marques qui disposent des agréments et normes nécessaires. On peut alors citer :

Acticlever, Advisaen, Albixon, Aliaxis, Aquatec, Aquitaine Bio-Teste, Asio Spol, ATB France, Bokatec, Bonna Sabla Nive, Boralit, Clair’Epur, Conder Environnement Solutions, DMIT Milieutechnologie BV, Envpur, Graf Distribution, IFB Environnement, Innoclair, Kessel AG, Mall, UTP, NEVE Environnement, Rewatec, Rothe Werke, Roto Group, RotoPlast, SMVE, Sotralentz, Stoc Environnement, UTP Umweltechnik, WPL.
 

D’autres marques viennent s’ajouter régulièrement. En outre, il faut vérifier si la référence spécifique concernée entre bien dans la liste des matériels validés sur le site du gouvernement.

 

Le prix d’une micro-station d’épuration

Le prix d’une micro-station d’épuration peut dépendre de son procédé, mais d’autres critères peuvent aussi influer sur le tarif :

  • la matière des cuves
    On trouve différents modèles pour ces micro-stations, PVC, béton et PRV.
    Le PVC est cependant la matière la moins durable avec une plus faible résistance une fois enterrée.
    Le béton résiste bien à l’enterrement mais est beaucoup plus lourd et bien plus difficile à gérer pour la pose.
    C’est pourquoi les fabricants préfèrent généralement le PRV (Polyester Renforcé à la fibre de Verre) qui présente le meilleur rapport qualité/prix/durée de vie.
     
  • la capacité
    La capacité de cette micro-station, qui dépend du nombre d’habitants dans le logement, possède évidemment une incidence sur son prix. C’est aussi le nombre de pièces sanitaires qui peut influencer en partie ce tarif.

 

Capacité d’une micro-station

Prix en fourniture et pose

jusqu’à 5 habitants

autour de 5.000 à 6.000 €

jusqu’à 10 habitants

autour de 7.000 à 8.000 €

jusqu’à 20 habitants

autour de 9.000 à 10.000 €

 

 

On peut aussi ramener ce tableau en fonction des différentes technologies qui peuvent exister pour ces micro-stations :

 

Capacité d’une micro-station

Prix en fourniture et pose

principe à boues activées

Prix en fourniture et pose

principe à boues fixées

Prix en fourniture et pose

principe SBR

jusqu’à 5 habitants

à partir de 4.500 €

à partir de 5.500 €

à partir de 6.000 €

jusqu’à 10 habitants

à partir de 5.200 €

à partir de 7.000 €

à partir de 8.000 €

jusqu’à 20 habitants

à partir de 5.800 €

à partir de 9.500 €

à partir de 10.000 €

 

 

Le prix des équipements complémentaires

Certaines de ces micro-stations nécessitent des matériels supplémentaires pour assurer un bon fonctionnement ou des équipements qui peuvent remplacer ceux d’origine lorsqu’ils sont en fin de vie. Ils peuvent aussi venir remplacer certains appareils fournis mais insuffisamment puissants de votre point de vue.

 

Voici donc un tableau de ces matériels.

 

Equipement complémentaire

Rôle

Prix en fourniture

Pompe de relevage

envoie l’eau à un point plus élevé

à partir de 500 €

Compresseur à air

favorise l’environnement bactériologique

à partir de 250 €

Equipement pour raccordement électrique

permet l’alimentation électrique

à partir de 50 €

 

 

La pose d’une micro-station d’épuration

Lorsqu’il est question de fourniture et pose d’une micro-station d’épuration, il est souvent question de venir la déposer sur un terrain déjà préparé et non de prendre en charge le terrassement et le remblai car, dans ce cas, la pose peut commencer dès 2.000 € mais souvent atteindre 4.000 € selon la nature du terrain par exemple.

Tout pris en compte, il faut plutôt prévoir un prix de 7.000 à 13.000 €, alors.

 

Voici un peu plus de détails pour le travail exact à exécuter pour cette mise en place :

 

  • Le terrassement
    Le tarif horaire d’un terrassier est situé entre 60 et 80 €, ce qui revient à un tarif journalier de 420 à 560 €.
    Ramené au m3, il vous en coûtera de 30 à 60 €.
    Ce qui signifie que, pour l’installation d’un micro-station de 6 m3, il vous faudra certainement brasser un peu plus en profondeur et posséder un peu de jeu autour, également, pour faciliter la pose, soit une surface de 5 à 10 m², souvent, sur 2 m de profondeur, soit 10 à 20 m3.
    Un prix de l’ordre de 300 à 1.000 € est à prévoir dans des conditions normales, et plus de 1.000 € si la nature du sol est plus compliquée ou l’accès au terrain plus difficile. S’il est même très difficile, vous devrez le préciser et demander un devis encore plus personnalisé, par précaution.
     
  • La pose de la micro-station
    Elle se fait par levage, une fois le terrassement terminé. Ce prix est le plus souvent englobé dans le prix du terrassement ou celui de la livraison.
     
  • Les raccordements
    Le raccordement électrique et les différents branchements sont ensuite réalisés.
     
  • Le remblaiement
    C’est la phase finale qui se fait à l’aide de sable et graviers.

 

Toute cette opération est généralement réalisée en moins d’une journée.

 

Les aides

Les aides sur ces équipements sont relativement sommaires. Cependant, il est possible d’en obtenir quand même certaines :

  • une TVA réduite à 10 % au lieu de 20 % dans le cas d’un chantier de rénovation, c’est-à-dire pour une maison terminée depuis plus de 2 ans. Cette déduction peut alors permettre, surtout, de financer la dépose de l’ancienne fosse et le dégagement pour l’installation de votre nouvelle micro-station.
  • une aide de l’ANAH pour assainissement peut aussi être proposée sous condition de ressources. Il est donc difficile d’en donner le montant, vous devrez contacter cet organisme pour le savoir.
  • des aides locales sont aussi parfois disponibles et les services de la mairie peuvent vous en informer.

 

Entretien d’une micro station d’épuration

Un entretien régulier est nécessaire pour votre micro-station d’épuration sur une fréquence qui dépend du modèle mais qui se situe, en général, entre tous les 6 mois et tous les ans. Un contrat d’entretien coûte de 100 à 200 €.

 

En plus de cet entretien obligatoire, il y a nécessité de vidange de votre cuve, qui sera fonction de votre vitesse à la remplir avec une fréquence qui varie le plus souvent entre 2 et 4 ans puisque cette intervention se réalise à 30 % du volume de la cuve. Cette vidange vient alors s’ajouter pour un tarif de 200 à 400 €. Vous aurez donc un calcul à effectuer, lors de l’achat de votre modèle, pour savoir si vous prenez une capacité supérieure pour minimiser le nombre de vidange ou non, selon ce qui sera le plus intéressant financièrement.

 

Budget de fonctionnement d’une micro station

Attention, une micro-station peut aussi entraîner des coûts de fonctionnement qu’il ne faut pas négliger, en plus de cet entretien et de cette vidange.

 

C’est ainsi le cas pour :

  • la consommation électrique : autour de 150 € par an ;
  • le contrôle du SPANC tous les 4 à 8 ans : soit environ 150 € par contrôle ;
  • une éventuelle redevance assainissement si vous déversez vos eaux saines dans le réseau public et non sur votre terrain : 200 € par an.
  • et ceci sans compter l’usure de votre matériel et le remplacement de certaines pièces en cours de vie de votre micro-station.

 

Ce qui peut revenir à un coût annuel d’un minimum de 400 €, sans tenir compte de cet amortissement de matériel et qui explique qu’il est malgré tout intéressant de faire appel au réseau public, lorsqu’il existe.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.