Prix d'un mur en parpaing : pose et conseils

Mis à jour le 22 novembre 2017
Aucun vote pour le moment
2017-11-22 10:00:00
Parpaings

Définir le prix d’un mur en parpaings, en soi, paraît simple. Encore faut-il bien savoir de quels parpaings il est question, creux, pleins, colorés, quelles dimensions, etc. Et donc tenir de leur usage, habitation, mur, garage… Un matériau que l’on retrouve d’ailleurs sous des appellations diverses telles que “agglo” ou “moellon”.

Monter des parpaings aussi, semble facile. Mais de nombreux pièges existent, que parfois seuls les vrais professionnels connaissent.

Si vous avez ce projet en tête, vous allez pouvoir prendre les bonnes décisions et connaître les prix dans notre guide.

 

Formulez une demande de devis

Pourquoi le mur en parpaings plutôt que les autres matériaux ?

La question qui peut se poser alors est de savoir pourquoi vous allez choisir les parpaings plutôt que toute autre construction telle que la brique, notamment, mais aussi le bois, le béton banché, etc. Pourquoi reste-t-il le matériau le plus utilisé dans la construction ?

 

En fait, si le parpaing n’est peut-être pas parfait, il a cependant de nombreux atouts qui jouent en sa faveur.

  • Il est très solide avec une résistance mécanique importante et une masse volumique forte de près de 2 T/m3, ce qui procure une grande confiance.
  • Il présente une excellente résistance au feu.
  • Les artisans maîtrisent parfaitement sa mise en oeuvre.
  • Réalisé à partir de sable, de gravier, de gravillons et de ciments, ce sont des matières premières en quantité, qui lui assurent un ravitaillement sans problème et il nécessite moins d’utilisation d’énergie que la brique.
  • Son prix reste attractif.

 

Et, même dans ses points faibles, il existe des remèdes. Par exemple, si sa résistance thermique est très faible, elle peut être compensée par une bonne isolation, surtout par l’extérieur. Tout comme sa résistance à l’humidité insuffisante qui, par des coupures anti-capillarités, peut être compensée, ainsi que par un traitement externe. Enfin, si sa résistance peut être mise à mal lors de poussée de terre, il peut aussi se doter d’armatures métalliques pour en renforcer la construction.

Si sa forme peut s’avérer contraignante, il est malgré tout possible de réaliser des tours rondes, par exemple, et des constructions totalement inattendues.

 

Pour faire quoi ?

Et, justement, cette question de savoir ce que l’on peut faire avec des parpaings intervient alors. Il est donc possible de réaliser à peu près tout type de construction, dans des formes assez variées, bureaux ou habitations. Toutefois, pour les grands ensembles type immeubles, ce n’est plus la solution retenue, compte tenu des grandes hauteurs. Ces parpaings servent aussi bien, dans cette situation, pour des murs porteurs ou non porteurs.

Monter un mur en parpaings peut aussi, évidemment, servir à des constructions annexes telles qu’un abri de jardin, un garage.

On trouve encore l’utilisation de murs en parpaings dans les clôtures.

Enfin, un mur en parpaings peut être utilisé comme mur de soutènement ou mur de soubassement, dans le cas, alors, de parpaings pleins qui résistent parfaitement à la pression et au cisaillement..

 

Les différents types de parpaings

Il existe, toutefois, différents types de parpaings et il ne sera possible de définir le prix d’un mur en parpaings que si on définit, en premier lieu, le matériau utilisé. Ainsi, il peut être plein ou creux, de dimension variable, particulier pour certaines utilisations, et même de couleur.

 

Les parpaings particuliers
Ils sont choisis en fonction de leur utilité, comme le démontre le tableau suivant.
 

Type de parpaing

Particularité

Prix unitaire fourniture

Bloc d’angle

Appelé aussi bloc poteau, il est donc utilisé pour bénéficier du renfort d’un chaînage vertical dans les angles

2,60 € en 50 x 20 x 20

2,35 € en 50 x 20 x 15

Bloc linteau

Ce bloc en forme de U permet de couler un linteau au-dessus des ouvertures et d’y noyer un chaînage horizontal

2,27 € en 50 x 20 x 20

2,10 € en 50 x 20 x 15

Bloc de jambage

Il est utilisé sur les côtés de tableaux d’ouverture, en complément du bloc linteau, par exemple, ou en angle

2,80 €

Bloc à bancher

Appelé aussi bloc en U, il permet de couler un béton,

un peu à la façon d’un bloc plein, comme soutènement,

encore plus solidaire

2,14 € en 50 x 20 x 15

2,60 € en 50 x 20 x 20

2,95 € en 50 x 25 x 20

Bloc plein

Utilisé pour les murs de soubassement ou de soutènement compte tenu de sa résistance à la pression

2,50 €

Bloc perforé

Sensiblement le même que le précédent mais perforé pour laisser passer un rond à béton, par exemple

2,90 €

 

Les parpaings de couleur

Dans le cas de murs, notamment, l’utilisation de parpaings de couleur permettra de se contenter de cette finition et de ne pas réaliser de crépi.
Il existe donc différents coloris tels que jaune, charente (gris pâle), anthracite, ocre, rouge romarin, pierre, gris, rose. Le prix sera alors multiplié par un coefficient de près de 3.

 

Les différentes dimensions de parpaings

Le choix de la dimension se fait selon le type de mur à construire. Si un parpaing standard de 15 ou 20 sera retenu pour le mur extérieur, c’est-à-dire la structure porteuse, celui de 5 ou 10 cm d’épaisseur suffira dans le cas d’un simple cloisonnement.
Ce sont les 4 épaisseurs couramment utilisées, les autres dimensions étant de 50 cm de long et de 20 ou 25 cm de haut.

 

 

Type de parpaing

Prix unitaire en fourniture

50 x 25 x 20

2,60 €

50 x 25 x 15

2,30 €

50 x 20 x 20

1,50 €

50 x 20 x 15

1,20 €

50 x 20 x 10

1,20 €

50 x 20 x 7,5

1,50 €

50 x 20 x 5 - Planelle (sans vide)

2,20 €

 

 

Les parpaings se classent aussi en sous-catégories selon leur résistance à la pression, B40, B60, B80, B120 et B160, le chiffre indiquant le nombre de tonnes de pression à laquelle ils peuvent donc résister. La norme B40 étant le standard.

Comptez environ 1,70 € pour un parpaing de 50 x 20 x 20 en B60 et 2,00 € pour un en B80, par exemple.

Réglementation

Attention à ne pas construire un mur sans avoir, auparavant, vérifié quels sont vos droits en la matière.

Pour toute construction, il est sage de vérifier les données du PLU (Plan Local d’Urbanisation). Une visite à la mairie de la localité vous permettra de les connaître.

 

Si vous êtes dans un lotissement, la réglementation peut aussi contenir certaines obligations.

Enfin, si ce mur est à destination d’un bâtiment clos et couvert, vous entrez dans le domaine du permis de construire et, au moins, de la déclaration de travaux. Éventuellement avec des contraintes des Bâtiments de France si vous êtes à proximité d’un site protégé. Là aussi la mairie pourra vous renseigner.

Des limites quant à la hauteur, quant à la surface en rapport avec votre terrain, quant à la couleur finale peuvent vous être imposées dans chacun de ces cas.

 

Temps de travaux

Vous aimeriez certainement essayer d'avoir une petite idée de la durée de votre chantier. Sans prendre en compte les préparations de terrain, terrassement et autres fondations, la réalisation d’un mur en parpaing par un professionnel se réalise généralement à une vitesse de 2 à 3 m² par jour, dans des conditions de travail normales.

 

Principe

Cette réalisation d’un mur en parpaings se décompose en trois étapes :

 

La préparation : terrassement et fondations.
Sans présager des besoins que vous aurez, il faudra vraisemblablement, à défaut de niveler le terrain, dans le cas d’un bâti, au moins réaliser un terrassement avant de couler des semelles qui éviteront des fissures plus ou moins graves, par la suite. De 20 à 40 cm de profondeur, selon la structure construite, ces fondations seront aussi ferraillées. On a aussi tendance à prévoir, en profondeur, le double de l’épaisseur de votre mur. Mais tout en tenant compte de votre sol (calcaire, argileux, etc.). Vous attendrez ensuite un couple de jours, dans des conditions météorologiques normales, avant de commencer l’élévation du mur.

 

L’élévation
Elle se commence à un angle de mur, s’il y en a, ou à une extrémité, dans le cas contraire. Tendre un cordeau vous assurera du bon alignement de vos parpaings. Une épaisseur de mortier de 2 à 3 cm sépare chaque rang, ainsi que le premier rang de la semelle. Une fois cette couche de mortier déposée, il faut tapoter le parpaing pour bien prendre le parpaing sur ce mortier, tout en surveillant, ensuite, son bon alignement, donc, à la fois dans le sens de la hauteur et de la largeur, mais aussi son à-plomb. Une fois le parpaing bien en place, vous devez racler le mortier qui déborde. Il faut terminer le premier rang totalement avant de s’attaquer au second rang, en croisant les joints d’environ ⅓ de parpaing.
Ce travail est cependant un véritable travail de professionnel, car il faut aussi savoir dimensionner un ferraillage, prévoir des joints dans le cas de murs de clôture long, et utiliser les différents parpaings en fonction de leur destination, comme les jambages, linteaux, angles, etc.
 

La finition
Une fois ce mur en parpaings terminé, il vous faudra prévoir le revêtement qui lui convient. Isolation par l’extérieur, enduit monocouche, crépi ou autres enduits, puisqu’il n’est ainsi, ni isolé, ni protégé contre l’humidité. Une finition qui jouera, également, un rôle esthétique.

 

Prix de la pose du parpaing

Il faut donc, maintenant, aborder la question du prix d’un mur en parpaings. Le prix d’un maçon se situe en 40 et 50 € de l’heure. Si on a vu que le prix, en soi d’un parpaing restait relativement abordable, on peut en déduire que, en fournitures et pose, compris tout le nécessaire pour le renforcer et pour effectuer la finition, un mur en parpaings coûte de l’ordre de 50 à 100 €/m² (dont environ 20 € pour les finitions).

Dans le cas d’un mur de soutènement, ce prix s’élève de 100 à 150 €/m² lorsqu’il peut être réalisé en parpaings.

Trouver un professionnel

Pour vos travaux, vous pouvez effectuer une demande de devis pour trouver une entreprise qui réalisera vos travaux. Travaux à Part sélectionne les meilleurs artisans dans toute la France vous offrant le meilleur rapport qualité-prix pour vos travaux :