Prix d'aménagement d'une cave en pièce à vivre

Mis à jour le 14 février 2019
Moyenne : 5 (1 vote)
2019-02-14 09:00:00
Cave aménagée

Parmi les conditions d’un agrandissement, le prix pour transformer une cave en pièce à vivre, si on l’estime généralement dans une fourchette de 1.500 à 2.000 € le m², doit prendre en compte des considérations très particulières liées à l’assainissement, à la ventilation et à la lumière, par exemple. En voici une étude un peu plus poussée qui recense les différentes éventualités.

 

 

Vous avez un projet ?

Les obligations

L’aménagement d’une cave est lié à de nombreuses éventualités et à un certain nombre de risques qui doit être examiné avant la décision finale.

 

La première est liée à l’agrandissement de la surface habitable et peut nécessiter une déclaration préalable de travaux, si la surface créée est d’au moins 40 m² ou d’au moins 20 m² avec une surface ultérieure totale de plus de 150 m². Dans ce dernier cas, il faudra aussi prévoir l’obligation de faire appel à un architecte.

 

Votre pièce, au-delà de 8 m² et de 1,80 m de hauteur sera reconnue comme habitable et entrera dans le calcul de votre taxe foncière. Par contre, en dessous de 9 m², sans ouverture et pour une hauteur de moins de 1,80 m, il est interdit de louer cette pièce comme habitation.

Mais l’autre point à vérifier auprès des services de l’urbanisme est de savoir si, dans ce cadre du Plan Local d’Urbanisme, pour votre secteur de construction, il n’existe pas d’interdiction d’aménagement de cave pour des risques sanitaires.

 

De plus, si votre cave n’est pas totalement enterrée mais seulement semi-enterrée et que vous souhaitez créer des ouvertures, vous devrez respecter les distances légales par rapport à vos voisins. Par exemple, en vue oblique (en se penchant) par rapport à un voisin, une ouverture doit respecter une distance d’au moins 0m60 ; cette distance minimale est portée à 1,90 m en vue directe.

 

Autre cas de figure, l’aménagement d’une cave particulière en immeuble ou en résidence ne pourra s’effectuer qu’avec l’accord de la copropriété, même lorsque vous êtes propriétaire de cette partie, pour des raisons de changement de destination de cette pièce.

 

Le prix pour transformer une cave en pièce à vivre

En prenant seulement en compte le prix de la main d’oeuvre, les artisans intervenant dans le prix d’aménagement d’une cave travaillent sur un tarif qui va de 50 à 80 € de l’heure.

 

On pourrait penser que, dès lors qu’il s’agit d’un projet qui possède déjà toute la structure maçonnée, ce prix d’aménagement serait assez léger, mais il faut, par contre, penser à toutes les particularités d’un tel aménagement, que ce soit en termes de luminosité, d’assainissement, d’aération, etc.

Aussi, un prix s’approchant des 2.000 € le m² est le plus souvent atteint, qui dépend évidemment des solutions déjà existantes, comme une présence effective d’une dalle béton ou non, qui dépend aussi si cette cave est enterrée ou semi enterrée dispose déjà d’ouvertures, pour son éclairage et sa ventilation naturelle, qui dépend aussi du but de cet agrandissement de pièces de vie, selon si des points d’eau sont aussi à créer, entre autres. Les cas les plus simples peuvent vous permettre de descendre sur un prix au m² de 1.500 €.
 

Des besoins différents selon les pièces

Le choix des pièces à installer dans une cave est important. Créer une salle de jeux est plus simple que créer une suite parentale comprenant une salle de bains attenante et nécessitant l’apport de plomberie. Créer une lingerie nécessitera aussi de la plomberie, mais plus simple, et des aménagements plus simples.

 

Cave ou sous-sol, vous avez des mètres carrés précieux à récupérer si vous avez un besoin d’agrandissement qui peut être plus rapidement réalisé. En effet, vous éviterez tout le délai pris par le hors eau hors air, à commencer par de l’éventuel décapage et terrassement, par les semelles, la dalle, l’élévation des murs, la charpente et la couverture. Un délai d’au moins 4 mois, selon les conditions climatiques, est déjà gagné sur le temps de travaux, ramenant votre chantier à 1 à 2 mois de travaux, selon la destination de ce local.

 

En outre, cette solution vous évite le problème de m² pris sur votre jardin et le risque d’un refus pour une question de coefficient d’occupation du sol. Si ce sous-sol propose un accès direct vers l’extérieur, vous disposerez aussi d’une indépendance pour cette pièce qui peut être intéressante lorsqu’elle sert de chambre à un adolescent qui grandit et souhaite sa propre entrée pour recevoir des amis ou, autre exemple, pour créer des chambres d’hôtes sans l’obligation de passer par votre lieu de vie.

 

Les précautions d’un aménagement de cave et l’humidité

Un aménagement de cave va aussi dépendre de l’état de cette pièce et, certainement, de l’année de construction de votre maison. Une cave d’une maison en pierre datant de plusieurs siècles sera vraisemblablement très différente de celle d’une maison très récente. Elle aura l’avantage de disposer de jolis murs en pierre mais d’un sol certainement en terre battue et de l’absence d’ouverture.

Et le premier écueil est bien souvent l’humidité. Avec une erreur fatale à éviter, ne pas recouvrir un mur humide sans l’avoir traité. La première chose est de bien savoir d’où provient cette humidité ; elle peut en effet trouver son origine dans le sol, dans la base du mur, dans des infiltrations, dans de la condensation. Pour trouver le bon remède, il est plus sage de s’adresser à un professionnel qui établira un bon diagnostic.

Ensuite, plusieurs méthodes sont possibles pour y remédier :

  • les problèmes de capillarité (remontée d’humidité) peuvent se traiter selon 2 principes :
    • injection dans les murs : le perçage de trous et l’injection d’un liquide ou d’un gel contre l’humidité vous coûtera environ 100 € le mètre linéaire ;
    • réalisation d’une véritable saignée : n’est applicable que dans le cas d’une rénovation totale car bien plus salissant. Il faut alors compter sur un prix de 100 à 150 € le mètre linéaire.
       
  • les problèmes suite à une isolation
    L’humidité est présente dans les maisons. Or, si sur une construction neuve, l’humidité est bien gérée avec les solutions de ventilation mécanique contrôlée, dans le cas de travaux de rénovation d’une maison plus ancienne, l’isolation de cette dernière, passant généralement par les murs, le toit et les ouvertures, la rend beaucoup plus hermétique sans forcément lui laisser la possibilité d’une installation de VMC pour des problèmes de passages de gaines.
    • Si l’installation d’une VMC est possible, ce sera la meilleure solution avec des coûts, en rénovation, allant de 600 € pour la fourniture et pose d’une VMC simple flux autoréglable à 1.200 € en fourniture et pose pour une VMC simple flux hygroréglable.
    • Dans le cas contraire, vous pouvez aussi vous équiper avec une centrale d’assèchement qui, selon la puissance, la surface à traiter, l’épaisseur du mur et le nombre de sondes, peut aller de 500 à 2.500 €.
       
  • les problèmes d’infiltration
    Vous devrez alors prévoir un traitement par l’extérieur qui nécessite un décaissement du mur enterré, un goudronnage du mur extérieur et la pose d’un polyane. Dans les cas les plus complexes, la réalisation d’un drainage peut devenir nécessaire. Ce sont cependant des solutions qui atteignent alors plusieurs milliers d’euros. En effet, le seul drainage par excavation revient autour de 50 € le m3 et un enduit de mur, de 40 à 80 € le m².
     
  • les problèmes de condensation : le traitement sera le même que pour les problèmes suite à une isolation.

 

Enfin, une solution plus radicale existe avec le principe du cuvelage. Il consiste à réaliser une “boîte dans la boîte”, c’est-à-dire à recréer un caisson étanche dans votre cave. Par contre, le prix est alors de 90 à 180 € le mètre et vous perdez la possibilité de créer des ouvertures vers l’extérieur. Soit un prix total qui peut assez rapidement atteindre les 5.000 €.

 

L’assainissement et la ventilation

Parfois lié au problème d’humidité mais pas uniquement, un logement sain nécessite la présence d’une bonne ventilation, qu’elle soit naturelle ou mécanique. La solution la plus appropriée, pour le renouvellement de l’air, restera cependant la ventilation mécanique contrôlée double flux. En rénovation, le prix sera cependant plus important que dans du neuf, avec un travail un peu plus complexe de passage de gaines, surtout que, dans ce principe de double flux, un double circuit est justement nécessaire. Il vous faudra donc prévoir un prix allant de 4.000 à 8.000 €, selon le nombre de pièces de cette cave et la complexité d’installation de ces circuits entre les pièces.

 

En outre, avec la technologie double flux, vous ferez des économies de chauffage puisque l’air insufflé est déjà à température quasi ambiante, air provenant de l’extérieur mais réchauffé par les degrés récupérés de l’air sortant.

 

Bien sûr, si vous avez aussi la possibilité de créer des ouvertures, parce que cette cave n’est que partiellement enterrée ou qu’elle dispose d’une porte donnant vers l’extérieur, vous pourrez aussi lui procurer une ventilation naturelle intéressante.

 

La lumière

Et, justement, la question des ouvertures est en lien direct avec le besoin également de lumière. Dans le cas, donc, d’ouvertures existantes en partie haute du mur, pour une cave non totalement enterrée, il suffira de changer cette ouverture en fenêtre + volets.

 

  • De 300 à 350 €, pour la fourniture d’un châssis PVC avec volet roulant et pose d’environ 100 €, vous pourrez voir s’il est possible d’en installer 1, voire 2.

 

  • Il est aussi possible de décaisser une partie du mur, en cave de cave totalement enterrée, et de créer une sorte de puits de fenêtre, appelé aussi cour anglaise ou saut de loup. De 150 à 200 € en fourniture, c’est le prix de la technique qui revient le plus cher, avec une pose évaluée autour de 1.000 €, compris le décaissement.

 

  • Enfin, autre solution, créer un puits de jour sur une partie du plafond afin de récupérer un peu de la luminosité des pièces au-dessus, en rez-de-chaussée. De plusieurs centaines d’euros à 2.000 €, cette solution peut ainsi vous permettre d’éliminer votre sentiment de claustrophobie.

 

Néanmoins, tout dépend de ce que vous attendez de votre aménagement de cave. Pour en faire une salle de cinéma ou de musique, par exemple, l’absence de lumière naturelle pourrait aussi être un avantage.

 

Il restera que vous choisirez un éclairage artificiel le plus près possible des teintes d’un éclairage naturel pour équiper ensuite ce sous-sol, avec un maximum de puissance et plusieurs points en indirect pour éviter les zones de pénombre désagréables.

 

L’isolation

Dans une cave, l’isolation est un autre point particulier, qui peut être différent de l’isolation d’une autre pièce.

A commencer par une bonne isolation du sol. Si vous devez réaliser une dalle béton, il faudra donc penser à lui inclure du polystyrène et un polyane qui atténueront cette sensation de froid et d’humidité qui remonte.

 

Une solution très intéressante peut d’ailleurs être de créer un chauffage par le sol, comme nous le verrons ensuite, si la hauteur le permet.

 

L’isolation des murs est indispensable pour ne pas transmettre aussi cette sensation de froid, à moins que vous ne possédiez de très jolis murs en pierre que vous souhaitiez conserver et que ces derniers soient très sains. Une autre solution est de n’en conserver qu’un, pour l’aspect, et d’isoler les trois autres.

 

  • Le budget en isolation de sol sera d’environ 50 à 70 € le m², pour une dalle béton et plus de 100 € pour une dalle avec chape, dont 20 à 30 € pour la partie isolation.

 

  • Le budget en isolation des murs est plutôt de l’ordre de 50 € le m², avec la partie pose, comprenant une couche finale placo.

La hauteur de la cave

C’est encore une particularité d’une cave ou, plus généralement, d’un sous-sol, sa hauteur est le plus souvent inférieure à une pièce traditionnelle.

 

Les sous-sols, caves comprises, ont plutôt des hauteurs plus restreintes de l’ordre de 2,10 m. Si ce n’est pas forcément un problème pour une salle de jeux, pour une salle de cinéma, pour un studio de musique, ou même pour une chambre avec salle de bains, le problème peut survenir si vous souhaitez installer un chauffage au sol et refaire une chape, voir installer un parquet ou isoler le plafond tout en laissant passer des gaines, que ce soit pour l’électricité ou pour la ventilation. Autant de travaux qui vous feront encore perdre des centimètres et qui, tout en vous laissant une hauteur de passage suffisante, pourraient vous donner un sentiment d’écrasement.

 

Il vous faudra donc bien faire attention à vos choix de matériaux et, si nécessaire, décaisser un peu plus avant d’entreprendre les travaux de construction. Ce qui sera beaucoup plus facile si votre cave est en terre battue au sol. Dans le cas contraire, vous devrez aussi tenir compte de la profondeur des semelles car vous ne pourrez pas creuser en dessous, sous risque de fragiliser toute votre construction ou réaliser une reprise des fondations en supplément. Pour le seul décaissement, il vous faut compter au moins 200 € le m².

 

La préparation des travaux

Après avoir décidé de tous les travaux à réaliser, aussi bien au sol, sur les murs qu’au plafond, il ne faudra pas oublier deux autres interventions primordiales qui sont :

  • la vérification qu’aucun nuisible n’a accès à cet espace, type souris ou rat ;
  • la présence d’un accès convenable à cet espace. Dans le cas contraire, il vous faudra faire réaliser un escalier pour un prix qui débutera autour de 1.000 € pour un escalier bois simple, en fourniture et pose.

 

Les autres étapes de l’aménagement de la cave

Lorsque tous ces travaux majeurs sont réalisés, vous pouvez alors entreprendre tout ce qui concerne l’aménagement intérieur réel, à savoir les alimentations et évacuations en eau si elles sont nécessaires, celles en électricité, en chauffage, le cloisonnement et, enfin, les finitions telles que revêtements de sol, de murs, la pose de sanitaire et autres…

 

  • l’électricité
    Le passage des gaines techniques afin de distribuer tout le réseau électrique dans cette nouvelle pièce, ou dans ces nouvelles pièces pourra alors être effectué, aussi bien pour les points lumineux, directs ou indirects, que pour les différentes prises nécessaires, voire pour alimenter une VMC ou des radiateurs.
    Le prix de cette installation peut aller de 500 à 1.500 €, compris le raccordement au tableau électrique existant de la maison.
     
  • la plomberie
    Le poste plomberie peut être très variable puisque, de la simple alimentation en eau d’une machine à laver et de son évacuation, à la création d’une véritable salle d’eau ou salle de bains attenante à la création d’une ou plusieurs chambres.
    20 à 60 € le mètre linéaire de canalisation, 50 à 60 € celui de l’évacuation, à partir de 50 € pour la création d’un simple point d’eau, l’intervention d’un plombier pourra se limiter à un tarif de l’ordre de 500 € pour atteindre celui de plus de 3.000 € dans le cas d’une salle d’eau ou d’une salle de bains complète.
    Pour information, la pose d’un WC, en plus de l‘alimentation et évacuation déjà citées, revient à un supplément de 100 à 200 €.
     
  • le chauffage
    L’installation d’un chauffage dans votre cave aménagée va dépendre de plusieurs critères, le prix, mais aussi la simplicité pour un besoin rapide de réalisation, ou la capacité actuelle de votre chaudière.
    En effet, selon que vous pourrez ou non ajouter 1 ou 2 radiateurs sur la chaudière alimentant votre maison le prix d’installation du chauffage pourra être très différent.
    L’installation de 2 radiateurs électriques de bonne qualité, capables de vous procurer une chaleur agréable, proche d’un chauffage central, vous reviendra de 500 à 700 €.
    Pour un raccordement de 2 radiateurs à eau sur votre circuit de chauffage, vous devrez compter sur un tarif de l’ordre de 1.000 €.
    Pour un plancher chauffant électrique, le devis sera de 50 à 150 € le m² en mode rayonnant et de 80 à 200 € le m² en mode accumulation.
     
  • le cloisonnement
    Si votre cave est suffisamment grande, sous une partie de la maison et que vous souhaitez y réaliser plusieurs pièces, en plus de l’isolation, il vous faudra prévoir du cloisonnement pour un prix de 15 à 25 € le m² en fourniture et pose.
     
  • les revêtements de sol
    La pose d’un revêtement de sol, depuis le sol plastique, en passant par le carrelage, le parquet ou la moquette, selon que vous souhaiterez privilégier l’entretien, la robustesse ou la douceur, vous reviendra à un tarif de 5 à 50 € le m² environ, en fourniture et pose.
     
  • les peintures et papiers peints
    De la même façon, pour terminer vos murs, entre peintures et papiers peints, le devis sera aussi de 15 à 25 € le m² pour ces finitions.

 

 

Travaux possibles

Prix en fourniture et pose

Injection dans murs

autour de 100 € le mètre linéaire

Saignée dans murs

de 150 à 200 € le mètre linéaire

Centrale d’assèchement

de 500 à 2.500 €

Cuvelage

autour de 5.000 €

VMC simple flux autoréglable

environ 600 €

VMC simple flux hygroréglable

environ 1.200 €

VMC double flux

de 4.000 à 8.000 €

Châssis PVC avec volet roulant

de 400 à 450 €

Cour anglaise ou puits de jour

environ 1.200 €

Puits de jour

de 300 à 2.000 €

Dalle béton avec isolation

de 50 à 70 € le m²

Isolation des murs

à partir de 50 € le m²

Décaissement sol

à partir de 200 € le m²

Pose d’un escalier

à partir de 1.000 € en bois

Electricité

de 500 à 1.500 €

Plomberie et sanitaire

de 500 à 3.000 € et plus

2 radiateurs électriques qualité

de 500 à 700 €

2 radiateurs à eau sur chaudière existante

environ 1.000 €

Plancher chauffant rayonnant

de 50 à 150 € le m²

Plancher chauffant à accumulation

de 80 à 200 € le m²

Cloisonnement

de 15 à 25 € le m²

Revêtements de sol

de 5 à 50 € le m²

Peintures et papiers peints

15 à 25 € le m²

 

 

 

Des aides pour l’aménagement d’une cave

Une cave que vous transformez en pièce à vivre est considérée comme une habitation. Aussi, lorsque votre construction est réalisée depuis au moins 2 ans, vous pourrez bénéficier des mêmes conditions de TVA à taux réduit à 10 % sur les travaux.

 

En outre, le taux de 5,5 % peut même devenir possible si ces travaux, réalisés par un artisan labellisé RGE, entre dans les conditions d’amélioration des performances énergétiques de votre logement. Ce professionnel vous renseignera aussi de votre ouverture de droit à un Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE), à des subventions de l’ANAH, à un éco-prêt à taux zéro et toutes autres aides pouvant venir des fournisseurs d’énergie ou de collectivités.

Faire chiffrer mes travaux par des artisans

Vous avez un projet de travaux concret ? Recevez des devis fiables et compétitifs d'artisans sélectionnés pour leur savoir-faire.